Tous les articles par administrateur

Compte rendu de la troisième réunion des Africanistes

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie – René Ginouvès (MAE) Jeudi 13 mars 2003

Chers amis,

Notre troisième réunion a eu lieu le 13 mars dernier à Nanterre, de 10 h 30 à 13 heures. Bien que plusieurs d’entre vous n’ont pas pu y participer, en raison notamment de la tenue de la Journée Augustin, nous avons compté 11 personnes dont trois nouveaux participants. L’un d’eux est venu spécialement de Lille.

Après une rapide présentation, M. Benabbès et M. Sebaï nous ont fait un compte-rendu du XVe Colloque de l’Africa Romana qui s’est tenu du 11 au 15 décembre 2002 à Tozeur (Tunisie). Nos deux ‘représentants’ y ont participé en présentant chacun une communication. Ils ont également profité de cette occasion pour exposer aux Doctorants présents à Tozeur le projet Africa Antiqua. Les contacts qu’ils y ont établis laissent présager d’un élargissement du cercle des jeunes africanistes.

Donnant des nouvelles de notre site Internet, M. Benabbès a annoncé la mise en chantier du projet de traduction du site en quatre langues : anglais, allemand, espagnol et italien.
Par la suite, nous sommes passé à l’Agenda scientifique (voir la rubrique Agenda sur notre site http://africaantiqua.free.fr ou http://histoire.univ-paris1.fr/africaantiqua) et aux informations pratiques.

Concernant notre prochaine réunion à Aix-en-Provence (2-3 avril 2003), nous serons au moins sept à faire le déplacement, dont Virginie Bridoux et Nicolas Schmaltz qui viendront respectivement de Rouen et de Lille.

Parmi les parutions récentes, nous avons signalé :

D. Fishwick, The imperial Cult in the Latin West, Brill, Leyde, 2002. M. Khanoussi et alii : Mourir à Dougga, Ausonius, Bordeaux, 2002. J. Alexandropoulos : Les monnaies de l’Afrique Antique. 400 av. J.-C. – 40 ap. J.-C., Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2002. Antiquité tardive 10 (2002), consacré à l’Afrique vandale et byzantine La sortie du volume des Mélanges dédiés à David Cohen, présentés à l’occasion de son 80e anniversaire. On y trouve plusieurs contributions sur les langues et les dialectes d’Al-Andalus et d’Afrique du Nord. Un volume d’hommages offerts à J.-M. Lassère, Ubique Amici , CERCAM, Montpellier, 2001. Un volume d’hommages offerts à Cl. Lepelley, Idéologies et valeurs civiques, Picard, Paris, 2002.
Vous retrouverez les comptes-rendus de ces ouvrages et d’autres dans la rubrique Chroniques bibliographiques de notre site Africa Antiqua (http://africaantiqua.free.fr ou http://histoire.univ-paris1.fr/africaantiqua)

Enfin, la troisième partie de la réunion été consacrée à l’exposé de François-Xavier Romanacce, intitulé : ” Les confiscations comme instrument de répression religieuse : l’exemple du Donatisme (Ve s. ap. J.-C.) ” (voir Annexe 2, ci-dessous).

Une riche discussion s’en est suivie.

Hédi DRIDI

Mériem SEBAI

Mohammed BEN ABBES


ANNEXE 1 : Compte rendu du XVe colloque de l’Africa Romana

M. Bennabbès, A. Hellali et M. Sebaï rendent compte de certaines communications :

Communication de Pol Trousset (séance d’introduction)
” Aux confins de l’Empire : contacts, échanges, conflits “

P.Trousset évoque la perplexité des fonctionnaires romains faces aux structures tribales, semi-nomades ou nomades des Gétules par expl. Si bien que les sources évoquent encore sous Tibère des conflits routiers, mais la situation dans la zone du limes est finalement très calme dès le début de l’Empire, notamment grâce aux centres d’habitat permanent que sont les oasis qui deviennent des petites cités sous l’impulsion des élites tribales.

En ce qui concerne le Limes lui-même, il s’agit plus d’un système de routes et d’ouvrages militaires (tours, guichets d’entrée) que d’un système défensif ; si bien que très tôt après la guerre de Tacfarinas, le Limes ne constitue plus un système défensif mais plutôt un système de surveillance des courants humains, un système de canalisation et de régulation des flux nomades et aussi un système douanier. L’exemple le plus caractéristique en est tout le réseau de fermes aux alentours du limes signifiant que la zone ne possède pas le caractère défensif qu’on a tendance à lui prêter mais vit dans la paix. (M.S)

Communication de Jean-Paul Morel
” De la Grèce à Rome : quelques réflexions sur la ” frontière “

La notion de frontière s’étend au domaine religieux par l’établissement dans le monde Gréco-romain de sanctuaires extra-urbains et suburbains. Tout comme une tour de surveillance sur le limes, la construction d’un temple éloigné du centre urbain garantit la paix sur le territoire de la cité ou bien permet à la cité de marquer son territoire. Nous sommes ici dans le domaine des représentations symboliques. (M.S)

Communication de Arbia Helali
” Geurres heureuses aux frontières de l’Afrique romaine “

La notion de gloire est fondamentale dans l’histoire de l’Empire romain. Les romains admirent le triomphe, glorification de leur puissance et fruit d’une guerre heureuse. Les sources littéraires et épigraphiques étaient au service de cette idéologie. Ainsi, on y retrouve souvent les expressions suivantes : bellum felix, expeditio felicissima, bene gesta. En Afrique romaine, on connaît dix dédicaces religieuses en Numidie et en Maurétanie Césarienne. Ces inscriptions font partie d’un rituel de guerre, particulièrement quand il s’agit de l’accomplissement d’un vœu suite à une victoire. Vues de l’extérieur, ces inscriptions nous donnent une image de batailles heureuses en faveur des romains. Cependant, il faut prendre en considération le contexte historique de la rédaction de ces textes ; la deuxième moitié du IIIème siècle, est une période de défaites régulières pour les Romains. La notion de guerre heureuse traduit donc, non pas une victoire réelle mais plutôt une volonté officielle de transmettre à la postérité la grandeur romaine. (A.H)

