Archives de catégorie : Publications

Province et identité provinciales dans l’Afrique romaine

Brepols, TABCRA 6, 295 p.
C. Briand-Ponsart et Y. Modéran † (éd.), Turnhout, 2011.

Pourquoi proposer une réflexion sur les provinces et les identités provinciales en Afrique romaine ? Cela pouvait paraître céder à une mode, mais ce qui a inspiré ce projet ne fut pas tant une volonté de promouvoir la notion d’identité, notion dont les emplois n’ont cessé de se multiplier, que de réhabiliter celle de province et, à côté d’elle, celle de région. Les historiens sont de plus en plus amenés à constater l’importance du fait provincial et ses expressions identitaires. Il s’agit donc avant tout d’un retour sur une approche territoriale des réalités historiques de l’Afrique antique, qui dépasse les horizons habituellement retenus et souvent réducteurs de la cité d’un côté, de l’Afrique ou de l’empire de l’autre. Sur ce thème nouveau dans les études africaines, cette rencontre a donné lieu à des mises au point et des synthèses stimulantes sur la naissance des provinces romaines d’Afrique, leurs noms, leurs définitions territoriales et leurs évolutions, parfois sur le long terme, où l’histoire et les traditions régionales dialoguent avec la volonté politique de Rome.


v + 295 p., 165 x 240 mm,

2011, TABCRA 6, PB,

ISBN 978-2-902685-68-4,

€ 35

Informations et commande :

CRAHAM

Brepols

Vie, mort et poésie dans l’Afrique romaine d’après un choix de Carmina Latina Epigraphica

C. Hamdoune et al. (éd.), Bruxelles, 2011.
Latomus, volume 130, 397 p.

Table des matières

AVANT-PROPOS, p. 5

PREMIÈRE PARTIE : RECUEIL DE POÈMES COMMENTÉS, p. 13

DEUXIÈME PARTIE : ÉTUDES ET COMMENTAIRES, p. 283

Maria-José Pena, “Deux carmina de Caesarea (Cherchel) et la Péninsule ibérique (n°170 et n° 162)”, p. 285

Étienne Wolf, “Deux épitaphes de Luxorius (Anth. Lat. 345 et 354 R = 340 et 349 ShB) N° 49 et N°50”, p. 299

Jean Meyers, “L’influence de la poésie classique dans les Carmina epigraphica funéraires d’Afrique du Nord”, p. 306.

Jean-Marie Lassère, “Éléments de biographie dans les Carmina Latina Epigraphica”, p. 323.

Anne Fraïsse, “Typologie des renseignements fournis sur le défunt dans les carmina”, p. 336.

Laure Échalier, “Ce que les morts disent aux vivants”, p. 349.

Jean-Noël Michaud, “Un instant dans l’éternité, l’éternité dans un instant”, p. 364.

BIBLIOGRAPHIE, p. 377

INDEX NOMINUM, p. 389

INCIPIT, p. 393

TABLE DES ILLUSTRATIONS, p. 396

TABLE DES MATIÈRES, p. 397

Alexandrie. Histoire d’un mythe

Ellipses, collection « biographies et mythes historiques », 400 p.
Paul-André Claudel, Paris, 2011.

Alexandrie : le simple nom de la ville fondée par Alexandre le Grand suffit à faire surgir un tourbillon d’images évocatrices. Monuments célèbres (le tombeau d’Alexandre, le Phare, la Bibliothèque), figures illustres du monde gréco-romain (Jules César, Marc Antoine, Cléopâtre), conquérants de l’âge moderne (Bonaparte, Mehemet Ali), poètes et écrivains de l’époque cosmopolite (Cavafis, Durrell) ont éclairé tour à tour l’histoire de cette ville. Cet étonnant cortège témoigne du rôle qu’a joué, pendant plus de deux mille ans, la cité des Ptolémées. Première métropole du monde méditerranéen dans la période hellénistique, rivale de Rome à l’époque impériale, Alexandrie domine les chroniques de l’Antiquité. Plate-forme commerciale du Levant après la conquête arabe, porte d’entrée en Égypte sous l’Empire ottoman, Alexandrie se trouve encore, à l’époque moderne et contemporaine, au cœur des relations entre Orient et Occident : c’est devant ses murs que débarquent, en 1798, les soldats de l’expédition d’Égypte menée par Bonaparte. Mais l’histoire millénaire d’Alexandrie compte au moins autant pour elle-même que pour les prolongements érudits ou rêveurs qu’elle a pu susciter : depuis l’Antiquité, historiens et poètes ont cultivé sa mémoire et façonné son image. « Cité d’or » selon le grammairien grec Athénée, « première du monde » pour l’historien Diodore de Sicile, la ville de la Bibliothèque et du Phare s’est inscrite à jamais dans notre imaginaire. Lieu de tous les savoirs, creuset des sagesses antiques et des grandes religions, Alexandrie n’a cessé d’alimenter les utopies. C’est là, précisément, l’objet de cet ouvrage : la somme des récits, des témoignages ou des contes par lesquels s’est formé, aux confins de l’histoire et du songe, le mythe d’Alexandrie.

Paul-André Claudel est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Nantes. Ses recherches portent sur le courant de la décadence et les différentes formes de l’imaginaire orientaliste.

