Archives de catégorie : Comptes rendus

Compte rendu de la quatorzième réunion d’Africa Antiqua

Collège de France, Salle 1, 11, place Marcellin Berthelot Mardi 15 avril 2005

Chers amis,

Notre quatorzième réunion s’est tenue comme convenu le 15 avril au Collège de France de 17h à 19h. Etaient présents : Leyla Barkati, Lamjed Dridi, Hédi Dridi, Sonia El Amri, Caroline Hoerni, Pascal Vallier, Meriem Sebaï, Kenza Zinai.

Après une rapide présentation, la séance a débutée. Le programme s’est articulé autour de trois points :

1- Nouveautés bibliographiques

Hédi Dridi et Meriem Sebaï ont présentés plusieurs publications récentes :
- Afrique et Histoire, Vol. 3, revue d’historiens de l’Afrique publiant pour la 1ère fois un dossier sur l’Afrique Antique en hommage à l’historien disparu Y. Thébert. Le dossier s’intitule Afriques romaines : impérialisme antique, imaginaire colonial (relectures et réflexions à l’école d’Yvon Thébert), vous trouverez prochainement le détail des articles dans la rubrique Chronique du site.

- O. De Cazanove, J. Scheid, Sanctuaires et sources. Les sources documentaires et leur limites dans la description des lieux de culte, Naples, 2004, CJB, 22, et plus particulièrement un article de J. Scheid, Sanctuaires des eaux, sanctuaires de sources, une catégorie ambiguë : l’exemple de Jebel Oust (Tunisie), où l’auteur propose une méthode d’identification d’un culte des eaux.

- Antiquités Africaines, T. 37, 2005.

- Inscriptions antiques du Maroc, 2.

- Sidi Jdidi I. La basilique sud, CEFR, 339, Rome, 2004,

- Annonce des prochaines publications d’Ausonius :
- H. Ben Hassen, L. Maurin, Oudna (Uthina), colonie de vétérans de la XIIIème légion. Histoire, urbanisme, fouilles et mise en valeur des monuments, Mémoires 13, Bordeaux, 1004,
- J.-Cl. Golvin, M. Khanoussi, Etudes d’architecture religieuse. Les sanctuaires des Victoires de Caracalla, de  » Pluton  » et de Caelestis, Mémoires 12, Bordeaux, 2004,

2- Activités scientifiques

Leyla Barkati et Meriem Sebaï on fait ensuite un Compte rendu du Colloque de la SOPHAU, qui sera publié dans la revue Pallas, 2005. Ce colloque avait pour thème L’Afrique romaine du 1er siècle avant J. -C. au 4ème siècle après J.-C.
Colloque de Paris XII : Exil et relégation : Les tribulations du sage et du saint dans l’Antiquité romaine et chrétienne (1er -4ème s. ap. J.-C.) qui aura lieu les 17 et 18 juin 2005, Une table-ronde sera organisée à l’Université de Marne-la-Vallée à l’automne 2005  » D’Alexandrie à Tanger : multilinguisme et contacts culturels dans l’antiquité « .

- Les fouilles : à Banassa (Maroc) en Mai,
à Jebel Oust (Tunisie) en juin

3- Activités d’Africa Antiqua

Organisation de la troisième journée doctorale Africa Antiqua le Mardi 19 mai 2005 au Collège de France, Salle 4

4- Exposé

Lamjed Dridi, L’apport de l’ouvrage de V.-H. Guérin pour l’archéologie islamique.

Compte rendu de la treizième réunion d’Africa Antiqua

Collège de France, Salle 1, 11, place Marcellin Berthelot
Mardi 15 mars 2005

Notre 13e réunion, animée par Sophie Saint-Amans, s’est à nouveau tenue au collège de France et nous avons eu le plaisir d’y accueillir une nouvelle venue : Caroline Hoerni, inscrite en Thèse à Paris.

1 – Actualités scientifiques

Mériem, Hédi et Sophie ont rappelé les dates de plusieurs rencontres scientifiques récentes et rappelé quelques dates à venir :
- Une journée d’étude sur l’Afrique Romaine a été organisée le 11 février par l’Institut Ausonius à Bordeaux

- Une journée à la mémoire de M. Euzennat a été organisée le 29 janvier par le centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence.

- le Colloque de la SOPHAUse tiendra cette année à Poitiers, du 1 au 3 avril.

2 – Nouveautés bibliographiques

Hédi, Mériem et Lamjed ont présenté cinq ouvrages dont vous trouverez les compte-rendus-dans la rubrique Chronique

Après avoir à nouveau discuté de l’organisation de la 3e journée doctorale qui se tiendra le mardi 19 mai, la séance s’est conclue de manière très agréable en regardant les diapos prises par Hédi et Mériem à l’occasion de leur voyage à Tripoli. Ils en ont même profité pour nous faire un compte-rendu des communications présentée lors de ce colloque organisé par la SEMPAM.

Sophie Saint-Amans

Compte rendu de la douzième réunion d’Africa Antiqua

Collège de France, 11, place Marcellin Berthelot, Salle 1
14 février 2005

Chers amis, Cette 12ème réunion d’Africa Antiqua a réuni 8 doctorants dont deux nouveaux venus : Leîla et Bachar, étudiants médiévistes de Tunis qui ont obtenu une bourse de trois mois pour venir étudier à Paris. Elle a été animée par Sophie Saint-Amans qui a commencé par s’excuser au nom de tous les organisateurs pour la date tardive de cette première réunion de l’année. En effet, toutes nos réunions se tiendront cette année au Collège de France où nous sommes les invités de la chaire d’histoire des religions de Rome animée par J. Scheid que nous remercions. Mais comme le Collège est actuellement en travaux, nous avons eu beaucoup de mal à fixer des dates.
Comme d’habitude, nous avons d’abord abordé les actualités scientifiques avant de passer aux chroniques bibliographiques puis aux activités de notre groupe. La séance s’est conclue par un exposé de Lamjed Dridi sur les collections du musée de Tlemcen où il a eu l’occasion de travailler cet été.

1 – Actualité scientifique

Hédi Dridi a donné quelques nouvelles du XVe colloque de l’Africa Romana qui s’est tenu en décembre dernier à Rabat, mais auquel n’a malheureusement assité aucun membre de notre groupe. En revanche, Hédi et Mériem seront présents en février à Tripoli, où ils présenteront une communication sur le sanctuaire de Thinissut à l’occasion du IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale. Hédi a également rappelé les dates du VIe Congrès international des études phéniciennes et puniques qui se tiendra du 26 septembre au 2 octobre à Lisbonne. Pour terminer sur les actualités scientifiques, Mériem Sebai-Bernard a annoncé trois colloques intéressant les africanistes. Un premier colloque, organisé par P. Alexandropoulos sur le thème de L’hellénisation en Méditérannée occidentale, se tiendra du 31 mars au 2 avril 2005 à Toulouse. Le second, organisé par l’université de Versailles du 17 au 19 avril à Bastia traitera des Voyageurs à l’époque médiévale. Enfin, un troisième colloque intitulé D’Alexandrie à Tanger : multinguisme et contact à l’étranger aura lieu à l’Université de Marne-la-Vallée à l’automne 2005
Des détails sur ces rencontres dans la rubrique Colloques.

2 – Chroniques bibliographiques

Meriem, Hédi, Leyla Barkati et Sophie ont ensuite présenté 5 ouvrages dont vous trouverez un compte-rendu dans les dernières Chroniques.

3 – Activités d’Africa Antiqua

Concernant les activités d’Africa Antiqua, nous avons annoncé les calendrier des prochaines réunions qui se tiendront au même endroit les 15 mars et 15 avril prochains. Le 19 avril, notre troisième journée d’étude doctorale aura lieu au Collège de France et elle sera l’occasion d’approfondir la réflexion engagée lors de notre précédente rencontre le 18 juin sur le thème de L’historiographie de l’Afrique Antique. Les candidatures restent ouvertes.
Enfin, Sophie a fait le point sur l’avancement des travaux de numérisation. Il reste encore beaucoup de travail, tant pour ce qui est de terminer le traitement des 10 000 inscriptions du CIL 8 déjà photographiées, que pour compléter et corriger la première version de l’AATun. Un appel à participation a de nouveau était lancé et nous attendons vos propositions.

Sophie Saint-Amans

Compte rendu de la onzième réunion d’Africa Antiqua

Université Paris 7-Denis Diderot, Salle 186
30 avril 2004

Chers amis,

Notre onzième réunion s’est tenue comme convenu le 30 avril à Paris 7 de 14h à 17h. Etaient présents : Mekki Aoudi, Leyla Barkati, M. Bennabes, Lamjed Dridi, Hédi Dridi, Leïla Najjar, Mohamed Ali Ladhari, Sophie Saint Amans, Meriem Sebaï, Kenza Zinai, que nous avons eu le plaisir de rencontrer à l’occasion de son passage à Paris.
Après une rapide présentation, la séance a débutée. Le programme s’est articulé autour de deux points :

I – Les publications récentes

S. Saint-Amans et Mohamed Benabbes ont évoqué diverses publications dont vous retrouverez les comptes rendus dans la rubrique Chronique :
Bost J.-P., J.-M.Roddaz et F. Tassaux éd. : Itinéraires de Saintes à Dougga, Bordeaux, 2003.
Khanoussi M. et L. Maurin dir. : Mourir à Dougga, Bordeaux, 2002.
Khanoussi M. et V. M. Strocka éd. : Thugga I : Grundlagen und Berichte, Mainz, 2002.
Lafont-Couturier H., S. Fardi et Ph. Chauveau dir. : Saint Augustin : une mémoire d’Algérie, Bordeaux-Paris, 2003.

Salama P. : Les bornes milliaires du territoire de Tipasa, Rome 2002
Ensuite Hédi Dridi a proposé un compte rendu du colloque de Siliana.

II-Les activités d’Africa Antiqua

Nous avons eu ensuite une discussion sur l’organisation de la journée du juin : temps des communications, comment articuler les communications etc…

III- Exposé

Leyla Barkati et Leïla Najjar : Deux approches d’études historiographiques sur l’Afrique du Nord.
Cet exposé a été repris lors de la 2nde journée doctorale d’Africa Antiqua qui s’est tenue le 18 juin 2004 à Paris 7, vous le trouverez dans le compte-rendu de cette journée (Journées doctorales)

Compte rendu de la dixième réunion d’Africa Antiqua

Université Paris 7-Denis-Diderot, Rez-de Chaussée, salle 186
20 février 2004

Chers amis, Notre dixième réunion s’est tenue comme convenu le 20/02/05 de 14h à 17h. Etaient présents : Mekki Aoudi, Alexandre Asanovic, Hugues Boisson, Mohamed Bennabes, Rafiaa Dhawedi, Lamjed Dridi, Hédi Dridi, Faouzi Ghozzi, Mohamed Ali Ladhari, Mériem sebaï, Kenza Zinaï et Naïma Abdelouded que nous avons eu le plaisir de rencontrer à l’occasion de son passage à Paris.
Après une rapide présentation, la séance animée par Kenza s’est déroulée autour de trois points :

I – Agenda scientifique.

1) Expositions
 » L’Algérie en héritage  » aura lieu à partir du 4 avril 2004 à l’IMA
 » Hannibal Ante Portas. Pouvoir et richesse de Carthage à Karlsruhe  » de septembre 2004 à janvier 2005. Un site très riche est proposé pour visionner les pièces maîtresses de l’exposition en français : http://www.hannibal2004.de/ Cette exposition est organisée dans le cadre de la coopération entre les institutions tunisienne (surtout l’INP) et le Badisches Landesmuseum à Karlsruhe, il y aura aussi un riche programme d’accompagnement (séminaire et conférences). Peut-être l’occasion de projeter une réunion d’Africa Antiqua en Allemagne ?