Communication de Mohamed Benabbès
” A propos d’une version arabe de la Géographie de Ptolémée “

Il s’agit d’une version arabe méconnue de la Géographie de Ptolémée, qui remonte au XVeme siècle et qui a été réalisée par deux savants grecs entrés au service du Sultan ottoman Mehmet II. Le volume est composé de 239 pages dont 87 réservés aux planches qui accompagnent le texte. L’intérêt de cette traduction est qu’elle a été probablement faite à partir d’un original grec de Constantinople (Istanbul) conservé à la Bibliothèque du Vieux Palais. Ce manuscrit (Saraliensis gr 57, sur un grand parchemin qui date de 1300) n’est pas très connu, et, en tous cas, n’a pas été utilisé par C. Muller, dans sa fameuse édition de Ptolémée. L’examen de la version arabe est susceptible de corriger et/ou de compléter certaines leçons dans le manuscrit grec. D’autres part, la traduction arabe de Ptolémée permet de comprendre certaines modalités du passage phonologique du latin à l’arabe et surtout de dégager certaines lois phonétiques qui ont influencé la traduction des toponymes gréco-latins en arabe. (M.B)

Communication de Christine Hamdoune
” Contacts entre gentes et romains d’Afrique “

Les échanges culturels entre Gentes et Romains en Afrique se traduisent par la conclusion des traités de fides. Rome avait des alliés parmi certaines tribus qui avaient, en contre partie, des obligations militaires. Ces dernières assuraient la sauvegarde et le maintien de la présence romaine. (A.H)

Communication de Meriem Sebaï
” Les sanctuaires méridionaux du Cap Bon : ” Une frontière religieuse ? “.

Je montre qu’à la base du Cap Bon 4 sanctuaires dédiés à Saturne, (J. Bou Kornine, Néféris, Tubernuc, Thinissut) peuvent être rattachés à la série des grands sanctuaires extra-ubains de l’Italie ou de la Gaule. Ces sanctuaires, placés sur des hauts lieux ou des défilés pouvaient constituer une ” frontière religieuse “. Ils permettaient à Carthage de signifier symboliquement que l’on pénétrait sur son territoire. Toutefois, l’utilisation de l’expression ” sanctuaire marqueur de limite de territoire ” pour définir ce type de sanctuaire de hauts lieux ou à l’entrée d’un défilé, est sans doute plus appropriée que “frontière religieuse “. (M.S)

Communication de Ahmed M’Charek ” Aspect de la colonisation flavienne dans le territoire musulame “

L’auteur évoque la communauté double de Thala sous les Flaviens organisée en Pagus & castellum. Le castellum possède des liens juridiques privilégiés avec Rome puisqu’il est lié par un foedus, cette alliance remonte à la création d’Ammaedara et au fait que le castellum abritait une petite garnison liée au système défensif qui gravitait autour d’Ammaedara. Ahmed M’Charek mentionne une 1ère borne au nord de Thala et une 2nde au sud-ouest (inédite). Ce bornage délimite le territoire des colons du pagus d’une part et celui des Thalenses d’autre part. (M.S)


ANNEXE 2 : Résumé de l’exposé de François-Xavier Romanacce

Confiscations, restitutions et transferts de propriété dans la répression du donatisme au IVe s

La publicatio, c’est-à-dire la confiscation au sens propre, au profit du Fisc impérial, est une arme essentielle de la répression de la déviance religieuse. Pourtant, elle n’intervient que tardivement dans la répression contre les donatistes. Les transferts de propriété, et ils sont nombreux lors de l’épisode donatiste, ne se font pas au profit de l’Etat. Plus étonnant encore, parmi ces transferts de propriété, certains se font au profit des donatistes schismatiques.
Dès le début du schisme, en 312-313, les édifices de culte font l’objet de revendications contradictoires de la part de l’Eglise dite de Caecilianus (les catholiques) et de l’Eglise dite de Donat (les donatistes) : Constantin, qui vient de prendre le pouvoir à Rome, désire en effet rendre à l’Eglise chrétienne d’Afrique les biens qui lui ont été confisqués lors de la persécution de Dioclétien. Or les deux Eglises concurrentes en revendiquent la propriété. Contrairement à l’image que les historiens ecclésiastiques, et notamment Eusèbe, ont voulu laisser de Constantin, il faut souligner que l’empereur n’est pas, dès l’origine, hostile aux donatistes : son principal objectif est de ramener l’unité dans l’Eglise. Il écoute donc dans un premier temps leurs revendications, avant de sévir contre eux en 316. En 321 cependant, il revient à une politique de tolérance à leur égard.
A l’instar de la politique de Constantin, la répression du donatisme est, pendant un siècle, une alternance de mesures extrêmement rudes et d’édits de tolérance. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, les donatistes se voient attribuer la possession des basiliques. Deux de ces occasions n’ont aucune signification particulière : c’est Constantin qui, ne pouvant parvenir à réduire le schisme, décide d’accorder aux donatistes la possession des édifices qu’ils occupent pourtant illégalement. Puis Julien, qui y voit une façon d’affaiblir l’Eglise catholique.
Mais deux autres cas de rétrocession aux donatistes sont à retenir : Augustin rappelle aux donatistes qui se disent persécutés qu’eux-mêmes n’ont pas agit autrement vis-à-vis de leurs propres schismatiques. En effet, lorsqu’un évêque de Membressa s’opposa au primat donatiste de Numidie, celui-ci obtint du tribunal du proconsul l’attribution de la basilique de Membressa et se chargea de l’expulsion de l’évêque rebelle.
L’autre exemple est la préparation de la Conférence de 411, qui devait mettre face à face catholiques et donatistes pour parvenir à l’Union. Or le fonctionnaire chargé de la Conférence, le tribun Marcellinus, décida de rendre aux donatistes les bâtiments qui leur avaient été enlevés par un édit impérial. Il serait réducteur de considérer ce geste comme une simple hypocrisie de la part du pouvoir. Il faut au contraire y voir une volonté sincère de parvenir à l’Union, plus exactement au retour des donatistes dans l’Eglise catholique. Et la rétrocession des basiliques est une façon de proclamer publiquement que les donatistes, en dépit d’une législation qui les désigne comme hérétiques depuis 405, sont susceptibles d’être admis à nouveau dans l’Eglise.
A côté des édifices de culte, d’autres biens font l’objet de la revendication concurrente des catholiques et des donatistes. Il s’agit des biens meubles et immeubles, légués par des fidèles donatistes à leur Eglise. Or la législation impériale interdit aux hérétiques de tester et de recevoir des legs ; ces testaments sont donc contestés par les catholiques devant les juges. Ici encore, ce n’est pas au profit du Fisc que les testaments sont cassés, mais au profit des catholiques (en tant que particuliers ou en tant qu’Eglise ?). Il est aussi intéressant de constater que cette législation est appliquée aux donatistes dès la fin du IVe siècle, à une date où ils sont encore considérés comme schismatiques, et non comme hérétiques. Cette pratique de l’assimilation est un des outils de répression fréquemment utilisés par le pouvoir impérial dans sa lutte contre la déviance religieuse.

