C. Morrisson, V. Prigent : Les bulles de plomb, source pour l’histoire de l’administration de la province byzantine d’Afrique

14 décembre 2018
à 15h30 précises

Le musée national de Carthage possède plus d’un millier de sceaux de plomb byzantins la plupart frappés sur place, soit la plus grande collection au monde de ces séries qui constituent une source relativement méconnue de l’histoire de l’Afrique byzantine. Après un rappel historiographique, on donnera quelques exemples des thèmes iconographiques avant d’insister sur d’autres spécificités du bullaire africain telle l’épigraphie mixte gréco-latine, revêtant une multiplicité de formes concomitantes et qui ne peut aider à la datation. Quelques exemples montreront le témoignage des sceaux sur la survivance des institutions urbaines (chartulaires du sitônikon), sur le rôle croissant au VIIe siècle des membres du cubiculumimpérial à la tête de l’armée byzantine en Afrique et l’évolution de la structure de ce commandement entre magister militum Africae et magister militum de Numidie ou de Byzacène introduits avec des corps permanents dans les provinces sous Maurice. L’un de ces magistri militum de Numidie, Théoctiste, attesté par Jean de Biclar en 570, fut aussi baiulus (tuteur d’un prince de la famille impériale) et amènera à s’interroger sur les monnaies du jeune Théodose frappées seulement à Carthage, anomalie restée une énigme pour les numismates. Cet aperçu non exhaustif conclura sur l’absence surprenante de toute bulle d’exarque, amenant à s’interroger sur la réalité de la fonction.

Institut de France
Grande salle des séances
23, Quai de Conti
Paris 6e