Abdelfattah Ichkhakh (Inspection des monuments historiques Essaouira), Recherches sur la Maurétanie occidentale

Conférences de M. Abdelfattah Ichkhakh, Professeur invité du Labex TransferS et de l’UMR AOROC, Inspection des monuments historiques et des sites archéologiques d’Essaouira (Maroc), chercheur associé à l’INSAP, sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique antique.

Le mercredi 10 février 2016 de 16h à 18h :
Recherches sur la Maurétanie occidentale

La conférence se tiendra en salle F de l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm 75005 Paris.

Programme Identités et spécificités des cultures d’Afrique antique du labex TranferS

Affiche

Résumé

La Maurétanie — nom du Maroc antique avant l’avènement de Rome —, est un territoire, une culture et une histoire, ancrée dans la Méditerranée et en connexion avec le reste de l’Afrique du Nord. Un territoire qui ne s’arrête qu’aux portes de Carthage (Tunisie actuelle), aux alentours de l’oued Ampsaga (Oued Kébir d’aujourd’hui). L’avant-scène du continent, qui regarde l’Europe méridionale, était alors occupée, à l’ouest de Carthage, par les Libyens, les Numides et les Maures. L’histoire et l’archéologie de la Maurétanie occidentale seront présentées essentiellement à partir de travaux récents sur cette période qui demeure malgré tout très mal connue. Il faut souligner que le mutisme des textes ne permet pas d’esquisser les grandes lignes historiques de ce territoire sur lequel les chroniqueurs grecs et latins ont tissé des légendes car, au-delà des colonnes d’Hercule, le monde d’antan s’arrêtait. Les recherches archéologiques sur la Maurétanie de l’ouest, commencée il y a presque cinquante ans, ont montré que cette partie de l’Afrique du Nord était largement ouverte sur le monde méditerranéen. Jusqu’à une date récente, le nombre des sites maurétaniens était réduit à quelques points, principalement Lixus, Banasa, Mogador, Kouass… L’état des recherches permet aujourd’hui d’avoir une vision assez complète et précise sur la répartition des établissements, sur l’occupation du territoire et sur l’urbanisme et l’urbanisation de Maroc antique. Les prospections archéologiques récentes, les fouilles programmées et la révision partielle du matériel archéologique entreposé dans les réserves des musées, dans le cadre de travaux de coopération et aussi d’études universitaires, ont considérablement enrichi la carte archéologique du Maroc à l’époque maurétanienne.