Chronologie

303-304 : persécution de Dioclétien. 311 : Caecilianus évêque de Carthage. 312 : Concile de Carthage. 70 évêques de Numidie déposent Caecilianus et élisent un nouvel évêque. 313-314 : les donatistes font appel à Constantin.
Concile de Rome : l’ordination de Caecilianus est confirmée
Concile d’Arles, qui confirme les décisions de Rome.
Jugement par Constantin, qui déclare Caecilianus évêque légitime.

316 : ” Edit d’Union ” : Constitution de Constantin contre les donatistes, obligation de restituer les basiliques. Sentences d’exil et premiers martyrs donatistes. 321 : édit de tolérance. Retour des exilés, fin des saisies. 347 : tentative de conciliation par Constant qui envoie les ” Artisans de l’unité “, Macaire et Paulus. Opposition armée de Donat de Bagaï.
Echec de la conciliation et nouvel ” Edit d’Union “. 362 : sous Julien, les donatistes récupèrent leurs droits et leurs basiliques. 393 : début du schisme maximianiste. 401 : Concile de Carthage : les évêques catholiques décident de conserver leurs dignités aux clercs donatistes ralliés. 405 : ” Edit d’Union ” : une constitution d’Honorius assimile le donatisme à une hérésie. début 410 : une constitution du même Honorius (non conservée) tolère le donatisme. 25 août 410 : Honorius annule son édit de tolérance (CTh 16, 5, 51). 1er juin 411 : ouverture de la Conférence de Carthage 26 juin 411 : proclamation des décisions de la Conférence. Les donatistes font appel. 30 janvier 412 : édit impérial de liquidation du donatisme 420 : résistance de Gaudentius de Timgad, qui menace de s’immoler par le feu dans sa basilique.
Note : cet exposé est une version préliminaire de la communication que l’auteur a présenté lors d’une table-ronde à l’institut de Droit romain, le samedi 16 mars 2003. Les actes de cette table-ronde seront publiés par le CDDA, l’Université de Paris II et le CNRS.

Compte rendu de la seconde réunion des Africanistes

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie – René Ginouvès (MAE)
Mercredi 20 novembre 2002

Chers amis,

Notre seconde réunion s’est tenue comme convenu le 20 novembre à Nanterre, de 10 à 12 heures. Bien que plusieurs d’entre nous n’ont pu y participer, en raison d’obligations diverses (cours, séminaires, etc.), 17 étudiants dont 3 jeunes chercheurs étaient présents, ce qui atteste de l’intérêt et de l’utilité de nos rencontres. Nous avons été particulièrement heureux de constater que certains d’entre vous qui n’avaient pas pu assister à la première réunion étaient là et ont activement participé aux discussions.

Après un rappel des objectifs de ces réunions et la présentation des participants, Salem Mokni a présenté, dans le cadre de notre activité scientifique, un exposé intitulé « Nouvelle lecture d’une inscription latine d’Uchi Maius » (Voir Résumé ci-dessous). Cet exposé a donné lieu à une discussion extrêmement motivante qui laisse augurer d’un avenir prometteur pour nos séances scientifiques. Nous n’avons qu’un seul regret, celui de ne pas avoir consacré plus de temps à la discussion ! A l’avenir, nous ferons en sorte de transmettre sur le site web l’ensemble des informations annexes.

Par la suite, la seconde partie de notre réunion a été consacrée aux projets en cours ou en préparation ainsi qu’aux informations scientifiques.

Mohamed Benabbès a présenté un premier bilan de notre activité sur le site africaantiqua.free.fr. Malgré le peu de moyens et de temps, il nous semble que celui-ci est largement positif. Certes, ce site est encore perfectible mais il est accessible et offre déjà une première passerelle entre étudiants africanistes. Il ne tient qu’à nous tous de l’enrichir de commentaires, d’informations, etc… Une boîte aux lettres est d’ailleurs à la disposition de tous sur l’adresse africaantiqua@free.fr. N’hésitez pas à l’utiliser, nous serons là pour vous répondre. C’est le principe du Forum africanum, cette adresse pourra prendra, en effet, la forme d’un véritable forum de discussion dès que nous bénéficierons d’un espace plus important sur le web. Car pour améliorer l’accessibilité, nous travaillons actuellement à une ré-élaboration du site qui devrait être transféré sur le portail de Paris I.