2) Colloques
Colloque organisé par A. Ferjaoui à Siliana-Zama du 10 au 14 mars 2004
Colloque sur le thème de l’artisanat dans l’Afrique Antique aura lieu à Sfax, en Tunisie en mars 2004
Colloque de Grenade en avril Vous trouverez les sur l’organisation et les programmes de ces colloques dans la rubrique Agenda

3) Bibliographie
Mohamed Bennabes, Hédi Dridi et Meriem Sebaï ont ensuite présenté une série d’ouvrages dont vous retrouverez les comptes rendus sur le site dans la rubrique Chroniques : Actes du 8ème colloque International sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord de Tabarka Hommages à Antonia Ciasca, Da Pyrgi a Mozia, Rome, 2002,
Semitica, 51, 2003,
H. Niehr, Ba’al Shamem, Studia Phoenica, 17, 2003,
Contactos en el extremo de la Oikouméne. Los Griegos en Occidente y sus relaciones con los Fenicios, XVII Jornadas de Arqueologia fenicio-Punicas, Ibiza, 2003, E. Wardini, Lebanese Place-Names, Louvain, 2002,
L. Maurin, Carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques de la Tunisie, carte de Bir Mcherga 028, 1 :50.000è, INP, Tunis, 2003.

II- Préparation aux journées doctorales d’Aix et de Paris

Nous avons la chance de disposer grâce au Centre Camille Julian d’une somme de 1500 euros pour organiser deux journées de séminaire inter-doctorale, l’une à Aix durant la dernière semaine de Mai (24-28 mai), la seconde à Paris le 18 juin 2004.
Nous avons discuté de l’organisation pratique de ces deux journées dont celle d’Aix-En-Provence est entièrement prise en charge par Sophie Saint-Amans qui est en Ppost-doctorat dans ce laboratoire.

A Aix-En-Provence le thème choisi est Autour de l’eau. Deux jours d’excursions sont proposées pour visiter deux sites antiques de Narbonnaise (Arles, Nîmes) le lendemain.

A Paris une journée de séminaire sera consacrée à l’historiographie de l’Afrique du Nord Antique. Deux jours de visites des ressources parisiennes pour africanistes ont été proposés aux doctorants venus de l’étranger et d’Aix : Ressources de la BNF.

III- Exposé

Meriem Sebaï, La vie religieuse à Thuburbo Maius sous le Haut-Empire.
Le discours historiographique lié aux problèmes religieux de l’Afrique antique n’a cessé d’être dominé depuis le début du siècle par la recherche de l’échec ou de la réussite de la conquête romaine. Admiration sans bornes ou affirmation d' » une impossible romanisation des âmes  » sont au centre des préoccupations de la recherche. C’est par une approche objective, délestée de la recherche du fonds religieux indigène en tant que principe explicatif, que j’ai étudié la cité de Thuburbo Maius comme modèle. Par ses richesses épigraphiques et archéologiques, cette cité dont on connaît parfaitement bien l’évolution juridique peut constituer un bon point de départ pour saisir le fonctionnement religieux d’une cité classique de l’Afrique romaine.

Compte rendu de la neuvième réunion d’Africa Antiqua

Université Paris 7-Denis-Diderot, Rez-de Chaussée, salle 186
20 janvier 2004

Chers amis,

Cette séance, à laquelle a participé une dizaine d’étudiants, était animée par Mohamed Benabbès qui proposait une initiation au logiciel de dessin Corel Draw.
En fin de séance, il a également fait une mise au point sur l’avancement des travaux de numérisation du CIL 8 et de l’AATun en expliquant les procédures à suivre pour collaborer à ces projets. Un nouvel appel à participation a été lancé.

Compte rendu de la huitième réunion d’Africa Antiqua

Université Paris 7-Denis-Diderot. Rez-de Chaussée, salle 186
12 décembre 2003

Chers amis,

Notre huitième réunion s’est tenue comme convenu le 12 décembre à Paris 7 de 9h30 à 12h. 9 étudiants y ont assisté, 6 ont été excusés. Malgré le petit nombre de présents, il faut saluer la présence de Virginie Bridoux, Julie Wereich qui venaient respectivement de Rouen, Montpellier, Hédi Dridi, M. Bennabes, Sophie Saint-Amans, Leyla Barkati, Leïla Najjar, Kenza Zinaï, Mohamed Ali Ladhari.

Après une rapide présentation, nous avons passé en revue l’ensemble des informations scientifiques du moment :

1- Agenda scientifique.
Parmi les rendez-vous scientifiques concernant l’Afrique nous avons retenu :
- 16ème Colloque de l’Africa Romana qui aura lieu du 9 au 12 décembre 2004 à Rabat

- 1ère table du GDR qui aura lieu au Collège de France le 22 octobre 2004 sur le thème : Le sacrifice en Afrique

- Colloque organisé par A. Ferjaoui à Siliana du 10 au 14 mars 2004 sur le thème : Carthage et les autochtones.

- 4ème Colloque de la SEMPAM sur le thème : Aires sacrées, temples, mosquées, lieux de cultes en Afrique du Nord depuis la protohistoire jusqu’à l’époque médiévale.

Aucune nouvelle publication n’a été signalée aujourd’hui.

2-Activités d’Africa Antiqua

Mohamed Bennabes propose de consacrer une séance de travail autour des méthodes de numérisation du CIL VIII, pour les doctorants qui seraient intéressés par ce projet. De même, il propose la tenue, le 20 janvier 2004, d’une réunion d’initiation avec un géographe sur le logiciel de cartographie Corel Draw.

Mériem Sebaï

Annexe 1 : résumé de l’exposé.

Hédi Dridi, LE TRONE DE LIXUS

Introduction
Le site de Lixus (phénicien LKŠ, grec LIXOS, LINX, LIXA, latin LIXUS) se trouve à 5 km de la ville actuelle de Larache sur la côte atlantique du Maroc. Il occupe le plateau de TCHEMMICH (la racine arabe de ce toponyme est à mettre en rapport avec la légende MQM ŠMŠ des monnaies puniques), dominant la vallée de l’Oued Loukos. Situé sur la rive droite du Loukos, l’établissement disposait d’un mouillage naturel, à l’abri de l’océan.

D’après la tradition littéraire, la ville de Lixus fut fondée vers 1100 av. J.-C. par des navigateurs phéniciens, à la même époque que Cadix et Utique (Pline HN XIX, 63 ; Desanges 1992). Elle est mentionnée dans le Périple d’Hannon (7-8 ; connu par une version grecque remontant au IVe s.) ainsi que par le périple du pseudo-Skylax (112 ; compilation datée du IVe s. av. J.-C., interpolée et abrégée aux siècles suivants). Par ailleurs, d’après Pline l’Ancien, c’est dans la vallée du Loukos que se trouvait le jardin des Hespérides (HN V, 3).

Les prospections et les fouilles qui y furent menées depuis le XIXe s. ont permis de mettre au jour différentes parties de la ville : quartier des temples, quartier des maisons puniques ; un amphithéâtre, une zone d’usines de salaisons sur les rives du Loukos et la nécropole. Toutefois, ces vestiges ne remontent pas plus haut que les VII-VIe s. av. J.-C. Les données recueillies montrent tout de même une ville ayant connu une première apogée jusqu’au Ve siècle av. J.-C., probablement grâce à la mise en marche des industries de salaisons, puis un second moment faste à l’époque maurétanienne, attesté par la construction, vers le milieu du Ier s. av. J.-C. de la grande usine de garum au sud de la ville, près du fleuve (Aranegui et al. 1992, p. 10). Par la suite, la ville déclinera progressivement.
Les indications les plus révélatrices sur Lixus phénicienne et punique proviennent du sondage dit del algarrobo (le caroubier), réalisés par M. Tarradell dans les années 50. (Tarradell, 1960, a et b, entre autres). Malheureusement les résultats n’ont jamais été publiés en détail … » (Aranegui et al. 1992, p. 11). Ces données sont complétées par des objets exceptionnels bien connus parmi lesquels figurent un scarabée de Naucratis (Égypte), un bronze représentant Baal Hadad, plusieurs monnaies et inscriptions ainsi que le célèbre sphinx que nous allons évoquer (Aranegui et al. 1992, p. 11, voir Cintas 1954 et Tarradell 1960).
Actuellement, la recherche se poursuit à Lixus grâce notamment à l’activité de trois missions mixtes, maroco-française, maroco-espagnole et maroco-italienne.

Le Sphinx de Lixus
Dès sa découverte, la ‘sphinge de Lixus’ a été considérée comme un témoignage emblématique du Maroc phénicien et punique en général, et de cette cité en particulier. Pourtant, à l’examen des données objectives dont nous disposons, rien ne permet de confirmer ce statut particulier. Certes, ce type de monument est assez fréquent dans l’univers phénicien et punique et l’iconographie du sphinx est largement diffusée dans le répertoire phénico-punique. Mais cela suffit-il à définir le relief de Lixus comme punique ou comme phénicien ?

Ce fragment qui constituait le parement gauche d’un trône votif, fut mis au jour par M. Tarradell en 1950, lors de la fouille d’un édifice situé sur le flanc méridional de l’acropole de Lixus. La structure, de plan rectangulaire (10 x 14,60 m), était munie d’une abside au N dont la paroi était conservée en élévation jusqu’à une hauteur de 5 m (Tarradell 1956b, p. 386). Son mur latéral E se distinguait des autres parties du bâtiment par l’emploi de grands blocs bien appareillés. D’après le fouilleur, il était antérieur au reste du bâtiment et daterait de l’époque préimpériale. Quant au reste de l’édifice, il remonterait à l’époque romaine tardive (IIe-IIIe s. ap. J.-C., Tarradell 1956b, p. 387).
Il s’agit d’un bloc de marbre blanc (vraisemblablement pentélique) grossièrement parallélépipédique. Le meuble dont il faisait partie était de dimension réduite puisque le bloc conservé n’a que 32 cm de hauteur maximale pour 28,5 cm de largeur et 10 cm d’épaisseur. Le sommet semble avoir été retaillé car il ne comporte aucun plan horizontal. Mis à part le retour de la base et de la poitrine de la sphinge, la face interne du parement n’a pas été sculptée, mais un rebord horizontal, taillé en dessous des accoudoirs fait ressortir un parallélépipède qui occupe tout le reste de la superficie. Cet aménagement était visiblement destiné à assurer l’emboîtement du parement avec les autres parties constitutives du meuble, peut-être au moyen d’agrafes (Tarradell 1956b, p. 385-386 et fig. 2.). Outre le haut de la tête et l’extrémité de l’aile qui semblent avoir été sciés, le visage et la poitrine de la sphinge ont subi une forte abrasion mais l’état de conservation de la sculpture reste relativement satisfaisant. Le relief ainsi que le piédestal sont représentés sur trois des faces du parement : de profil sur la face externe, de face sur la tranche et encore de profil mais uniquement la partie antérieure sur la face interne. Le piédestal de 5,5 cm de hauteur est orné de deux moulures en léger relief.

