Tous les articles par Nicolas Lamare

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. – 40 ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 151, 2016
ISBN 9788490960271
218 p.
49 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
À la période dite maurétanienne, une trame urbaine naissante, de nombreuses structures bâties en brique crue, la présence d’une activité potière et d’artefacts de qualité (céramiques importées et locales, objets en ivoire ou en coquille d’autruche, monnaies massyles et maurétaniennes) militent en faveur d’une agglomération parfaitement connectée avec les réseaux d’échanges méditerranéens et, de façon plus privilégiée, avec la région du détroit de Gibraltar. C’est aux alentours du changement d’ère chrétienne, avant même la conquête claudienne de 41-42 ap. J.-C., que Rirha adopte plusieurs signes de la romanité.

Informations : Casa de Velázquez

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine (40 ap. J.-C. – fin du IIIe s. ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 152, 2016
ISBN 9788490960288
278 p.
59 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVsiècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
Mieux documenté, le site de Rirha à l’époque romaine est un centre urbain qui possède une partie des composantes de la panoplie des agglomérations romaines (domus, rues, enceinte, thermes, égouts…). Les chantiers archéologiques permettent d’envisager une distribution spatiale réfléchie des hommes et des activités. Ainsi, l’austérité du bâti exhumé dans le Secteur du Tell, davantage lié à l’activité commerciale en lien avec le cours d’eau, contraste avec le raffinement des domus accolées au rempart. Malgré l’ignorance de son nom antique et de son statut civique, Rirha constitue néanmoins un jalon supplémentaire à la connaissance du monde des cités du Maroc antique.

Informations : Casa de Velázquez

IIe Rencontres autour de la sculpture romaine d’Arles

28-29 octobre 2016

« REMPLOIS EN SCULPTURE, SCULPTURES EN REMPLOI »

Dans toutes les villes de l’Empire romain, embellies de bâtiments en marbre, le phénomène du remploi de la pierre peut être observé. A partir du IIIe siècle de notre ère, les blocs des bâtiments plus anciens sont recyclés au profit des nouveaux, pour des raisons économiques, mais pas seulement. La sculpture n’échappe pas à ce fait, les statues, les reliefs (Arc de Constantin) sont remployés, après modification plus ou moins importante. Certains portraits d’empereur, mais aussi de privés anonymes sont retravaillés et remployés. Mais également, des blocs architecturaux sont recyclés en statues, portraits, sarcophages etc. Au cours de ce colloque, on tentera d’éclaircir également, comment ces choix s’opèrent et comment les changements s’effectuent techniquement. Par ailleurs la question de l’interprétation de ce phénomène sera abordée : doit-on interpréter ces pratiques, comme un signe de décadence, ou bien les lier à un changement des conditions politiques et sociales. Peuvent-elles signaler un changement d’esthétique durant l’antiquité tardive ?  Deux autres thèmes sont également proposés : la présentation de découvertes archéologiques récentes, ou bien de sculptures méconnues, ainsi que les nouvelles recherches concernant la sculpture antique dans les musées.  Les actes seront publiés par le Centre Camille Jullian et le Musée Départemental Arles Antique.

 Programme Sculpture Arles

Être archéologue, historien de l’art ou conservateur face à des patrimoines dévastés

Mercredi 14 septembre 2016

Amphithéâtre Dürer
Ecole du Louvre – Palais du Louvre
Place du Carrousel – Porte Jaujard
75001 Paris

L’actualité médiatique relative aux désastres de la crise politique au Proche-Orient insiste particulièrement sur les offenses faites aux patrimoines : utilisation de sites archéologiques comme bases stratégiques ou lieux d’atteinte à la vie humaine, pillages, dégradations, voire destructions massives. Dépassant, et l’état des lieux connu des destructions en Syrie et en Irak, et la question des difficultés pratiques à se rendre sur place (risque sécuritaire, baisse du nombre de visas délivrés, etc.), cette journée d’étude de troisième cycle de l’École du Louvre souhaite soulever les conséquences de la crise politique et de sa médiatisation sur les études des objets et sites archéologiques du Proche-Orient menées par des archéologues, historiens de l’art ou conservateurs.

Continuer la lecture de Être archéologue, historien de l’art ou conservateur face à des patrimoines dévastés

Jugurtha affronte Rome

Après avoir conquis la péninsule Italique, Rome aspirait à la domination de tout le bassin méditerranéen ; son ambition était d’autant plus grande quand elle avait soumis Carthage qui lui servit de base au Nord de l’Afrique. En effet, Rome détruisit Carthage en 146 avant J.C. ; sa visée fut alors d’étendre son hégémonie à tout le reste du monde antique. Elle était poussée par des convictions religieuses inébranlables, à savoir que le Romain est le plus pieux de tous ; ce qui lui assure la victoire et l’investit de la mission de « civiliser le monde » en lui assurant une bonne organisation, ce qu’a exprimé Virgile plus tard : « n’oublie jamais, vaillant Romain, que tu es né pour gouverner les peuples… oblige-les à respecter la paix ». Mais cette conviction à elle seule n’est rien de plus qu’un instrument de mobilisation que Rome utilise pour accomplir ce qu’elle appelle sa « noble mission » de civiliser les peuples en imposant l’ordre romain.