A cet égard nous vous transmettons les différentes dates de conférence intéressant l’Afrique :

V. Brouquier-Réddé, Le temple de Caelestis et de la Victoire de Caracalla à Thugga, 9/12/02, à Paris VII, 105 rue de Tolbiac, salle 187. S. Gozlan, Récentes découvertes de mosaïques à Carthage par l ‘équipe canadienne de P. Senay, le 12/12/02 à l’ENS, salle F.
Toujours dans le cadre de notre activité sur ce site, Mohamed Benabbès a présenté le projet Bibliotheca africana, partiellement visible. Il s’agit de rassembler l’ensemble des textes antiques et médiévaux traitant de l’Afrique antique, en portant une attention particulière aux géographes. Ce projet vise à rendre accessible des sources qui ne le sont pas d’ordinaire. Nous faisons d’ailleurs appel à toute les bonnes volontés pour mener à bien ce projet (écrivez-nous).

Un autre projet, visant à numériser l’Atlas archéologique de Tunisie à été soumis à l’assistance. L’idée consiste à se cotiser afin de financer la numérisation des feuilles de l’Atlas sur des scanneurs de grand format et de le graver sur des CD-Roms qui seront distribués aux intéressés. Nous avons fait circuler une liste pour recueillir les noms des personnes intéressées par ce projet, vous pouvez vous y inscrire en nous écrivant sur africaantiqua@free.fr sachant que plus on sera nombreux, plus notre participation financière sera faible.

Nous sommes ensuite passés aux nouveautés scientifiques en rappelant les dates et les thèmes de deux colloques qui auront lieu en Tunisie très prochainement : le XVème colloque international de l’Africa Romana à Tozeur du 11 au 16 décembre 2002 et le colloque de Zama à Siliana du 26 au 28 avril 2003.

Au nombre des nouveautés, M. Benabbès nous a également présenté :

L’index onomastique des inscriptions latines païennes de Carthage de L. Ladjimi-Sebaï, ouvrage publié par L’Institut du Patrimoine de Tunis, 2002 Une traduction de l’ouvrage de Victor de Vita, récemment paru, traduit par S. Lancel, Paris, 2002
Hédi Dridi a signalé la parution des derniers volumes des revues

Africa (vol. 18, 2000) Rivista di studi fenici (vol. 30, 1, 2002)
Enfin Meriem Sebaï a signalé la naissance de l’association, AOURAS, visant à promouvoir les études sur l’Algérie antique, association créée par M. Morizot.

Comme nous en avions convenu dès notre première réunion, nous avons le projet de tenir notre prochaine réunion (janvier ou février prochain) à Aix-en-Provence. Nous sommes actuellement en contact avec les africanistes d’Aix et les responsables du Centre Camille Jullian afin de réserver une date. Nous vous tiendrons au courant …

Le prochain rendez-vous à Nanterre a été fixé pour le 12 mars 2003 (date à confirmer) et nous serons heureux d’écouter François-Xavier ROMANACCE qui s’est proposé d’évoquer devant nous la question de la spoliation des biens des Donatistes au …

Enfin, nous avons évoqué la journée d’études que nous comptons organiser à la fin de l’année universitaire (mai ou juin). Plusieurs participants ont insisté sur l’urgence de définir un thème assez rapidement afin de s’y préparer au mieux.

Hédi DRIDI

Mériem SEBAI

Mohammed BEN ABBES


Résumé de l’exposé de Salem Mokni

« L’expression « Res publica Uchitanorum Maiorum » et le statut juridique d’Uchi Maius sous le haut-Empire romain ».

Après un rappel de l’abondante bibliographie concernant les différents travaux portant sur le statut juridique d’Uchi maius, S.M. résume la mise au point qui a été faite par A. Beschaouch sur ce sujet1] . Ce dernier considère que depuis le début du règne d’Auguste – et dans le cadre de l’organisation du territoire de la colonie de Carthage – un pagus ciuium romanorum a été créé à Uchi Maius. Ce pagus devait coexister avec un castellum de pérégrins, préexistant, jusqu’à la fusion des deux communautés en colonie romaine en 229 sous Alexandre Sévère. Par Ailleurs, A. Beschaouch considère que le castellum de pérégrins est attesté dans l’épigraphie d’Uchi Maius par les inscriptions portant la mention Uchitani Maiores ou Respublica Uchitanorum Maiorum [2] .

Or d’après l’étude de l’inscription CIL, VIII, 26255 = ILS, 3401, qui mentionne la Respublica Uchitanorum Maiorum (non signalée par A. Beschaouch) S.M. propose de reconnaître dans l’expression Respublica Uchitanorum Maiorum, non pas un castellum de pérégrins, mais à un pagus de citoyens romains. Par ailleurs, S.M. remet en cause l’existence, avant la promotion coloniale d’Uchi Maius, d’un castellum de pérégrins (supposé par A. Beschaouch) contigu au pagus de citoyens romains attribué à Carthage.

Discussion :

Arbia Helali demande à S.M. comment il explique le fait que A. Beschaouch n’ait pas proposé cette solution ?

S.M. pense que l’inscription CIL, VIII, 26255 sur laquelle il fonde son hypothèse gène la théorie d’un castellum juxtaposé à un pagus.

Sophie Saint-Amans rappelle qu’à priori l’utilisation de l’ethnique « Uchitani » indique la pérégrinité de cette partie de la population d’Uchi Maius.

Meriem Sebaï est gênée par l’amalgame entre les termes Respublica et pagus, car à priori les deux termes ne renvoient pas à une réalité juridique identique. Elle se demande si on ne peut pas considérer l’utilisation de Respublica comme une façon d’évoquer les deux communautés juridiquement distinctes mais sur la voie de la fusion en municipe.

Khaled Marmouri rappelle à cet égard que le terme « Respublica » est utilisé pour désigner une communauté possédant une caisse et un ordo.

[1] A. Beschaouch, Uchi Maius, I, 1997, p. 97-103.

[2] Id., Dougga (Thugga) études épigraphiques, 1997, p. 63-64, n° 25.