Sur le plan typologique, notre monument se rattache de toute évidence aux trônes flanqués de sphinx qui, du sarcophage d’Ahiram daté du Xe s. av. J.-C. (Montet 1928-1929, p. 215-238, Haran 1958 ; Chéhab 1970-1971 ; Porada 1973), au ‘Ba’al de Thinissut’ daté du Ier s. ap. J.-C. (Merlin 1910), sont largement attestés dans le monde phénicien et punique (Gubel 1987, p. 37-75, pl. I-XIII). Ce type de monument, réalisé ou représenté sur différents supports et sur plus d’un millénaire a subi plusieurs variations, stylistiques et iconographiques.
Au vu des parallèles attestés en Orient et en Occident, il nous paraît difficile d’établir une filiation stylistique entre le sphinx de Lixus et les autres pièces relevant de la même typologie. Plusieurs détails : la tête, le traitement des plumes ou le piédestal en font une pièce singulière au sein de sa série, ayant à la fois des caractères archaïques ou plutôt archaïsants (le motif décoratif du tablier, la position de l’aile) et des caractères plus récents (le traitement des plumes, le piédestal mouluré). Les données stylistiques et iconographiques ne fournissent donc pas d’argument décisif permettant d’établir une filiation artistique ferme pour cette pièce.

Ce parement, avec ses 32 cm de hauteur conservée, était visiblement un ex voto. Dans son étude sur les trônes, M. Delcor a distingué trois types de trônes, selon qu’ils sont vides, qu’ils comportent des représentations sculptées ou qu’ils ont conservé la marque d’un tenon destiné à fixer un objet rapporté (Delcor 1983, p. 779-780). On notera alors que l’Afrique du Nord n’a pas livré de trônes vides, ce qui nous inciterait à supposer que celui de Lixus était également occupé. Quant à la divinité à laquelle il a été voué, elle reste difficile à déterminer en l’absence d’une inscription car comme le constatait C. Bonnet :  » Le sphinx lixitain qui flanquait un trône était sans doute en rapport avec une divinité locale, mais il est impossible de savoir s’il s’agit d’un dieu, d’une déesse, voire d’un bétyle  » (Bonnet 1992, p. 126).

Conclusion
Les données archéologiques en témoignent, les trônes flanqués de sphinx sont largement diffusés sur toute la côte syro-palestinienne et l’occident phénicien et punique et cela depuis au moins le XIIIe s. av. J.-C.
En ce sens, la présence d’un fragment de trône à Lixus n’a rien d’étonnant. Mais notre examen a montré que cette pièce était singulière au sein de sa série. Qu’il s’agisse du lieu de sa mise au jour, de sa matière ou de son traitement stylistique, il est difficile d’établir des parallèles étroits et de la replacer dans un cadre chronologique et spatial solide. Nous avons avancé les arguments qui nous paraissent militer en faveur d’une datation basse de ce trône que nous rattacherons volontiers à d’autres productions d’Afrique du Nord du dernier siècle avant notre ère. Mais il faut reconnaître que les éléments indiscutables manquent.

Hédi DRIDI

Bibliographie
AA VV 1990 = AA VV (1990) : De l’Empire romain aux Villes impériales, 6000 ans d’art au Maroc, Paris-Musées, Paris.
AA VV 1999 = AA. VV. (1999) : Maroc. Les trésors du royaume, Catalogue de l’exposition, Musée du Petit-Palais, Paris, 15 avril-18 juillet 1999, Éditions Plume – Paris-Musées – AFAA, Paris.
Aranegui et al. 1992 = ARANEGUI GASCO, C., BELEN, M., FERNANDEZ MIRANDA, M. ET HERNANDEZ, E. (1992) : « La recherche archéologique espagnole à Lixus : bilan et perspectives », dans : Lixus, Actes du colloque, Larache 8-11 novembre 1989 (= CEFR 166), p. 7-15, EFR, Rome.
Barnett 1975 = BARNETT, R.D. (1975²) : A Catalogue of the Nimrud Ivories with other examples of Ancient Near Eastern Ivories in the British Museum, deuxième édition (1e édition, 1957), British Museum Publications Ltd, Londres.
Bonnet 1992 = BONNET, C. (1992) : « Les divinités de Lixus », dans : Lixus, Actes du colloque, Larache 8-11 novembre 1989 (= CEFR 166), p. 123-129, EFR, Rome.
Bonnet 1996 = BONNET, C. (1996) : Astarté. Dossier documentaire et perspectives historiques (= Studi Fenici 37), CNR, Rome.
Chérif 1988 = CHERIF, Z. (1988) : « L’image du sphinx sur les monuments carthaginois », dans : REPPAL 4, p. 171-203.
Cintas 1951 = CINTAS, P. (1951) : « Deux campagnes de fouilles à Utique », dans : Karthago 2, p. 1-88.
Cintas 1952 = CINTAS, P. (1952) : « La « Grande Dame » de Carthage », dans : CRAIBL, p. 17-20.
Cintas 1954 = CINTAS, P. (1954) : Contribution à l’étude de l’expansion phénicienne au Maroc, AMG, Paris.
D’Albiac 1992 = D’ALBIAC, C. (1992) : « Some aspects of the Sphinx in Cyprus : Status and Character », dans : Studies in honor of Vasos Karageorghis, p. 285-290, pl. LI-LIII, Society of Cypriot Studies, Nicosie.
Danthine 1939 = DANTHINE, H. (1939) : « L’imagerie des trônes vides et des trônes porteurs de symboles dans le Proche-Orient ancien », dans : Mélanges syriens offerts à Monsieur René Dussaud par ses amis et ses élèves II (= BAH 30), p. 857-866, pl. I-III, Geuthner, Paris.
Delcor 1983 = DELCOR, M. (1983) : « Les trônes d’Astarté », dans : ACFP I, 3, Actes du premier Congrès des Études Phéniciennes et Puniques, Rome, 5-10 novembre 1979, P. Bartoloni et al. éds. (= Studi Fenici 16), p. 777-787, pl. CXLVI-CL, CNR, Rome.
Desanges 1992 = DESANGES, J. (1992) : « Lixos dans les sources littéraires grecques et latines », dans : Lixus, Actes du colloque, Larache 8-11 novembre 1989 (= CEFR 166), p. 1-6 et 405-409, EFR, Rome.
Doumet-Serhal et al. 1997 = DOUMET-SERHAL, C., MAÏLA-AFEICHE, A.-M., RABATE, A. ET EL-DAHDAH, F. (1997) : Pierres et Croyances. 100 Objets sculptés des Antiquités du Liban, Direction Générale des Antiquités – The Lebanese British Friends of the National Museum, Londres.
Lixus 2005 = ARANEGUI GASCÓ, C., éd. (2005) : Lixus-2 Ladera Sur. Excavaciones arqueológicas maroco-españolas en la colonia fenicia, Campañas 2000-2003 (= Saguntum Extra – 6), Universitat de Valencia – Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Valence.
Lixus 2001 = ARANEGUI GASCO, C., éd. (2001) : Lixus. Colonia fenicia y ciudad púnico-mauritana. Anotaciones sobre su ocupación medieval (= Saguntum Extra – 4), Universitat de Valencia – Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Valence.
Metzger 1985 = METZGER, M. (1985) : Königsthron und Gottesthron. Throndarstellungen in Ägypten und im Vorderen Orient im dritten und zweiten Jahrtausend vor Christus und deren Bedeutung für dasVerständnis von Aussagen über den Thron im Alten Testament, vol. 1 : texte, vol. 2 : catalogue et planches (= AOAT 15), Butzon & Bercker Kevelaer, Neukirchen-Vluyn.
MGAG 1993 = AMADASI GUZZO, M.G. (1993) : « Astarte in trono », dans : Studies in the Archaeology and History of Ancient Israel in Honour of Moshe Dothan, p. 163-180, Haifa University Press, Haifa.
Niemeyer 1992 = NIEMEYER, H.G. (1992) : « Lixus : fondation de la première expansion phénicienne vue de Carthage », dans : Lixus, Actes du colloque, Larache 8-11 novembre 1989 (= CEFR 166), p. 45-57, EFR, Rome.
Ponsich 1981 = PONSICH, M. (1981) : LIXVS. Le quartier des temples (= Études et travaux d’archéologie marocaine IX), Division des Monuments Historiques et des Antiquités du Maroc, Rabat.
Ponsich 1982 = PONSICH, M. (1982) : « Lixus ; informations archéologiques », dans : ANRW II, 10, 2, Berlin-New York.
Porada 1973 = PORADA, E. (1973) : « Notes on the Sarcophagus of Ahiram », dans : JANES 5 (= The Gaster Festschrift), p. 355-372.
Swiggers 1983 = SWIGGERS, P. (1983) : « Le trône d’Astarté : une inscription tyrienne du second siècle av. J.-C. », dans : Studia Phoenicia 1-2, I. Redt Tyrus/Sauvons Tyr / II. Histoire phénicienne/Fenicische Geschiedenis. E. Gubel, E. Lipinsk et B. Servais-Soyez, éds. (= Orientalia Lovaniensia Analecta 15), p. 125-132, Peeters, Louvain.
Tarradell 1952 = TARRADELL, M. (1952) : « Una esfinge, parte de un trono de divinidad púnica de Lixus (Marruecos) », dans : CNArq II, Madrid 1951, p. 435-438, pl. LXX-LXXIII, Seminario de Arqueologia y Numismatica Aragonesa, Saragosse.
Tarradell 1956a = TARRADELL, M. (1956) : « Las excavaciones de Lixus y su aportacion a la cronologia de los inicios de la expancion fenicio-cartaginesa en el extremo occidente », dans : IV Congresso Internacional de Ciencas Prehistoricas y Protohistoricas, Madrid 1954, p. 789-796, Saragosse.
Tarradell 1956b = TARRADELL, M. (1956) : « De nuevo sobra la esfinge de Lixus », dans : Homenaje a Millás-Vallicrosa vol. II, p. 383-402, CSIC, Barcelone.
Tarradell 1959 = TARRADELL, M. (1959) : Lixus, Historia de la ciudad, Guia de las ruinas, Tétouan.
Xella 1992 = Xella, P. (1992) : « La religion phénico-punique au Maroc. Les apports de l’épigraphie », dans : Lixus, Actes du colloque, Larache 8-11 novembre 1989 (= CEFR 166), p. 137-143, EFR, Rome.

Compte rendu de la septième réunion d’Afriqua Antiqua

Paris VII-Jussieu
Vendredi 24 octobre 2003

Chers amis,

Notre réunion de rentrée, la 7e, s’est tenue pour la première fois à Tolbiac où nous nous retrouverons tout au long de l’année. En effet, J.-P. Vallat, que nous remercions très sincèrement pour cette précieuse aide logistique, met désormais une salle de séminaire à notre disposition, un vendredi par mois.
Nous étions moins nombreux que la dernière fois, 12 participants, mais plusieurs d’entre nous s’étaient excusés, période d’inscription et reprise des cours oblige. Il faut aussi rappeler que, cette année, certains sont rentrés en Tunisie où ils ont obtenu des postes à l’INP ou à l’université : Slah Selmi et Zakia Loum. Nous avons commencé par rappeler quelques informations qui se trouvent sur le site comme les soutenances de Nicolas Schmalz et Catherine Fourmont les 22 nov. et 13 déc. et l’avancement du projet de numérisation du CIL, VIII. A ce propos, Mohammed Ben Abbes a renouvelé son appel à participation que nous avions déjà reçu par mail et nous avons proposé que toutes les personnes intéressées se retrouvent pour une séance de travail afin de définir ensemble les modalités de la numérisation des images, de leur traitement et de leur stockage. Leïla Barkati, inscrite sous la direction de J.-P. Vallat et ATER à Paris VII, nous a présenté le séminaire animé par son directeur et rappelé les dates des séances qui concerneront l’Afrique cette année : les lundis 5 et 19 janvier et le lundi 19 février où parleront V. Brouquier-Reddé, E. Lenoir et M. Sebaï. Vous retrouverez ces dates dans la rubrique Agenda.
La réunion s’est ensuite déroulée en trois temps : la présentation de nouvelles publications, l’annonce des dates de diverses rencontres scientifiques et l’exposé de Raya Ben Guiza sur « les décans Egyptiens et leur réception dans le monde phénicien et punique ».