Continuer la lecture de Jugurtha affronte Rome

Grandes capitales del mundo islámico medieval: Pasado y presente

Ciclo de conferencias en Madrid, Córdoba y Sevilla

En este ciclo se recoge una selección de algunas de las ciudades más importantes de la historia del islam y que, en algún momento, se erigieron como capital de un importante reino o imperio medieval. Todas ellas serán presentadas por especialistas a nivel mundial en la materia, que abordarán tanto la historia de la capital en cuestión (su época de mayor apogeo y expansión urbana, ofreciendo un aporte visual divulgativo que exprese convenientemente su evolución y desarrollo) como una visión crítica y actual centrada en el estudio y la conservación de los vestigios de las ciudades que han llegado hasta nuestros días, tratando temas desde el abandono y expolio del patrimonio, las consecuencias de las guerras o la presión inmobiliaria. El ciclo se enmarca en las actividades que Casa Árabe organiza para la celebración del 1300 aniversario de Córdoba como capital de al-Ándalus (716-2016), momento en el que Córdoba se convirtió en la capital del emirato de al-Ándalus y en uno de los centros políticos, económicos y, culturales más significativos de la historia de la humanidad.

Programme

Die Vandalen. Aufstieg und Fall eines Barbarenreichs

Roland Steinacher
Klett-Cotta, 2016, 542 p.
ISBN: 978-3-608-94851-6

Zerstörer und Erben des Römischen Reiches – das Standardwerk zur Geschichte der Vandalen

406 n. Chr.: Die Vandalen überrennen die Grenzen des Römischen Reiches. Ihr mächtiger Anführer Geiserich erobert Rom. Lebendig und mitreißend erzählt Roland Steinacher die Geschichte des berüchtigsten Germanenvolkes und zeichnet ein von Mythen und Legenden befreites, modernes Bild der barbarischen Invasoren.

Vandalen, Alanen und Sueben – ihre Namen stehen bis heute für Zerstörung und Verwüstung. Sie zogen quer durch Europa, kämpften in Gallien und Spanien in römischen Bürgerkriegen oder auf eigene Rechnung. Schließlich gelang es ihnen, das römische Afrika zu erobern. Der Autor revidiert unsere Auffassung von den Vandalen als unzivilisierten Horden. Vielmehr waren sie Pioniere bei der Umgestaltung der römischen Welt. Unter den vandalischen Herrschern wurden die ehemals römischen Provinzen zu einem wohlhabenden und gut funktionierenden Königreich. Zum ersten Mal bettet der Autor die Geschichte der Vandalen in die Verhältnisse des römischen Mittelmeerraums im 5. und 6. Jahrhundert ein. Zugleich erfährt der Leser, wie der Vandalenname bis heute in unserem historischen Bewusstsein fortlebt.

Table des matières et extrait

Informations : Klett-Cotta

Le sculture del Ninfeo Maggiore di Leptis Magna dagli appunti di M. Floriani Squarciapino

P. Finocchi
Rome, Espera, 2015, 212 p.
ISBN : 8898244193

Il Ninfeo Maggiore si inquadra nel complesso problema dell’approvvigionamento idrico della città e della funzione dell’acqua da parte della cittadinanza e costituisce il simbolo della nuova concezione severiana dello spazio urbano.
La facciata del Ninfeo fu progettata per ospitare all’interno delle quattordici nicchie le statue dell’imperatore, della famiglia imperiale ed altre statue simboliche, cultuali e mitologiche (la maggior parte delle quali è stata rinvenuta sul piazzale e nelle immediate vicinanze di esso), che dovevano completare il quadro espositivo.
L’edizione analitica e critica del complesso scultoreo ha permesso di evidenziare le finalità di carattere politico, propagandistico e scultoreo del monumento.

Le patrimoine archéologique et culturel dans les pays en conflit : une crise iconoclaste des temps modernes ?

Jeudi 31 mars 2016
Espace Mendès France
1 place de la Cathédrale
86000 Poitiers

La journée d’études, organisée par Vincent Michel, sous l’égide du laboratoire HeRMA (hellénisation et romanisation dans le monde antique) en partenariat avec l’Espace Mendès France, porte sur le sort du patrimoine archéologique et culturel dans les pays en guerre, objet de toutes les convoitises, les contrebandes et les trafics mais aussi malheureusement victime de vandalisme et de destruction.

Cette journée verra se succéder des professionnels de plusieurs spécialités. Après une introduction portant sur la « crise iconoclaste des temps modernes », les interventions de la matinée seront consacrées au trafic des biens culturels et archéologiques et à la réglementation nationale et internationale. L’après-midi sera dédiée à des analyses de terrain par des chercheurs, des chefs de mission archéologique et des conservateurs travaillant sur le Proche‑Orient et l’Afrique du Nord.

Continuer la lecture de Le patrimoine archéologique et culturel dans les pays en conflit : une crise iconoclaste des temps modernes ?

North Africa under Byzantium and Early Islam

Susan T. Stevens et Jonathan P. Conant (éd.)
Harvard University Press
Dumbarton Oaks Research Library and Collection
328 pages
ISBN : 9780884024088

The profound economic and strategic significance of the province of “Africa” made the Maghreb highly contested in the Byzantine period—by the Roman (Byzantine) empire, Berber kingdoms, and eventually also Muslim Arabs—as each group sought to gain, control, and exploit the region to its own advantage. Scholars have typically taken the failure of the Byzantine endeavor in Africa as a foregone conclusion. North Africa under Byzantium and Early Islam reassesses this pessimistic vision both by examining those elements of Romano-African identity that provided continuity in a period of remarkable transition, and by seeking to understand the transformations in African society in the context of the larger post-Roman Mediterranean. Chapters in this book address topics including the legacy of Vandal rule in Africa, historiography and literature, art and architectural history, the archaeology of cities and their rural hinterlands, the economy, the family, theology, the cult of saints, Berbers, and the Islamic conquest, in an effort to consider the ways in which the imperial legacy was re-interpreted, re-imagined, and put to new uses in Byzantine and early Islamic Africa.

Susan T. Stevens is Professor of Classics and the Catherine and William E. Thoresen Chair of Humanities at Randolph College.

Jonathan P. Conant is Associate Professor of History at Brown University.