Compte rendu de la première réunion des Africanistes

Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie – René Ginouvès (MAE) Mercredi 15 mai 2002

Chers amis, Notre première réunion s’est tenue comme convenu le 15 mai à Nanterre, de 11 à 13 heures. 22 étudiants y ont assisté et se sont exprimés, ce qui constitue un premier motif de satisfaction.

La plupart des participants préparent un DEA ou sont en cours de Doctorat. Ils sont pratiquement tous inscrits dans les universités de la région parisienne, à l’exception de deux étudiantes inscrites à l’Université de Provence (Aix-en-Provence) et une troisième à Bordeaux III.

Dans un mot de bienvenue, Monsieur Pierre Rouillard, Directeur de la MAE, s’est félicité de l’initiative et a invité l’ensemble des participants à s’intéresser aux activités des différents laboratoires et équipes de recherche installés sur place, susceptibles de nourrir leur propre recherche tant du point de vue méthodologique que du point de vue thématique.

Après la présentation des organisateurs, Mériem Sébai a rappelé l’ambition de cette initiative, d’une part réunir dans un cadre informel mais néanmoins universitaire, de jeunes chercheurs travaillant non seulement sur l’Afrique ancienne mais sur l’ensemble du monde ancien, autour de thèmes scientifiques intéressant les uns et les autres ; et d’autre part permettre aux jeunes doctorants de prendre contact avec des chercheurs, des enseignants ou tout simplement avec leurs collègues et de se tenir informé de l’actualité scientifique (mais aussi administrative).

Mohammed Ben Abbès a par la suite présenté un projet de page électronique conçu par ses soins. Il s’agit d’un Bulletin de liaison électronique intitulé Africa Antiqua, hébergé gratuitement sur free.fr (http://africaantiqua.free.fr). L’architecture de ce bulletin est relativement simple afin d’en faciliter l’accès et l’usage. Après un paragraphe de bienvenue, l’utilisateur peut accéder à cinq rubriques : « Annuaire », « Agenda scientifique », « Nouveautés bibliographiques », « Utilitaires » et « Contacts ». En outre, des liens permettent d’accéder directement à différents sites internet (Préhistoire, Histoire, Archéologie, Épigraphie, Bibliothèques, Instituts de recherche, etc.). Après avoir discuté du fonctionnement et des différentes rubriques, nous avons abordé deux points importants. En premier lieu la nécessité d’obtenir l’accord des étudiants pour faire figurer leur noms, l’intitulé de leur recherche, le nom de leur directeur de recherche, leur université de rattachement et leur adresse électronique dans l’annuaire. Nous avons convenu de préparer un formulaire (à télécharger sur Africa Antiqua) que vous nous retournerez par voie postale ou électronique. Le second point concerne l’alimentation des différentes rubriques de ce bulletin. Elle repose sur nous tous, toute information scientifique ou administrative susceptible d’intéresser l’un de nous est utile. Il suffit de la transmettre par courrier électronique à Mohammed Ben Abbès (benabbes@free.fr) qui se chargera de la transférer sur le bulletin.

Cet outil constitue l’interface idéale pour un projet comme le nôtre puisqu’il assure un contact permanent entre nous, que l’on soit à Paris, en province ou à l’étranger et permet d’accéder rapidement et à moindre coût à des informations parfois difficiles à obtenir. Nous comptons sur vous pour le nourrir de vos ‘tuyaux’, de vos compte-rendus d’ouvrages, de colloques, de visites d’exposition, etc.

Hédi Dridi a ensuite lancé la discussion sur l’avenir de nos réunions : périodicité, contenu, prochaines séances, etc.

Sur la question de la périodicité, nous avons proposé, dans un premier temps, un rendez-vous tous les trois mois. Mais il semble, à voir l’enthousiasme des différents participants, qu’il faille organiser des rendez-vous mensuels. Cela ne peut que nous enchanter, d’autant plus que la MAE s’est dite prête à nous accorder une salle, les vendredis matins. Il ne vous reste donc qu’à nous proposer des exposés …

L’année universitaire touchant à sa fin, nous avons fixé notre prochain rendez-vous au 23 octobre 2002, même heure, même lieu, sous réserve de modification dont vous serez bien sûr informés.

Le programme de nos séances a été évoqué. Nous avons proposé, sur la base de deux heures, de consacrer 30 minutes à l’intervention programmée et 30 minutes à la discussion. La deuxième heure serait consacrée aux problèmes scientifiques et administratifs soulevés par les participants. La séance se terminera par la désignation d’un intervenant volontaire pour la prochaine rencontre (avec priorité aux personnes qui n’ont pas encore achevé leur thèses). Cependant, plusieurs participants nous ont fait justement observer que le temps laissé à la discussion devrait être plus souple. Nous consacrerons donc le temps qu’il faudra au débat suscité par les interventions.

Nous saluons notre première intervenante, Zakia Ben Hadj Naceur – Loum, qui évoquera « La circulation monétaire en Afrique romaine, au cours du IIIe s. ap. J.-C. ». Nous vous attendons nombreux, le 23 octobre !

Nous avons également évoqué la question des réunions en Province. Sandrine Crouzet, Raya Ben Guiza et Zakia Ben Hadj Naceur – Loum ont insisté, à juste titre, sur la nécessité d’associer les universités de province à notre démarche. Nous sommes bien sûr préoccupés par cette question et nous avons proposé de tenir une réunion à Aix-en-Provence au cours du mois de janvier 2003. Nous espérons que les étudiants d’Aix répondront à cet appel et qu’ils nous ferons bientôt une proposition. Le choix d’Aix est bien sûr dû à la forte tradition africaniste du centre Camille Jullian, mais les propositions des étudiants de Lille, Toulouse ou Bordeaux sont également les bienvenues.

Après ces discussions, Noureddine Tlili a donné des indications sur les modalités de constitution de dossiers pour l’obtention d’une bourse de recherche à l’École française de Rome. Vous trouverez dorénavant toutes les informations nécessaires sur notre bulletin, dans la rubrique « Utilitaires », sous rubrique « Bourses ».