1- Bibliographie

Raya a présenté La naissance du monothéisme, d’André Lemaire et La marine carthaginoise, de Abdelhamid Barkaoui. Hédi a signalé la parution de deux ouvrages sur la civilisation punique : La présence punique en pays numides d’Alya Ben Younès-Krandel et Recherches sur l’architecture funéraire punique du Cap Bon de Mounir Fantar. Concernant la période romaine, un seul ouvrage a été présenté par Sophie : Itinéraires de Saintes à Dougga. Hommages à Louis Maurin. Vous trouverez un compte-rendu de ces ouvrages récents et leurs références précises dans la rubrique Chroniques. Il faut aussi signaler la parution des Actes du 9e Colloque sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord qui s’était tenu à Tabarka, en mai 2001. L’ouvrage n’était pas encore disponible au moment de notre réunion, mais il serait intéressant que, parmi ceux qui se le procureront ou se le sont déjà procuré, quelqu’un en fasse un compte-rendu pour Africa Antiqua. Enfin une publication concernant l’Afrique a été annoncée : les actes des deux premières journées d’études de la Société d’Etudes du Maghreb Protohistorique Antique et Médiéval (SEMPAM) qui s’étaient tenues en 2001 et en 2002 à Ulm et à Aix (où Mohédine Chaouali et Raya Ben Guiza avaient chacun présenté une communication) vont être prochainement publiés ensemble dans un fascicule d’Antiquités Africaines.

2- Colloques et séminaires

Les 3e journées d’études de la SEMPAM se sont tenues les 10 et 11 octobre 2003 au musée d’Aquitaine de Bordeaux, au moment de l’ouverture de l’exposition Saint Augustin, une mémoire d’Algérie (jusqu’au 4 janv. 2004 avec, tous les mardi soirs, une conférence du Pr. P. Cambronne, spécialiste de l’évêque). Conçues en relation avec cette manifestation, le thème de ces journées était Saint Augustin : la Numidie et la société de son temps. En attendant leur publication annoncée à l’Institut Ausonius fin 2004, Sophie nous a fait un compte-rendu des communications que vous trouverez en Annexe 1 et a ramené le catalogue de l’exposition présenté par Mohammed (Chroniques).

Plusieurs dates de manifestations scientifiques sont à retenir, elles figurent également dans l’Agenda :
- 4-5 déc. 2003, à Sienne : colloque international sur Les paysages antiques du Maghreb : Maroc et Libye.

- 10-14 mars 2004, à Siliana et à Tunis : colloque organisé par A. Ferjaoui sur le thème de Carthage et les autochtones.

- 22-24 octobre 2004, à Paris : le Groupe de Recherche « Sanctuaires et lieux de culte » organise un colloque sur le thème des Rites et aménagements cultuels en Afrique pré-romaine, romaine et chrétienne.

- 9-12 décembre 2004, à Rabat : 15e Colloque de l’Africa Romana.

- fév.-mars 2005, à Tripoli : la SEMPAM organisera un colloque qui traitera des Cultes et lieux de culte en Afrique, de la période protohistorique à l’époque médiévale. Pour proposer une communication, il faut s’adresser à S. Lancel, R. Rebuffat ou X. Dupuis.

3 – Exposé
Pour terminer, Raya nous a présenté sa communication intitulée « Les décans égyptiens et leur réception dans le monde phénicien et punique », il s’agissait d’une répétition pour le colloque La Transeuphratène à l’époque Perse. Société, Pouvoir et Religion qui s’est tenu du 6 au 8 nevembre 2003 à l’Institut Cathloique de Paris. (Annexe 2). Beaucoup de questions ont été posées sur ce sujet qui nous était à tous peu familier, l’occasion d’aborder d’autres domaines de recherche.

Cordialement,

Sophie Saint-Amans

ANNEXE 1. Résumé des communications présentées aux 3e journées de la SEMPAM

Les deux premières communications du Vendredi 10 octobre, d’A. Michel et J. P. Caillet, se complétaient puisqu’elles avaient toutes les deux traits aux églises paléochrétiennes. A. Michel a rappelé la densité et précocité de l’implantation des sièges épiscopaux en Proconsulaire, mais aussi en Numidie : recense 167 églises sur 97 sites des 2 provinces et présente une rétrospective des principales églises martyriales dont le principal pb est qu’elles sont mal datées, pas de rapports de fouilles anciennes. et J.P. Caillet s’est intéressé particulièrement aux ensembles chrétiens de Timgad, Djémila, Announa et Madaure pour conclure aussi que les nombreuses implantations d’églises précoces correspondent bien aux témoignages laissés par les sources, en particulier par Saint Augustin. La matinée s’est terminée avec la communication de Fr. Baratte qui a dressé une typo-chronologie de la sculpture en Numidie à la fin de l’Antiquité, en soulignant lui aussi les difficultés soulevées par les pb. de datation.
L’après-midi, deux responsables de sites algériens ont parlé d’Hippone, la ville de Saint Augustin : S. Dahmani et S. Ferdi ont présenté respectivement un bilan de l’état de conservation du site d’Hippone aujourd’hui et un itinéraire des visites pastorales de l’évêque dans ses campagnes. Cl. Lepelley a clôt la journée en évoquant la vision qu’avait l’évêque de sa société, qu’il divise en deux parties. Il se définit comme africain, homo Afer, et témoigne d’une forte identité régionale fondée en particulier sur les héritages puniques dont il exalte la culture, en revanche, il qualifie de barbares, Afri barbari, les populations tribales des confins et de Maurétanie.
Les trois premières communications de la matinée du samedi 11 octobre était davantage consacrées à certains aspects de la théologie de SA et au cheminement de son engagement spirituel. P. Cambronne a évoqué le parallèle entre les perversions de la chair et celle de l’esprit que Saint Augustin a établi en construisant un jeu de miroirs entre plusieurs livres des Confessions. A. Fraïsse a rappelé la venue à Uzalis des reliques de Saint Etienne en analysant le récit du De miraculis Sancti Stephani, puis en envisageant, à travers La Cité de Dieu, l’évolution des prises de position de Saint Augustin vis-à-vis des miracles.
Enfin, S. Lancel a conclu le colloque par des notes très intéressantes et très instructives sur l’entourage féminin de l’évêque, en particulier sur ses relations avec sa mère, Monique.

Sophie Saint-Amans

ANNEXE 2. Résumé de la communication de Raya ben Guiza : « Les décans égyptiens et leur réception dans le monde phénicien et punique »

Cet article concerne les rouleaux puniques et leur iconographie égyptisante. Il s’agit de mieux comprendre la dimension emblématique de ces amulettes et d’étudier plus amplement le phénomène égyptien  » des décans  » qui les a inspirées.
Les pendentifs porte-amulettes et leurs rouleaux talismans ont été découverts lors des premières fouilles des nécropoles carthaginoises il y a plus d’un siècle. Plusieurs études leur ont déjà été consacrées depuis, toutes redevables à la recherche majeure de Jean Vercoutter qui a le premier attiré l’attention des chercheurs sur la ressemblance de leur iconographie avec celle d’autres objets égyptiens. En précurseur, il n’a pas hésité à démontrer la filiation de ces amulettes carthaginoises avec les décans égyptiens. Depuis 1945, plusieurs autres rouleaux ont été découverts sans que le rapprochement avec ceux de Carthage ne soit systématiquement fait, jusqu’au jour où Mme Brigitte Quillard a entrepris un travail énorme celui de rassembler en deux grands volumes l’ensemble des bijoux carthaginois et leur a donné voix au chapitre. Son étude met en valeur la place particulière qu’ils occupent dans la bijouterie phénico-punique, faisant rejaillir par-là leur  » typicité  » et leur valeur talismanique. Force est de constater que ces objets se distinguent des simples ornementations et qu’on ne peut se contenter de les traiter comme une simple production égyptisante. Le problème de l’origine de ces documents est très délicat à aborder, il n’en demeure pas moins que l’étude des Bijoux permet de dégager une série de données plaidant en faveur d’une origine carthaginoise. Après avoir démontré l’antériorité des étuis porte-amulettes carthaginois sur les exemplaires semblables du Proche-Orient, il est facile de rejeter la théorie de J. M. Blázquez qui plaidait pour une origine phénicienne. J. Leclant ne s’est quant à lui pas prononcé sur une éventuelle origine, mais a insisté sur la parenté iconographique avec certains rouleaux trouvés en Egypte. Certes des modèles antérieurs aux exemplaires puniques sont connus en Egypte, mais ils s’en distinguent tellement par leur forme et leur iconographie, qu’une filiation directe serait audacieuse. Avec l’étude de G. Maas-Lindemann , on admet qu’il ne s’agit pas de simples importations et on envisage une production locale. Les Carthaginois les auraient gravés d’après un modèle qui leur est familier, mais aussi les auraient arrangés selon les propres attentes de leur clientèle. En Égypte, les décans, véritables horloges stellaires étaient supposé sinformer les morts sur le passage des heures de la nuit, les guider et protéger contre tous les dangers dans leur voyage vers l’au-delà. La course immuable des décans, représentants de tous les astres dans la voûte céleste, donnait l’assurance au Ba du défunt de rester dans un cycle invariable et infini et par conséquent lui garantissait l’immortalité.
Les premières attestations iconographiques égyptiennes des décans auxquelles se rattachent les figures phéniciennes remontent à la XXIIe dynastie, avec les bracelets de Hornakht. Ces deux bracelets ont été trouvés dans la tombe d’Osorkon II et sont très importants pour la compréhension des figures adoptées par les Phéniciens, car en plus des formes habituelles des décans ils portent des inscriptions qui éclairent sur la visée de ces objets. On y apprend que les décans avaient un pouvoir sur le destin et qu’ils pouvaient suppléer la douleur et la mort. Les invoquer permettait de s’assurer une garantie contre toute épreuve.
L’iconographie des rouleaux-talismans dérive de cette tradition décanale. Les décans y sont représentés dans un schéma logique, mais ils sont aussi accompagnés par une assemblée de divinités et de démons, (deux grands chapitres en particulier sont consacrés à la déesse Sekhmet et son émissaire le décan serpent  » sšrw « ). Les influences de l’Égypte sur la culture phénicienne ne sont plus à démontrer tant elles sont nombreuses. La période  » libyenne  » est particulièrement sensible et riche en documentation archéologique. Et on peut désormais compter sur la richesse de ces images décanales pour mieux comprendre la religion phénicienne.
Le principe des bandes roulées et enveloppées dans un tube trouve un parallèle dans le système des décrets divins, qui sont apparus à la fin du Nouvel Empire. Toutes ces protections individuelles, souvent nominatives, permettaient de se prémunir de tous les dangers et garantissaient une immunité face aux dangers provoqués par Sekhmet ou par l’action magique. Portés au cou du propriétaire, le papyrus est roulé et conservé dans un étui le cachant des regards indiscrets qui peuvent lui faire perdre son efficacité. Chronologiquement, cela correspond parfaitement avec l’apparition des pendentifs porte-amulettes carthaginois et leur diffusion méditerranéenne. Au regard de cette étude, il semble possible d’affirmer que l’iconographie de ces amulettes puniques a une origine égyptienne directe. La production, quant à elle, fut réalisée dans des ateliers puniques, carthaginois de surcroît, qui auraient été en contact avec des artisans égyptiens d’abord et qui se seraient directement inspirés de leur répertoire pour développer un modèle propre aux attentes puniques locales. Ces modèles sont tout à fait assimilés et ne sont pas de simples copies. Les artisans ont compris la taxinomie et le symbolisme de ces figures et ne se contentaient pas de les disposer selon un ordre aléatoire. Sous réserve d’indices contraires, il semble probable que les Carthaginois aient la paternité de ce type d’amulettes. Carthage serait le centre de gestation, de production et de distribution de celles-ci de la fin du VIIe jusqu’au IIIe s. av. J.-C.

