Abdelfattah Ichkhakh (Inspection des monuments historiques Essaouira), L’architecture de terre au Maroc antique : état de la question

Conférences de M. Abdelfattah Ichkhakh, Professeur invité du Labex TransferS et de l’UMR AOROC, Inspection des monuments historiques et des sites archéologiques d’Essaouira (Maroc), chercheur associé à l’INSAP, sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique antique.

Le mercredi 17 février 2016 de 16h30 à 18h30 :
L’architecture de terre au Maroc antique : état de la question

La conférence se tiendra en salle F de l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm 75005 Paris.

Programme Identités et spécificités des cultures d’Afrique antique du labex TranferS
Programme TERMaghreb (Université de recherche Paris Sciences et Lettres-Investissements d’avenir)

Affiche

Résumé

Depuis les premières recherches archéologiques au Maroc, débutées il y a presque un siècle, les fouilleurs ayant pour seul objectif d’atteindre le sol romain (en béton, pierre ou mosaïque) n’ont signalé la présence d’architectures de terre que très rarement, par méconnaissance. Encore faut-il que les traces de cette architecture soient bien visibles et observables à l’œil habitué aux différents types d’appareil en pierre. Quand cette architecture est observée, la confusion au niveau du vocabulaire est grande, et c’est le plus souvent pour évoquer des constructions « indigènes » ou anciennes ou encore de basse époque (médiévales), mais nullement romaines. Il est vrai que la terre a fait partie des matériaux élémentaires mis en œuvre dès les premiers abris ou constructions phéniciennes, mais nous n’avons finalement que très peu d’indications sur cet art de bâtir ancestral, longtemps occulté sur certains sites et ignoré sur d’autres. Stimulés par un regain d’intérêt pour cette architecture « émergente », nous proposons ici de dresser un bilan sur ce qui a été écrit et d’apporter un nouveau regard soucieux de faire progresser la connaissance et de mieux saisir l’histoire de cette culture constructive dans le Maroc antique à partir des exemples de Kachkouch, Tamuda, Rirha, Volubilis, Sidi Said, Thamusida. Ce bilan s’inscrit dans le cadre du programme TerMaghreb (PSL), mené par les membres d’AOrOc.