Enfin, une question soulevée par une partie des présents à la réunion a suscité une discussion animée. Il s’agit de la proposition de se constituer en association. Certes, cela permettrait de disposer d’une structure juridique et d’envisager des actions plus ambitieuses (publications, déplacements en province ou à l’étranger, etc.). Toutefois, nous avons exprimé nos réticences quant à cette initiative, du moins dans un premier temps et dans le cadre de ce projet. Nous rappelons dans ce qui suit les arguments qui nous paraissent aller à l’encontre d’une telle initiative. Ils peuvent, bien entendu, ne pas être partagés par l’ensemble des participants :

En premier, nous tenons à rappeler que l’objectif de ce projet, tel qu’il a été défini dans le courrier que vous avez déjà reçu, est et reste toujours de fournir un cadre informel, à l’intérieur de l’université, permettant aux doctorants de tisser des liens avec leurs collègues, ainsi qu’avec des chercheurs confirmés, susceptibles de les aider dans leur recherches présentes et futures. La page électronique conçue par Mohammed Ben Abbès et les réunions, trimestrielles ou mensuelles que nous envisageons constituent à notre avis une interface amplement suffisante pour atteindre un tel objectif.

Ce projet, est né du constat que les étudiants sont assez isolés et ont finalement peu d’occasion de se confronter au ‘monde extérieur’, c’est-à-dire d’exposer leur travaux, de prendre des contacts avec des chercheurs, des professeurs ou des institutions, bref d’apprendre ‘à naviguer’ dans le monde de la recherche. Loin de chercher à concurrencer, d’une manière ou d’une autre, les structures déjà en place (séminaires de recherches animés par les différents spécialistes de l’Afrique et plus généralement de la Méditerranée antique, colloques et congrès, activités de la Société d’Études sur le Maghreb préhistorique, antique et médiéval – SEMPAM -), nous avons pour ambition de susciter un environnement nous permettant de mieux nous préparer à intégrer ces mêmes structures (préparer et tester une communication, accélérer une recherche bibliographique, prendre contact avec telle ou telle personne, etc.). Créer une association irait à l’encontre de cet objectif et favoriserait le repli sur soi.

Certains participants ont notamment souligné le fait qu’une association nous permettrait de publier des textes. Certes, pour des jeunes chercheurs, il est primordial de publier afin de se faire connaître. Mais faut-il le faire à tout prix ? Nous pensons pour notre part que nous devrions plutôt nous employer à aider à la naissance de travaux susceptibles d’intéresser les revues et de retenir l’attention de leur comité de lecture.

Enfin, au-delà des déclarations d’intention, la gestion d’une association demande un investissement en énergie et en temps auquel peu d’étudiants sont prêts à consentir, sans parler des responsabilités administratives et financières. Nous ne sommes pas, en ce qui nous concerne, disposés à prendre en charge une structure plus rigide. Cela dit, nous restons ouverts à toutes vos suggestions.

En attendant la prochaine réunion, n’hésitez pas à nous contacter sur Africa Antiqua (http://africaantiqua.free.fr).

Cordialement.

Hédi DRIDI

Mériem SEBAI

Mohammed BEN ABBES

KHANOUSSI, M. dir. (2003) : Actes du VIIIe Colloque International sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord (1er Colloque international sur l’histoire et l’Archéologie du Maghreb), Tabarka, 8-13 mai 2000, Tunis, 542 p., 206 fig., ISBN : 9973-912-47-0.

Ces actes, organisés en trois thèmes, réunissent 33 des 56 communications présentées lors de la semaine de colloque co-organisée par la France et la Tunisie à Tabarka, en 2000.

I. Protohistoire
Quatre communications traitent des monuments funéraires protohistoriques. Au Maroc, A. NCER a présenté une étude archéologique, architecturale et anthropologique précise d’un tumulus d’époque maurétanienne à R’Jem Souk alors qu’Y. BOKBOT a pris en considération un ensemble de nécropoles des régions steppiques et pré-sahariennes. Les spécificités architecturales de trois groupes de ces tumuli témoignent de contacts avec l’Orient qui les rattachent plus à la sphère phénico-punique que paleo-berbère. Leur localisation le long des voies de circulation du Maroc en font des ” isolas ethno-religieux, formant très probablement des étapes d’une route carthaginoise “, et l’auteur propose d’y reconnaître deux des colonies que l’amiral Hannon avait pour charge d’implanter, au-delà des colonnes d’Hercule. Concernant le Maroc encore, la communication de P. MORIZOT constitue un vaste et synthétique état des recherches sur l’habitat et les tombeaux dans l’Aurès protohistorique En Tunisie, M. GHAKI a dressé une historiographie des recherches sur les mégalithes en constatant les retards pris aujourd’hui dans ce domaine, puis présenté une typologie de ces monument. Les survivances protohistoriques dans la Carthage punique ont attiré l’attention de J.-P. MOREL qui a évoqué l’utilisation de pièces de silex et d’obsidienne, ainsi que du rouge funéraire qui orne des tombes puniques, ou encore la découverte de fragments de céramiques modélée. Ces indices, encore ténus et impécis, l’amènent à conclure que les apports libyques dans la culture punique mériteraient qu’on leur consacre une recherche semblable à celles menées dans les colonies grecques et qui ont conduit à de nouvelles réflexions sur les relations entre indigènes et allogènes dans les fondations coloniales. Les communications de M. SZNYCER et de L. LADJIMI SEBAÏ débordent largement le cadre de la protohistoire. Le premier s’est intéressé aux structures sociales et politiques de Carthage punique en revenant sur l’interprétation des termes de ” rab “, ” sufète “, ” citoyen ” et ” esclave “. La seconde a repris de façon convaincante l’identification de Byrsa carthaginoise, le forum romain, avec la colline qui porte aujourd’hui ce nom, en considérant l’ensemble des sources littéraires, épigraphiques et archéologiques.