Raya ben Guiza

Compte rendu de la sixième réunion d’Afriqua Antiqua

Maison Avicenne, Cité Universitaire, Boulevard Jourdan, 75014 Paris
Mardi 10 juin 2003

Chers amis,

Notre 6e réunion s’est tenue le mardi 10 mai, de 15 à 18 h. Nous étions 22 étudiants et jeunes chercheurs ; 5 nouveaux venus s’étaient joints à nous, élargissant notre groupe à de nouvelles périodes et d’autres disciplines. Changement de décor aussi, puisque nous nous sommes, pour la première fois, retrouvés à la Maison Avicenne où Khaled Marmouri et Salem Mokni, se chargeant de l’organisation de cette journée, avaient convaincu son directeur, M. Christol, de nous accueillir.

1) Définition et bilan d’Africa Antiqua

Après qu’Hédi Dridi ait présenté le programme de la réunion, Mohamed Benabbès a rappelé dans quel esprit avait été créé Africa Antiqua et il en a dressé le bilan. Il a rappelé que nous nous sommes rencontrés pour la première fois il y a maintenant un peu plus d’un an, le 15 mai 2002, à la MAE de Nanterre. Nous étions 22 personnes lors de cette réunion très amicale et nous étions tous et toutes très convaincus à la fois de l’utilité du travail collectif et de la nécessité de renforcer les liens entre tous les jeunes africanistes, sans se cantonner à nos universités de rattachement. Mohammed a commencé par rappeler que le nom Africa antiqua a été choisi pour évoquer cette région sur laquelle nous travaillons tous, totalement ou en partie, mais que, s’il paraissait souhaitable de rassembler les africanistes, il fallait également éviter de ne réunir que les africanistes africains ; si aujourd’hui le nombre des étudiants maghrébins ou d’origine maghrébine reste majoritaire, ce n’est pas par esprit de clanisme, mais tout simplement parce que quantitativement, ils sont plus nombreux à travailler sur l’Afrique du Nord antique.
Il a ensuite rappelé que le projet Africa Antiqua était né avant tout de multiples frustrations : frustrations dues au manque d’information et surtout à son manque de circulation, frustrations dues au trac que nous inspire la prise de parole devant un auditoire, frustrations dues à l’absence de liens et d’espaces de rencontre entre doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur l’Afrique et enfin, frustrations dues au manque de contacts entre doctorants africanistes au-delà des frontières.
Pour y remédier, c’est l’idée de liens et de réseau qui s’est imposée et le premier élément qui nous identifie ou plutôt qui nous définit et sur lequel nous insistons est l’informalité : Africa Antiqua ne possède pas de statut juridique, elle n’est pas une association, elle ne se rattache à aucune université ni à aucun professeur. Africa Antiqua a été pensée avant tout comme un espace de rencontre, de discussion, d’échanges et d’écoute et, par le biais de notre site Internet, comme une passerelle de circulation de l’information. On pourrait se demander pourquoi organiser ces rencontres informelles alors qu’il existe déjà un grand nombre de structures du type écoles doctorales ou séminaires qui, en théorie, permettent aux doctorants d’exposer, de poser des questions ou encore d’être écoutés. Or, l’expérience prouve que l’on a, en général, du mal à franchir le seuil de la parole au cours de ces séminaires et parler, s’exprimer, poser des questions ou présenter des exposés, s’avèrent souvent difficile. Ceci ajouté à l’appréhension que nous inspirent souvent nos directeurs de recherche respectifs font de ces séminaires des espaces intimidants pour les débutants que nous sommes et nous imposent une certaine auto-censure. Pourtant, que l’on choisisse la voie de l’enseignement ou celle de la recherche, prendre la parole en public, échanger et communiquer seront pour nous tous des outils de travail indispensables et il faut se préparer à les utiliser avec le plus d’aisance et de confiance possible. Africa Antiqua n’est pas une alternative, mais plutôt une initiative complémentaire et une préparation aux ‘séminaires classiques’.

Aujourd’hui après un an de travail, mais aussi d’amitié, nous nous sommes retrouvés pour essayer de dresser un premier bilan. D’abord, nous avons réussi à réunir régulièrement plusieurs doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire de l’Afrique. Bien que le taux de présence ait été assez variable, certains n’ont jamais manqué nos réunions et, si notre groupe a survécu, c’est grâce à tous ceux qui ont, chaque fois, pris la peine de se déplacer, parfois de très loin : de Lille, de Rouen ou de Montpellier. Au total, 6 réunions ont été organisées depuis le 15 mai 2002, au cours desquelles nous avons écouté 8 exposés présentés par Salem Mokni, François-Xavier Romanacce, Imed Ben Jerbania, Moheddine Chaouali, Bakhta Mokraenta, Sondess Gragueb, Virginie Bridoux, Mohamed Benabbès, Meriem Sebaï. Tous ces exposés qui, pour certains étaient des répétitions avant une communication en public, ont été suivis de discussions plus ou moins animées dont le principal intérêt fut de confronter des points de vue exprimés par des participants venant d’horizons scientifiques, sinon géographiquement, du moins chronologiquement assez divers. Ce premier constat met en évidence trois points positifs : Africa Antiqua a permis de faire se rencontrer des étudiants qui ne se connaissaient absolument pas alors qu’ils travaillaient sur des sujets parfois très proches ; elle a déjà permis à 8 d’entre nous de s’entraîner à parler en public ; enfin elle a suscité des échanges et des débats, ce qui est primordial dans la préparation d’une thèse.
Outre l’organisation régulière de ces rencontres, un second objectif a été atteint : la réalisation du site Africaantiqua.free.fr., reflet et support matériel de notre activité dont la fonction est de se partager l’information et de la diffuser au plus grand nombre d’entre nous. On y trouve ainsi, non seulement les comptes-rendus de nos réunions, mais aussi des chroniques bibliographiques et surtout un agenda scientifique mis à jour le plus régulièrement possible. Ce site est aussi un espace de rencontre virtuelle et nous avons d’abord eu la volonté, en le concevant, de mettre en commun nos connaissances et d’aider ceux qui ne disposent pas de certains documents. Enfin, il permet à tous de consulter un annuaire des thèses et DEA portant sur l’Afrique antique et constitue ainsi un réseau informel de chercheurs à travers la France, le Maghreb et toute l’Europe. Ce site est vivant, en évolution presque permanente, et grâce à notre ami et conseiller informatique Gérald, nous en découvrirons très bientôt une nouvelle version fantastique et très professionnelle. Enfin, la plupart d’entre nous reçoivent régulièrement, depuis l’année dernière, des mails concernant nos réunions, les conférences et les séminaires susceptibles de nous intéresser. C’est l’autre principal point positif : ce site concrétise bien notre désir de créer des liens et de faire circuler l’information.

Voilà ce que nous avons réussi à réaliser aujourd’hui. Ce qui nous reste à faire est énorme, mais pour progresser sur des bases solides, il ne suffit pas de faire valoir nos points forts, il faut aussi cerner nos faiblesses et trouver le moyen d’y remédier. On a d’abord reproché à Africa Antiqua, mais c’était surtout au début, d’être trop  » paris-centristes « . Il s’agissait surtout de l’annuaire des thèses dans lequel ne figuraient presque que des parisiens et de l’agenda scientifique qui se cantonnait encore aux universités parisiennes. C’était vrai, mais ça l’est de moins en moins depuis que, par le biais d’Africa Antiqua notamment, d’autres contacts se sont peu à peu établis, notre réseau s’élargissant progressivement au-delà de Paris et même de la France. La preuve en est notre dernière réunion à Aix, car l’absence de cadre formel, le fait que nous ne soyons pas rattachés à tel ou tel centre de recherche, nous a encouragé à nous délocaliser, de Nanterre au début, à Aix la dernière fois, aujourd’hui à Avicenne, demain à Jussieu, l’année prochaine à Montpellier et à Lille, et pourquoi par à Tunis, à Sousse, à Rabat ou à Alger. Preuve en est également la présence régulière de nos amis non parisiens comme Nicolas, Virginie et Julie et, plus ponctuellement, celle d’étudiants venus du Maghreb, mais aussi la mention, dans l’annuaire des thèses, de doctorants poursuivant leurs études au Maghreb, en Italie, en Espagne, en Allemagne et aux USA, ainsi que l’annonce de colloques relatifs à l’Afrique tenus dans d’autres universités.
On a également reproché aux trois personnes qui sont à l’origine de cette initiative : Hédi, Meriem et Mohammed, de constituer  » le nombril  » du groupe Africa Antiqua et que celui-ci soit trop attaché à eux trois. C’était vrai au début, le temps de mettre le train sur les rails, puisqu’il s’agissait de leur projet et que, de fait, ils se trouvaient les mieux à même de le concrétiser. Mais, il faut aussi reconnaître qu’au cours des trois dernières réunions au moins, beaucoup de personnes ont pris la parole ; il faut surtout rappeler que, dès la première réunion, tous les participants ont été largement invités à contribuer, non seulement aux discussions, mais aussi à l’organisation des rencontres et c’est effectivement ce qui c’est passé avec Arbia Helali, Leïla Najar, Sophie Saint-Amans, Virginie Bridoux, et aujourd’hui, Khaled Marmouri et Salem Mokni. Mais comme les critiques sur ce point persistent toujours, nous proposons à nouveau aujourd’hui, publiquement, que le comité organisateur change à chaque réunion et que lors de chacune de ces réunions, nous choisissions ensemble les collègues qui se chargeront de la coordination pour la préparation matérielle et scientifique de la rencontre suivante et/ou de la rédaction de son compte-rendu. Bien sûr, vous pourrez toujours compter sur l’expérience de Meriem, Mohammed et d’Hédi. Le succès de notre groupe, c’est à vous de le mesurer, mais pour nous, votre présence massive est très satisfaisante et très significative de l’intérêt que vous portez, que nous portons tous à ces réunions et au réseau Africa antiqua.

2) Actualités scientifiques

La seconde partie de la réunion a été consacrée aux actualités de l’histoire et de l’archéologie africaine. Virginie Bridoux nous a d’abord présenté les thermes de Djebel-Oust à la fouille desquels elle a participé au mois de mai, dans le cadre du programme co-dirigé par Aïcha Ben Abed et John Scheid. Elle nous a également informé que M. et E. Lenoir reprenaient les fouilles de Banasa à partir de l’automne prochain. Puis Leïla Najar nous a résumé la teneur du colloque de Rouen  » Identités et cultures dans l’Algérie antique  » auquel elle a assisté à la mi-mai (Annexe 1), colloque pour lequel Virginie Bridoux et Mohamed Benabbès avaient préparé les communications qu’ils nous ont présenté à la séance précédente (cf. Compte rendu n° 5). Enfin, Raya Ben Guiza a rendu compte des deux conférences que M. Fantar est venu récemment donner à Paris, à l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres et à la Société Asiatique. Pour finir sur l’agenda scientifique, il faut retenir deux dates : celle du Colloque de Siliana, organisé par A. Ferjaoui, qui se tiendra vraisemblablement entre le 20 et le 30 octobre 2003 et celle de la prochaine réunion de la SEMPAM qui aura lieu à Bordeaux, au musée d’Aquitaine, les 11 et 12 du même mois.