II. Les cités de l’Afrique du Nord
Concernant l’épigraphie publique et l’urbanisme, cinq communications traitent des villes romaines. J. GASCOU démontre brillamment que le conditor municipii de Gigthis est bien Antonin-le-Pieux, comme cela était traditionnellement admis, et non Hadrien, comme avait tenté de le prouver A. Chastagnol. Il revient ensuite sur une autre hypothèse généralement admise qui voudrait que Gigthis ait reçu le Latium maius d’Hadrien, puis le rang de municipe d’Antonin, alors qu’il faut plus vraisemblablement penser qu’ils ont été accordés simultanément. Quant à la vie religieuse des cités, elle est abordée par N. FERCHIOU qui présente trois nouveaux documents épigraphiques, abondamment commentés, faisant état des cultes de Frugifer, de Minerve et du génie du très splendide ordre des décurions du municipe de Giufi, ainsi que deux éléments en relation, l’un avec un sanctuaire pré-romain, l’autre avec une sodalité. La topographie et l’urbanisme des villes romaines a N. BENSEDDIK s’est interrogée sur la localisation et l’organisation de la ville de Lambèse dont ne sont connus que le camp et le sanctuaire d’Esculape. Cl. BRIAND-PONSART dresse un tableau très complet de l’évolution sociale, municipale et urbaine de Thamugadi en envisageant le rôle des élites dans son aménagement. M. BLANCHARD-LEMEE s’intéresse au tissu urbain de Cuicul et de Sitifis et montre que les riches demeures aristocratiques étaient rares et se concentraient dans les quartiers environnant les forums et les monuments publics, par ailleurs composés d’échoppes et d’ateliers. Cl. LEPELLEY a présenté les premiers éléments d’un supplément d’une quarantaine d’inscriptions aux Cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire qui devrait prendre en compte les découvertes enregistrées depuis la parution du dernier volume en 1981. Un premier bilan confirme l’histoire de l’activité édilitaire des cités tracée dans le premier volume. L’auteur souligne aussi que l’absence d’allusions aux cultes païens et chrétien dans les dédicaces publiques de l’Empire chrétien montre que la cité était alors devenue un espace neutre et que la vie religieuse se cantonnait aux sphères privées : maisons, églises et nécropoles. L’inscription des remparts de Cululis lui permet de conclure à nouveau sur la vitalité de l’idéal municipal qui animait encore les cités au Ve siècle.
Sophie Saint-Amans

YON, M. ( 2004 ) : Kition dans les textes. Testimonia littéraires et épigraphiques et Corpus des inscriptions , avec les contributions de M.G. Amadasi Guzzo, F. Malbran-Labat, Th. Oziol, M. Sznycer (= Kition-Bamboula V), Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris.

L’ouvrage rassemble toutes les données littéraires (en particulier les sources grecques) et épigraphiques concernant Kition, l’actuelle Larnaka à Chypre, l’une des premières étapes de l’expansion phénicienne vers l’Occident. Capitale d’un royaume phénicien depuis au moins le VIIIe s., la survie de ses institutions est attestée, par des inscriptions, jusqu’à l’époque lagide. L’ouvrage comprend en annexe (Annexe 1, p. 204-215) une mise à jour bibliographique des inscriptions publiées dans le premier corpus des inscriptions kitiennes qui date de 1977 (M.G. Amadasi Guzzo et V. Karageorghis, Fouilles de Kition – III. Inscriptions phéniciennes , Nicosie). Dans une deuxième annexe (p. 217-228), M. Sznycer présente des inscriptions phéniciennes inédites. Hédi Dridi

LIPINSKI, E. (2004) : Itineraria Phoenicia (= Studia Phoenicia 18 = Orientalia Lovaniensia Analecta 127), Peeters – Departement Oosterse Studies, Louvain.

Dans cet ouvrage, l’auteur se propose d’examiner les routes terrestres et maritimes des Phéniciens en Phénicie même et au sein de leur empire commercial. L’absence de véritables sources relatives à des itineraria ne rebute pas l’auteur qui estime que des données utiles peuvent être extraites des itinéraires militaires néo-assyriens, des inscriptions sur pierre phéniciennes, des compte rendus des expéditions vers Ophir et Tarshish transmis par la Bible, des périples des sources classiques. Mais du fait de l’absence de ces itineraria phéniciens, le travail de l’auteur se limite à passer en revue les toponymes, discuter de leur localisation, de leurs origines.
L’ouvrage est composé de douze chapitres (dont deux sont particulièrement consacrés à Byrsa et à Jérusalem). Il résulte de travaux menés par l’auteur depuis plusieurs années. C’est ainsi que comme il le dit lui-même dans sa préface, certaines parties du livre ont été publiées par ailleurs. Mais il précise qu’à l’occasion de cette publication, une relecture d’ensemble a été faite, tenant compte des acquis récents de la recherche Le Chapitre I est consacré à l’étude de la mention dans les annales de Salmanassar III de l’érection d’une stèle à Ba’lu-ra’shi en 841 av. J.-C. (p. 1-15) Le chapitre II est consacré au royaume de Sidon au début du VIIe s. av. J.-C. (p. 17-36) Le chapitre III est consacré à l’expansion phénicienne à Chypre, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique (p. 37-107)
Le chapitre IV est consacré aux Phéniciens en Anatolie (p. 109-143)
Le chapitre V est consacré aux Phéniciens en Mer Egée et en Grèce continentale (p. 145-188)
Le chapitre VI reprend le dossier de la Ophir biblique, pays de l’or (p. 189-223) Le chapitre VII est lui consacré à une autre contrée biblique : Tarshish (p. 225-265) : il reprend la stèle de Nora, et il semble envisager l’identification ancienne de Tarshish à Carthage Dans le chapitre VIII, l’auteur reprend l’examen de la côte syro-phénicienne selon le Pseudo-Scylax 104 en y intégrant les acquis récents de la recherche (p. 267-335) Le chapitre IX est également consacré au Pseudo-Scylax (110-111) : de la grande Syrte aux colonnes d’Héraklès (p. 337-434)
Le chapitre X est consacré au Périple d’Hannon (p. 435-475) Le chapitre XI s’intitule “Byrsa and the Eshmun Temple” (p. 477-492) : où il propose une étymologie sémitique pour Byrsa et propose d’attribuer le temple sur la colline de Byrsa ainsi que celui qui a retenu les légions romaines, sur la plaine à Eshmun Le Chapitre XII est consacré à la population de Jérusalem durant l’Antiquité et en particulier au Tyriens qui y habitaient (p. 493-545)
Enfin 12 indexes closent l’ouvrage : noms propres, géographique et ethnique, noms divins et mythologiques, sujets, textes bibliques, textes rabbiniques et coraniques, inscriptions et papyri sémitiques, textes cunéiformes, documents égyptiens, auteurs grecs et latins, inscriptions et papyri grecs et latins, auteurs modernes

Hédi Dridi

ARANEGUI GASCÓ, C., ÉD. (2005) : Lixus-2 Ladera Sur. Excavaciones arqueológicas maroco-españolas en la colonia fenicia, Campañas 2000-2003 (= Saguntum Extra – 6), Universitat de Valencia – Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Valence.

Le deuxième volume rendant compte des recherches menées par l’équipe maroco-espagnole, dirigée par Mohamed Habibi et Carmen Aranegui Gascó à Lixus (flanc sud du plateau) depuis 1995 vient de paraître (le premier volume, publié en 2001 rendait compte des trois premières campagnes : Lixus. Colonia fenicia y ciudad púnico-mauritana. Anotaciones sobre su ocupación medieval = Saguntum Extra – 4). L’ouvrage se compose de quatre parties.
Dans la première partie, les auteurs présentent l’évolution géomorphologique et la paléogéographie du littoral lixitain (chapitre I) puis les camapgnes de fouilles (chapitre II).
La seconde partie est consacrée à l’étude du matériel présenté par séquences chronologiques : médiévale (chapitre III), romaine (chapitre IV), maurétanienne (chapitre V), punique (chapitre VI) et phénicienne (chapitre VII). Le dernier chapitre de cette partie traite de numismatique et d’épigraphie prélatine (chapitre VIII).
La troisième partie comporte deus études ponctuelle, la première sur le trône de Lixus (chapitre IX) et la seconde sur des lampes romaines d’époque impériale (chapitre X).
La quatrième partie regroupe des études sur la gestion des ressources naturelles : étude anthracologique (chapitre XI), étude paléocarpologique (chapitre XII), la faune (chapitre XIII), l’ichtyofaune (chapitre XIV), étude malacologique (chapitre XV), le travail du métal (chapitre XVI) et enfin une étude anthropologique (chapitre XVII).

Hédi Dridi

JONGELING, K. et KERR, R.M., éds. (2005) : Late Punic Epigraphy, Mohr Siebeck, Tübingen.

C’est un petit ouvrage de 115 pages édité par Karel Jongeling, grand spécialiste de l’épigraphie et de l’onomastique néo-punique (Names in Neo-Punic inscriptions , 1983 ; North-african Names from Latin Sources , 1994), qui a également coédité la nouvelle version du Dictionary of the North-West Semitic Inscriptions (1995) et Robert M. Kerr, jeune doctorant travaillant sur le punique tardif. Comme l’indique le sous-titre, le but des éditeurs était de proposer un petit manuel pratique à l’usage des courageux qui désireraient se lancer dans l’épigraphie punique tardives. L’ouvrage est comporte quatre parties : une introduction fournie de 13 pages, une section consacrée aux inscriptions néopuniques, une seconde aux inscriptions gréco-punique et latino-puniques et enfin une série d’appendices (glossaire néopunique, glossaire greco-punique et latino-punique, une liste de concordance pour les inscriptions puniques, une pour les inscriptions greco-punique et latino-puniques, une bibliographie et enfin un tableau paléographique). La section consacrée aux inscriptions néopunique en compte 90, mises au jour en Egypte (Memphis), en Grèce (Délos), en Libye (Al-Amrouni ; Ras el-Hadagia ; Henchîr Gen Rieime ; Lepcis Magna ; Al Qusbat ; Sabratha ; Tarhuna ; Wâdî al-Amud), en Tunisie, (Aïn Zakkar ; Bîr bou Regba ; Bîr Tlelsa ; Borj Helal ; Carthage ; Djebel Mansour ; Djebel Massoudj ; Dougga ; Henchîr Aouïn ; Henchîr Brijta ; Henchîr Djerou ; Henchîr Makthar ; Henchîr Meded ; Henchîr Mdein ; Henchîr Sidi Khlifa ; Sousse ; Téboursouk), en Algérie (Aïn el-Kebch ; Arseu ; Cherchel ; Constantine ; Guelma ; Henchîr bou Atfân ; Kef Bezioun ; Ksîba Mraou ; Qalaat Abi s-siba ; Tirekbin), au Maroc (Melilla), à Malte, à Pantelleria, en Sicile (Palerme), en Italie (Pompéi ; Rome), en Sardaigne (San’t Antioco) et même au Pays de Galles (Holt). La section suivante est consacrée aux textes latino-puniques et gréco-puniques, c’est-à-dire aux textes en langue néopunique, rédigés dans l’alphabet (et le sens de lecture) latin ou grec. Ce type d’inscriptions est attesté en Libye (pour les latino-puniques) et en Algérie (gréco-puniques). De Libye, les éditeurs publient 5 inscriptions provenant de Bîr ed-Dreder, une de Bîr Shmech, une de Ras el-Hadagia, une de Gasr el- Azaiz, une de Gasr Doga, une de Ghirza, deux de Lepcis Magna, une de Nawalia, 12 de Syrte, une de Wâdî Waeni, deux de Wâdî Umm el-Agerem et une de Zlîten. Une seule inscription gréco-punique est présentée, elle provient du sanctuaire d’El-Hofra près de Constantine.

Hedi Dridi