3) Exposé

En raison du peu de temps qui nous restait, la présentation des derniers ouvrages scientifiques a été éclipsée, mais vous la trouverez dans la rubrique Chroniques, afin d’entendre Meriem Sebaï nous présenter sa communication préparée pour la journée organisée le 18 mai en hommage à Yvon Thébert :  » Vers une décolonisation de l’histoire de l’Afrique ? « . (Annexe 2). Son exposé a été suivi d’une discussion assez animée, portant principalement sur le thème de l’existence ou non d’une identité berbère homogène et constante à travers différentes aires géographiques et différentes périodes historiques.

Sophie Saint-Amans & Meriem Sebaï


Annexe 1 : Compte rendu du colloque de Rouen

Le colloque s’est déroulé du 16 au 17 mai dernier. 21 communications, traitant de quatre thèmes ont été présentées :
1) Les royaumes Numides et Maures.
2) Evolution des composantes identitaires (Iè siècle avant J.-C.- IIIè siècle après J.-C.).
3) Art, archéologie et culture.
4) Identités : permanences et rupture.

L’objectif de ce colloque était de définir les diverses composantes culturelles en Afrique du Nord. La question de la coexistence ou de la résistance aux influences externes a été notamment soulevée. En se basant sur des études onomastiques, épigraphiques, religieuses et funéraires, les communicants ont tenté de restituer le vrai visage de l’histoire de l’Afrique du Nord antique. Michèle COLTELLONI-TRANNOY, à travers sa communication intitulée  » Les rois numides et l’hellénisme dans le royaume de Maurétanie « , essaie d’analyser l’usage du Grec comme phénomène d’hellénisation. Quoique cet usage reste une caractéristique pour les élites, surtout les rois, il constitue un volet non négligeable dans les provinces africaines. La permanence d’une identité linguistique grecque est visible à côté de la langue africaine fondée sur les langues locales (Libyque, Punique ou Néo-punique) ; l’auteur a conclu sa communication en soulignant que  » Le grec n’a jamais été une langue de pouvoir, mais une langue à large diffusion « . Si les diverses composantes culturelles en Afrique du Nord sont traitées chez Michèle COLTELLONI-TRANNOY par l’usage du Grec, d’autres communications se fondant sur des bases religieuses ou militaires affirment cette coexistence. J’attire l’attention ici sur deux communications :  » Saturne et ses fidèles « , présentée par Nacéra BEN SEDDIK et  » Des cavaliers numides dans l’armée romaine « , présentée par Christine HAMDOUNE. Toutes ces communications se rejoignent autour d’une nouvelle image de l’Antiquité en Afrique du Nord, différente de celle qui était tracée par l’historiographie du XIXè début XXè siècle. Pour cette dernière, l’histoire de l’Afrique du Nord reste l’histoire de Rome et des Romains, et sur plusieurs siècles l’histoire des Puniques, Numides et Maures a été mise entre parenthèse.
Leïla Najar

Annexe 2 : Résumé de l’exposé

Meriem Sebaî,  » Vers une décolonisation de l’histoire de l’Afrique ?  »
Pour rendre hommage à l’œuvre d’Y. Thébert, dans le cadre de la  » Journée d’étude en hommage à Yvon THEBERT « , j’ai choisi un article qui me paraît fondamental dans son œuvre et fondamental aussi dans la perspective historiographique africaniste :  » Romanisation et déromanisation en Afrique : histoire décolonisée ou histoire inversée ? « , publié en 1978 dans la revue Les Annales, au T. 33. Cet article se présente comme un point de vue sur la thèse de M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976. Ainsi, Y. Thébert montre bien qu’en adoptant la notion de résistance, M. Bénabou, adopte le point de vue des Africains et se fait le défenseur de la culture africaine, sans, toutefois, se départir des problématiques traditionnelles. En effet l’utilisation d’une série de concepts (résistance, Berbères, Maghreb) utilisés comme principes explicatifs de l’histoire africaine abouti à une inversion des thèmes développés par l’historiographie colonialiste. L’importance donné au vocabulaire par Y. Thébert, me paraît être particulièrement intéressante dans la mesure où elle permet de mieux tenir compte des contextes historiques dans lesquels l’écriture de l’histoire africaine s’élabore. Cette vision nous convie à une réflexion sur nos propores conditionnement intellectuels et culturels, mais elle nous permet également de parvenir à histoire de l’Afrique libérée des concepts véhiculés par des idéologies d’un autre temps. Cette vision fait apparaître l’Afrique comme une zone intégrée dans l’espace et le contexte méditérranéen réélaborant non pas une culture Africaine mais des cultures toutes  » authentiquement Africaines « .

Compte rendu de la cinquième réunion des Africanistes

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie René Ginouvès, Salle 2 (RDJ)
30 avril 2003

Chers amis,

Notre cinquième réunion s’est tenue comme convenu le 30 avril à Nanterre, de 10h à 13 h. 9 étudiants y ont assisté, 6 ont été excusés. Malgré le petit nombre de présents, il faut saluer la présence de Virginie Bridoux, Nicolas Schmaltz et Julie Wereich qui venaient respectivement de Rouen, Lille et Montpellier.
Après une rapide présentation, Mohamed Benabbès, Arbia Helali et Meriem Sebaï nous ont fait un compte-rendu de la 1ère réunion organisée à Aix-en-Provence.

1-Compte-rendu de la journée à Aix-en-Provence

Nous en avons fait un compte-rendu très détaillé que vous trouverez sur le Site d’Africa Antiqua, retenons tout de même les motifs de satisfactions : ce premier déplacement hors de la MAE de Nanterre était inscrit dans les projets de rencontres scientifiques qui nous tenaient à cœur. En dehors des réunions de présentation, de travail et de discussion qui nous ont occupé durant deux jours, nous avons eu le plaisir de rencontrer un grand nombre de doctorants et de chercheurs de la MMSH, maintenant que les contacts sont pris nous avons une meilleure vision de la topographie scientifique d’Aix-en-Provence, il ne tient qu’à nous individuellement de maintenir le lien et de l’entretenir. Il faut aussi rappeler que bien que nous ne soyons pas une association, quatre d’entre nous ont bénéficié de l’accueil gracieux de la MMSH, M. Ilbert, directeur des lieux, avait fait mettre à notre disposition deux studios. De même, Nicolas Schmaltz, étudiant à Lille 3, s’est vu pris en charge intégralement par son université. Nous remercions également Imen et Imed Ben Jerbania qui ont accueilli chez eux deux parisiens. Tout ceci prouve encore que notre initiative informelle et spontanée rencontre un accueil chaleureux et suscite les bonnes volontés.
Autre motif de satisfaction, les réactions de l’ensemble des professeurs et chercheurs du CCJ ont été très positives et nous encouragent à persévérer. Mohamed a ensuite brièvement évoqué les trésors d’archives du CCJ : les cartes topographiques (700), la photothèque (au moins 40 000 clichés), l’aérophotothèque (plus de 160 cartons remplis de photos aériennes de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie). Il nous a semblé que la bibliothèque du CCJ et ses archives sont une étape incontournable pour tous les étudiants dont la thèse possède un lien avec l’Afrique Antique. De plus, il est également possible, sur le moyen terme d’obtenir un scanning des feuilles topographiques de l’AAA et l’AAT, ainsi qu’une liste des centres universitaires ou d’archives qui détiennent des cartes ou des photos de l’Afrique.
Meriem a évoqué un moment très émouvant du séjour. M. M. Fixot est venu nous raconter la création de l’association P.A. Février. L’évocation de cet historien que notre génération n’a pas connue nous a beaucoup toucher ainsi que l’esprit dans lequel les ses amis et collègues continuent de perpétuer son nom et son œuvre. M. Fixot nous a expliqué la marche à suivre pour les demandes de bourse ainsi que pour les demandes d’hébergement pour ceux qui veulent mener des recherches dans les bibliothèques d’Aix (reportez-vous à la rubrique Bourse du site Africa Antiqua).

2-Agenda scientifique et publications

Parmi les rendez-vous scientifiques concernant l’Afrique nous avons retenu :

M. Christol, Uchi Maius, 30 avril 2003 à 17h à la société des Antiquaires de France 5 mai, à Bordeaux, thèse de Ridha Ghaddhab 9 Mai, à Aix, MMSH, journée  » regards sur l’urbanisme des villes en Algérie, de l’Antiquité au XXème siècle  » 16-17 Mai, à Rouen, colloque consacré à  » Identités et culture dans l’Algérie Antique « , dans le cadre duquel, Virginie Bridoux, Mohamed Bennabbès, Naïma Abdelouahab et Amel Soltani ont présenté des communications. 18 juin, Jussieu, journée en hommage à Y. Thébert.
Dans le cadre des publications récentes nous signalons la parution des ouvrages suivants :

Michel Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident Romain, CEFR, 299, Paris-Rome, 2002 X. Dupuis, Inscriptions Latines d’Algérie, II,3, 2003 Antiquité tardive, 10, 10, 2002 : Colloque sur l’Afrique vandale et byzantine Dans le cadre des activités archéologiques signalons deux chantiers de fouilles en Tunisie

à Jebel Oust (dans la région du Zaghouan) à Pupput (Hammamet sud)
La troisième partie de la réunion a été consacrée aux exposés de V. Bridoux et M. Bennabbès qui testaient dans le cadre d’Africa Antiqua leurs communications respectives au colloque qui s’est tenu à Rouen le 16 et 17 mai dernier sous le thème : Identités et culture de l’Agérie Antique.
Virginie Bridoux, La pénétration des produits italiques sur trois sites numido-maurétanien,
Mohamed Benabbès, Les premiers raids arabes en Numidie byzantine : Questions toponymiques,
Une discussion animée s’est poursuivie autour d’une bonne table.

Mériem SEBAI

Mohammed BEN ABBES


Annexe 1 : résumé des deux exposés.

Virginie Bridoux, La pénétration des produits italiques sur trois sites numido-maurétanien,

Mohamed Benabbès, Les premiers raids arabes en Numidie byzantine : Questions toponymiques,

La fondation de Kairouan vers 670, par Okba ibn Nafe, au centre de la Byzacène, marqua la volonté des Arabes de s’établir durablement en Afrique du Nord, d’où les tentatives de pénétrer, peu de temps après, en Zeugitane et en Numidie. La première expédition arabe en territoire de Numidie fut l’œuvre d’Abu-l-Mûhajir, qui remplaça Okba pour quelques années (674-682) et qui, à en croire certaines sources, aurait pu atteindre la région de Tlemcen. Rétabli dans son poste à Kairouan par le khalife Yazid, Okba se lança lui-aussi dans un grand périple en direction de l’Ouest qui le conduisit victorieusement, selon la légende, jusqu’à Tanger et la côte de l’Atlantique. Mais, sur la route du retour, il fut attaqué et tué à Tahûda, près de Biskra. Ces deux épisodes de la conquête arabe dans le Maghreb centrale et occidental furent l’objet de grandes réserves de la part de beaucoup d’historiens modernes comme R. Brunschvig et G. Marçais. Ils ont été admis, néanmoins, par d’autres chercheurs tels que Lévi-Provinçal et H. Monès. La présente communication propose une mise au point qui, en révisant le corpus des traditions historiques arabes relatives à ces deux expéditions, tente de montrer que les raids de ces deux généraux arabes ont été focalisés plutôt sur la Numidie centrale, essentiellement sur la région de l’Aurès. L’examen des toponymes mentionnés dans ces récits, nous a amenés à en déduire que le point le plus occidental atteint par les Arabes au cours de cette phase serait dans les environs du Chott el Hodna. L’œuvre militaire de Okba ibn Nafe en Numidie aurait essentiellement pour objectif, suivant cette hypothèse, un contournement de l’Aurès, où se concentraient les puissantes tribus berbères de l’époque. Le trajet des troupes arabes correspond parfaitement aux deux voies stratégiques du Nord et du Sud de l’Aurès. La conquête du Maghreb occidentale n’est accomplie que quelques décennies plus tard par Mousa ibn Nûsayr.

Discussion :

Lamjed : remercie MB pour cet exposé très clair, toutefois, il n’est pas d’accord avec son interprétation qui exclue la ville de TLEMCEN comme étape du trajet d’Okba. L’importance de cette ville au Moyen Age rend difficile de telles confusions. Il rappelle que Tlemcen, désignait aussi bien la ville que toute la  » région de Tlemcen « .
D’autre part il n’est pas d’accord non plus avec l’identification Lamis = Bellezma.

MB : l’émergence de Tlemcen ne survient que lontemps après les premiers raids arabes, au XIIème-XIIIème siècle de n. è. , en revanche on ne peut pas parler de Tlemcen dans un contexte byzantin (VIIe s.), car l’ancienne ville de Pomaria était tombé dans l’oubli.

MS : finalement Okba n’est jamais allé jusqu’au Maroc ?

MB : oui, tout à fait.

MS : Comment expliquer l’amplification du mythe d’Okba ?

MB : C’est une évolution historique ultérieure, liée essentiellement au rôle joué par la dynastie d’Okba dans le Maghreb et l’Espagne, mais aussi au désir des écrivains du Maghreb Extrême (Maroc) d’affirmer une ancienneté dans l’islam comparable à celle de l’Ifriqiya

Compte rendu de la quatrième réunion des Africanistes

Centre Camille Jullian – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence
2-3 avril 2003

Chers amis,

Comme nous nous l’étions promis dès notre toute première réunion (le 15 mai 2002), une 1ère réunion hors du cadre parisien a été organisée les 2 et 3 avril au sein de la MMSH d’Aix-en-Provence. Cette rencontre n’aurait pu avoir lieu sans l’aide précieuse de Madame Véronique Blanc-Bijon, secrétaire de rédaction de la revue Antiquités africaines. Qu’elle trouve ici l’expression de nos chaleureux remerciements.
Notre réunion Africa Antiqua s’est déroulée de façon tout à fait exceptionnelle sur deux jours, toutefois, certains d’entre nous ont prolongé leur séjour au-delà et ont pu ainsi profiter des structures de recherche de la MMSH.

Mercredi 2 avril

Une première réunion hors de la MAE de Nanterre, nécessitait de notre part une présentation préalable du projet Africa Antiqua. C’est ce qui a été fait au cours de cette première matinée devant les chercheurs du Centre Camille Julian et leurs doctorants. L’objectif étant, outre, la présentation de notre projet de recueillir les remarques et les impressions des personnes présentes. En plus des 22 doctorants et jeunes chercheurs, venant non seulement d’Aix-en-Provence et de Marseille, mais aussi de Montpellier, Lyon, Rouen, Lille et bien sûr de Paris, étaient présents Mesdames Véronique Blanc-Bijon et Catherine Virlouvet et Messieurs Patrice Pomey, Directeur du Centre Camille Jullian, Michel Bonifay, Jacques Gascou, Jean-Paul Morel et Pol Trousset.
Après un mot de bienvenue, M. Patrice Pomey a présenté les activités de recherche et les ressources du CCJ. Il a ainsi rappelé que plusieurs programmes de recherche étaient en cours ; concernant par exemple, le littoral nord-africain (Pomey, Trousset), les villes comme Carthage, Nabeul et Cherchel (Bonifay, Leveau, Morel, Gascou), la production artisanale (Virlouvet, Morel) et la céramique (Bonifay, Morel), ainsi que l’épigraphie (Gascou). Cette activité de recherche trouve naturellement sa place dans la revue éditée par le Centre, Antiquités africaines, dirigée maintenant par Mme C. Virlouvet, et dont Mme V. Blanc-Bijon assure la continuité.
M. P. Pomey a aussi rappelé que le CCJ faisait partie d’une structure plus vaste, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) qui regroupe d’autres unités de recherche parmi lesquelles figurent l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA), le Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne (LAMM), le Laboratoire d’Economies, Sociétés et Environnements Préhistorique (ESEP), bien sûr le Centre Paul-Albert FEVRIER (CPAF) et enfin L’Institut d’Etudes Africaines (IEA) et l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) qui prolongent la recherche sur le monde Antique. Passant aux outils dont dispose le centre, P. Pomey a ensuite rappelé l’importance de la bibliothèque qui recèle, pour nous africanistes, des joyaux, notamment les Revues de la Société archéologique d’Afrique du Nord. En plus de l’ensemble de la bibliothèque de P.-A. Février,- essentiellement constituée d’ouvrages, de photocopies d’articles, de tirés-à-part et de photographies sont consultables à la bibliothèque du CCJ-, une photothèque, une aérophotothèque, et une cartothèque constituent le fond documentaire qui fait de cet établissement un pôle incontournable pour les doctorants et les chercheurs africanistes. A titre d’exemple, nous avons découvert que la photothèque fut enrichie par P.-A. Février de plus de 20.000 clichés, concernant la mosaïque, l’épigraphie, l’architecture, l’urbanisme des cités d’Afrique (spécifiquement d’Algérie), toutefois, on estime à plus de 40 000 les clichés du CCJ. D’autre part, l’aérophotothèque relative à l’Algérie, au Maroc et à la Tunisie attend d’être classée et inventoriée pour pouvoir être utilisable plus commodément. Quant à la cartothèque P. Pomey a rappelé que son inventaire était en cours et qu’il était mené en commun avec l’Institut de Recherches sur le Maghreb Contemporain (IRMC) dont les locaux se trouvent à Tunis. A ce propos, V. Blanc-Bijon a signalé que le CCJ disposait de 700 cartes et a insisté sur les problèmes de droit de diffusion que nous risquons de rencontrer dans le cadre de notre projet de numérisation des cartes concernant l’Afrique. Elle a toutefois indiqué que le CCJ participait à un programme initié par l’École Française de Rome, ayant pour but l’établissement d’une  » carte de répartition  » et de localisation des archives en France. Ainsi, faute de pouvoir reproduire des documents, signaler leur emplacement constituerait déjà un pas vers l’amélioration de la circulation de l’information.
Le CCJ possède également les archives de certains chercheurs, archéologues, architectes, ayant travaillés en Afrique, ainsi que les archives des Brigades Topographiques. Quant aux archives de Paul-Albert Février, en revanche, elles ne sont consultables qu’auprès des Archives départementales de Bouches-du-Rhône (Aix-en-Provence) sur demande auprès de M. J. Guyon ou M. M. Fixot. Il ne tient qu’à vous d’adresser une demande auprès du CCJ si vous désirez consulter ces documents.

A l’issue de cette introduction au CCJ nous sommes passés à la présentations du projet Africa Antiqua :
Meriem Sebaï a exposé les motivations et la ‘philosophie’ de cette initiative : inscrite dans le cadre universitaire mais totalement informelle Africa Antiqua est complémentaire des Séminaires et Ecoles Doctorales auxquels nous sommes tous rattachés. Elle a notamment expliqué pourquoi il nous semblait important de créer un espace de réunion entre doctorants et jeunes chercheurs uniquement. Loin de rechercher la marginalité il nous semble plus facile, moins intimidant pour un débutant de prendre la parole et de s’exprimer au milieu d’étudiants que face à des Professeurs et à des chercheurs, souvent très impressionnants. Le but est essentiellement de permettre à un doctorant et/ou jeune chercheur de tester une communication face à un auditoire qui par ses multiples pôles de recherche permettra d’affiner, de réélaborer ou d’approfondir son propos.
Soucieux de rendre compte de notre approche de l’Afrique, Hédi Dridi a commenté le logo qui contribue à définir notre  » identité  » : bien que centrés sur l’Afrique (médaillon symbolisant l’Afrique) notre ambition est d’étudier l’Afrique antique dans son contexte méditerranéen et de rassembler les jeunes chercheurs travaillant sur toutes les rives de la Méditerranée, voire au-delà, afin de confronter les expériences et les problématiques (carte de la Méditerranée). D’autre part, Africa Antiqua n’est pas un espace de rencontre coloré éthniquement ou culturellement, nous veillons tout particulièrement à en préserver le caractère trans-méditerranéen. Hédi a notamment fait part de nos réticences face à la proposition d’en faire une association lors de la toute première réunion. Mohamed Benabbès a présenté le support matériel de notre activité, le site Internet d’Africa Antiqua et les différentes rubriques qu’il comporte, rappelant qu’il matérialise notre volonté de mettre en commun nos connaissances et de les partager avec ceux qui ne peuvent pas facilement accéder à certains documents. Il a ainsi mis l’accent sur l’importance d’un tel outil pour assurer la circulation de l’information entre chercheurs travaillant sur l’Afrique (comptes-rendus de nos réunions, ou d’ouvrages récents, espace de rencontres virtuelles grâce à notre boîte aux lettres : africaantiqua@free.fr, multitude d’information concernant les lieux de la recherche en France) et appelé les auditeurs à l’enrichir de leur commentaires, de leurs observations ou de leurs comptes-rendus (faites un tour sur http://africaantiqua.free.fr ainsi que sur http://histoire-univ.paris1.fr/africaantiqua/ )
Enfin, nous avons exposé nos projets futurs : versions anglaise, italienne, allemande, espagnole et arabe du site, élaboration d’une Bibliotheca africana qui regrouperait certains textes rares ou difficiles d’accès à la fois pour les doctorants résidants en France mais aussi pour nos camarades maghrébins, mise à disposition des feuilles des Atlas Archéologique de la Tunisie et de l’Algérie ; organisation de réunion dans d’autres universités de province, choix d’un thème transversal de réflexion pour une journée d’étude pour l’année 2004.
Il nous a semblé important de rappeler qu’Africa Antiqua ne possède pas de statut légal, qu’elle n’est pas une association, ne se rattache à aucun professeur, à aucune université. Africa Antiqua est juste un espace de rencontre, de discussion, d’échange, et par le biais du site Internet une passerelle de circulation de l’information. Nous espérons, ainsi, susciter des initiatives similaires qui permettraient l’établissement d’un réseau scientifique, informel et amical.
Nous avons ensuite sollicité le commentaire des Professeurs et Chercheurs présents.
M. P. Pomey, s’est félicité de la  » spontanéité  » de cette initiative. Il nous a vivement conseillé de nous familiariser avec les outils de la MMSH et de prendre contact avec les chercheurs du CCJ.
M. J.-P. Morel, a qualifié Africa Antiqua  » d’initiative intéressante et intelligente « . Il a évoqué un groupe informel similaire dont il faisait partie alors qu’il était membre de l’Ecole Française de Rome, I Cari Amici. Par ailleurs, il a rappelé l’existence de structures ayant pour objet de réflexion l’Afrique Antique, autrement dit la SEMPAM anciennement Commision de l’Afrique du Nord du CTHS, qui a pour vocation d’intégrer les travaux de jeunes chercheurs.
M. Pol Trousset, a rappelé l’existence d’un établissement à Aix, Les archives d’Outre-Mer qui abrite un certain nombre de documents intéressant l’Afrique du Nord Antique.
Mme Catherine Virlouvet, a insisté sur l’importance d’une approche transversale de la Méditerranée. Elle est en outre revenue sur la revue Antiquités africaines pour nous encourager elle aussi à envoyer des articles potentiels.
M. J. Gascou a signalé qu’aux archives d’Outre-mer, il existait notamment certaines revues introuvables dans bons nombres de bonnes bibliothèques comme le Bulletin de Sétif, le Bulletin de Constantine etc … Il a également rappelé l’existence de documents intéressants l’Afrique, entreposés dans les Archives de l’Institut de France à Paris (double des rapports adressés à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, comme par exemple les Archives des Brigades Topographiques). M. Michel Bonifay a évoqué pour nous la céramothèque du CCJ où sont étudiés sur dessins la céramique provenant de nombreux sites d’Africa et de Gaule Narbonnaise, (Asadi, Rougga, Marseilles entre autres). Il s’est fait l’avocat de la cause céramologique en rappelant à quel point il était primordial pour les futurs acteurs de la recherche de ne pas négliger l’étude des ateliers africains qui sont encore extrêmement peu connus.
En début d’après-midi, M. Michel Fixot est venu présenter l’association P.-A. Février ainsi que la procédure d’attribution de sa bourse. Nous avons tous été particulièrement émus par l’évocation de la mémoire de P.-A. Février et nous nous sommes sentis en totale adéquation avec l’esprit qui anime l’association.
Avant de passer à la partie scientifique, Virginie Bridoux a présenté aux participants le programme des activités organisées par le Musée de Rouen dans le cadre de l’année de l’Algérie (voir http://africaantiqua.free.fr, rubrique Colloques et conférences). Exceptionnellement, nous avions proposé à 4 étudiants Aixois de présenter leurs travaux en cours, ainsi, Imed BEN JERBANIA, Moheddine CHAOUALI, Bakhta MOKRAENTA, et Sondess GRAGUEB ont accepté de nous donner la primeur de leurs recherches.
Traditionnellement, toutes les personnes qui prennent la parole au cours de ces réunions remettent un petit résumé de leur exposé de manière à ce que nous puissions assurer une visibilité à nos réunions. (cf. annexe 1)
Ces exposés, denses et extrêmement intéressants, notamment pour ceux d’entre nous qui ne sont pas spécialistes des domaines considérés, ont évidemment suscité un grand nombre de questions et de discussions que nous avons prolongé autour d’une bonne table libanaise de la place des Cardeurs.

Jeudi 3 avril

La journée suivante fut consacrée d’une part à la discussion des projets futurs et d’autre part à la visite des différents laboratoires installés au sein de la MMSH. C’est Mme V. Blanc-Bijon qui nous a guidé tout au long de cette journée.
En reprenant la question des cartes topographiques et des modalités d’accès à ces fonds, Mme V. Blanc-Bijon nous a indiqué que l’IRMC (Institut de Recherches sur le Maghreb Contemporain) emploie une personne pour inventorier ses fonds. Cette question demeure cruciale pour les doctorants que nous sommes, nos difficultés à disposer des cartes de l’AAT ou de l’AAA, souvent inutilisables, non-photocopiables ou tout simplement non-consultables, ralenti et parfois bloque considérablement l’avancée de nos travaux. Compte tenu du fait que l’IGN (Institut Géographique National) a restitué aux pays du Maghreb les cartes les concernant ainsi qu’un certain nombre de vues aériennes, avoir l’occasion de travailler sur des cartes topographiques relève du parcours du combattant !
Ainsi, il est intéressant de savoir que dorénavant nous pouvons par l’intermédiaire de l’IRMC, de l’IREMAM et du CCJ, avoir connaissance du lieu d’archivage des cartes topographiques et archéologiques du Maghreb (excepté le Maroc).
Dans ce contexte difficile, une autre information a son importance : la rédaction d’Antiquités africaines a engagé un informaticien-infographiste dont l’un des rôle est de scanner les cartes du CCJ à la demande, dans la mesure du possible et en comptant un délais de quelques semaines voir de quelques mois. Il en est de même en ce qui concerne les fonds photographiques, peu utilisés actuellement. Nous sommes autorisés à consulter ce fonds, voir à le publier dans le cadre d’un article, à condition, d’accompagner la photographie de la mention  » fonds CCJ « .
Nous avons ensuite discuté des réunions en Province. Nicolas Schmaltz, s’est dit prêt à organiser une réunion à Lille 3 dès la rentrée universitaire prochaine. De même, Céline Brun a proposé d’explorer la possibilité d’organiser une réunion à Lyon. Ses démarches semblent avoir reçu un accueil favorable et nous nous mettrons au travail pour préparer au mieux ces prochains déplacements. Cette question nous a permis d’aborder un projet qui nous tient particulièrement à cœur, celui d’une journée d’étude organisée autour d’un thème. Ce projet mûrit lentement. Pour le moment, trois thèmes ont été proposés :

 » Histoire et historiographie du Maghreb Antique  »  » Comment on écrit l’histoire de l’Afrique Antique  »  » L’Antiquité chez les auteurs arabes (VIIème-XXème siècles)  »
C’est ainsi posée la question de la présence de chercheurs confirmés et de professeurs (en tant qu’auditeurs) susceptibles de donner des avis fondés sur le niveau scientifiques des contributions. La matinée s’est achevée sur une remarque de Mme V. Blanc-Bijon à propos de l’utilité d’un inventaire commenté, d’un ‘audit’ des bases de données scientifiques et des sites Internet à vocation professionnelle dans notre domaine. Cette question nous préoccupe particulièrement puisque nous insérons des commentaires sur les différents sites avec lesquels nous établissons un lien sur Africa Antiqua.
L’après-midi a été consacrée à la visite de la plupart des laboratoires de recherches abrités par la MMSH.
Sofiène Ben Moussa nous a présenté les recherches en cours dans le domaine de la Préhistoire et nous a fait visiter le laboratoire ESEP. Nous avons tous été très impressionnés par le travail fait dans le cadre du NESP (Nouvel Espérandieu), catalogue informatisé des sculptures romaines de Vienne et de son territoire. Nous avons trouvé un immense intérêt à la visite de la cartothèque, de l’aérophotothèque, de la photothèque et du laboratoire photographique dépendant du CCJ. De plus, nous avons pris le temps de découvrir également la Médiathèque et ses réserves, tournées plus particulièrement vers le Monde Arabe et Musulman (IREMAM et IEA). L’après-midi s’est achevée par la rencontre avec M. Bonnifay et le laboratoire de céramologie intégré au Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne (LAMM). A cette occasion, M. Bonnifay nous a présenté un panorama des techniques d’études de la céramique et des étapes indispensables à l’identification et à la localisation des ateliers.
Nous tenons à remercier l’ensemble des chercheurs qui ont eu la gentillesse et la patience de prendre un peu de leur temps pour nous accueillir et nous permettre de nous familiariser avec la MMSH. Ces deux journées nous encouragent à poursuivre notre itinéraire à travers les pôles africanistes des universités françaises afin d’approfondir et de susciter les contacts entre doctorants et chercheurs.

Hédi DRIDI

Mériem SEBAI

Mohamed BENABBES


ANNEXE 1 : résumés des exposés présentés

Moheddine CHAOUALI, Grands domaines de la Moyenne Medjerda sous le Haut Empire

Les terres de la Moyenne Medjerda (Bagradas) étaient toujours fertiles, elles représentaient la majeure partie des propriétés royales de l’époque numide notamment de Massinissa. Après sa mort de ce dernier, ces domaines ont été légués à ses nombreux héritiers. C’est ce qu’a donné ensuite les grands saltus de l’époque romaine. Une bonne partie des riches terres de la Moyenne Bagrada a été confisquée par Néron pour former désormais les grands domaines impériaux, gérés par des chevaliers et des affranchis de l’Empereur. Ces grand saltus représentaient la base de la propriété foncière dans la Moyenne Medjerda pendant toute l’antiquité romaine. Ceci n’excluait pas néanmoins l’existence, à côté d’eux, de la petite propriété. Mais, cette dernière était progressivement absorbée par les grands domaines impériaux ou même privés, privilégiés par la loi de la concentration des capitaux. Les grandes propriétés privées finissent souvent par passer au fisc, pour des raisons sociaux ou même politiques. Quels sont les grands domaines dans la Moyenne Medjerda ? et comment est-ce qu’on peut les localier ? Les grands domaines connus dans cette région sont les suivants : Le saltus Burunitanus ; le saltus Philomusianus ; le fundus Villae Magnae Varianae est mapalia siga ; le saltus Neronianus ; le saltus Lamianus ; le saltus Thusdritanus ; le saltus Blandianus ; le saltus Domitianus ; le saltus Udensis ; le domaine du Vicus Augusti ; le saltus dit de Dar ed Riah ; un saltus à Henchir Sriu ; un saltus à Hammam Saiala ; un saltus à Henchir Gataa ; un saltus à Aîn Zaga ; un saltus à Ksar Mezouar ; un saltus à Ghardimaou ; un saltus prés de Dougga ; un saltus près de Thibar ; et un saltus près de Thuburnica.
Plusieurs de ces domaines ne sont pas encore précisément localisés. On dispose seulement quelques documents épigraphiques mentionnant le centre de ces saltus ou fixant certaines de leurs délimitations. En l’absence de ces témoignages très rares, l’examen des éléments topographiques (reliefs et cours d’eau) est très utile pour définir l’étendue de ces domaines et leur répartition.

***

Bakhta MOKRAENTA, Le Medracen

Le Madracen ou plutôt Imadghassen est un mausolée de forme pyramidale mesurant 59 m. de diam. et 18, 50 m. de h. et orné de 60 colonnes d’ordre dorique. Il se trouve à 35 km au Nord-Est de Batna, au cœur du territoire de la tribu Massyle. On le date souvent d’avant la seconde moitié du IIIe siècle avant J.-C., donc sous le règne de Gaïa ou de Massinissa. Les textes arabes du Moyen Age ont décrit sans trop de précision « Qbar Madgus ». (le tombeau de Madghous). Cependant, Al-Bakri fournit quelques détails sur l’architecture de ce monument et ses éléments décoratifs. L’exposée est illustré par des photos du mausolée, et notamment des belles photos aériennes conservées dans la photothèque du centre Camille Julian.

***

Sondess GRAGUEB, Recherches sur la céramique islamique de deux cités princières en Tunisie : Raqqada et Sabra Mansouriyya
Les collections de céramique de ces deux sites qui ont été occupés respectivement de (876-909) et de (947-973), contiennent une série très importante de poterie commune outre la céramique monochrome et polychrome ou à reflet métallique.
Un classement typologique et chronologique sera effectué pour la céramique de chaque site, tout en soulignant l’apparition de nouvelles formes de céramique commune à l’époque islamique en Tunisie et en posant le problème de la continuité ou de la rupture avec l’antiquité tardive. Nous évoquons aussi les filiations avec la céramique des pays moyen-orientaux et la céramique de la méditerranée occidentale en l’occurrence l’Espagne et L’Italie du sud.
Une étude comparative des céramiques des deux sites sera établie, tout en se basant sur l’étude des formes, des couleurs et du décor.
Nous arrivons ainsi à mettre en évidence les caractéristiques de la céramique de chaque site et de vérifier s’il y a rupture ou continuation dans la production des deux sites.

***

Imed BEN JERBANIA, Nouvelles données sur les lampes punique. (résumé non communiqué)