Table des matières

Avant-propos : La ville invisible

Chapitre I : Aux sources du mythe : la fondation

Chapitre II : Rois et dieux d’Alexandrie

Chapitre III : La Bibliothèque ou l’inventaire du monde

Chapitre IV : Le Phare ou la septième merveille

Chapitre V : Cléopâtre, la gloire et l’opprobre

Chapitre VI : Alexandrie romaine : imaginaires décadents

Chapitre VII : Le creuset du christianisme

Chapitre VIII : Alexandrie dans l’Islam médiéval

Chapitre IX : Érudits et voyageurs dans la ville ottomane

Chapitre X : Bonaparte, nouvel Alexandre ?

Chapitre XI : La renaissance d’Alexandrie

Chapitre XII : L’âge d’or cosmopolite

Chapitre XIII : Souvenirs de la ville perdue

Chapitre XIV : La mémoire et le mythe

Annexes : Cartes et généalogie, chronologie historique, bibliographie, Alexandrie dans l’imaginaire figuratif, Alexandrie au cinéma, index des noms propres, index thématique.


Paul-André Claudel, Alexandrie. Histoire d’un mythe, Paris, Ellipses, 2011

Collection « Biographies et mythes historiques »

Paru le 26-09-2011
384 p. + 16 p. couleur
Format : 16 x 24 cm

Prix : 24 Eur.

ISBN : 9782729866303
www.editions-ellipses.fr

Die Völkerwanderung

Theiss Verlag, Theiss Wissen Kompakt, 192 p.
P. von Rummel, H. Fehr, Stuttgart, 2011.

Wie aus dem Nichts, so schien es den Völkern Europas, tauchte im 4. Jahrhundert nach Christus eine Horde Reiter am Schwarzen Meer auf. In einem Blutbad vernichteten die Krieger aus der asiatischen Steppe das ostgotische Reich. Tausende Westgoten ergriffen panisch die Flucht und drängten sich an der römischen Grenze. Kaiser Valens wusste : Seine Truppen würden dem Druck nicht lange standhalten können. Er musste die Grenze öffnen. Das war der Anfang vom Ende der römischen Weltherrschaft und gleichzeitig der Auftakt zu Völkerbewegungen, die in den folgenden 200 Jahren das Gesicht Europas vollständig umgestalteten. Philipp von Rummel und Hubert Fehr nehmen dieses Phänomen und die einzelnen Stämme und Gruppen, die vom Strudel der Wanderungen erfasst wurden, genauer unter die Lupe und beziehen auch frühere und spätere Völkerbewegungen, etwa der Kimbern und Teutonen, der Araber, Mongolen und Wikinger, mit ein.


Informations : Theiss Verlag

Le camp romain : Proche-Orient et Afrique du Nord

Ecole française de Rome, BEFAR 345, 439 pM. Lenoir, Rome, 2011.

Alors que l’intérêt pour l’armée romaine ne s’est jamais démenti depuis le Moyen Âge, le XXe siècle a pu mettre au jour, grâce au recours à l’archéologie aérienne, un nombre considérable de sites militaires renouvelant profondément la lecture des sources anciennes dans leur confrontation avec les témoignages de terrain. Maurice Lenoir dans ce livre posthume issu de sa thèse d’État, n’a pas voulu s’enfermer dans des oppositions stériles entre vues du ciel et études au sol, entre sources écrites et relevés localisés, mais proposer, à travers l’analyse d’un corpus limité dans le temps, l’espace et par la nature des documents – camps construits en dur, du Ier siècle à Constantin, du Proche-Orient à l’Afrique – une relecture à portée générale de l’entière complexité des dispositifs militaires de l’Empire et de ses stratégies dans des zones aux limites du désert, au contact de populations nomades, qui en souligne l’originalité dans la tradition romaine et comme expression du pouvoir impérial.


Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 345

Roma : École française de Rome, 2011

439 p., ill. et pl. n/b et coul.

ISBN : 978-2-7283-0872-9

Prix : € 100

Antiquités africaines, t. 45, 2009

Hommage à Yves Modéran

Sommaire

Yves Modéran (1955 – 2010), par Marc Griesheimer (7)

Yves Modéran (1955 – 2010), par Claude Lepelley (9)

« Remembering Yves Modéran », par Franck Clover (12)

Yves Modéran et « l’Afrique oubliée », par Jehan Desanges (13)

In mémoriam Yves Modéran (1955 – 2010), par Houcine Jaïdi (15)

Bibliographie d’Yves Modéran (18)

Colin Michael Wells (1933 – 2010), par Bruce Hitchner (23)

Bibliographie africaine de Colin Michael Wells (25)

HAMDOUNE Christine. – Les macella dans les cités de l’Afrique romaine (27)

LABORY Nadine. – Quelques remarques sur les listes de troupes auxiliaires de Maurétanie tingitane mentionnées dans les diplômes après 122 (37)

LAPORTE Jean-Pierre et DUPUIS Xavier. – De Nigrenses Maiores à Négrine (51)

BENSEDDIK Nacéra. – « Manus lanis occupate… ». Femmes et métiers en Afrique (103)

HUGONIOT Christophe. – AE, 2004, 1798. Jeux scéniques à Aradi (Proconsulaire) en 402-408 apr. J.-C. (119)

FIALON Sabine et HAMDOUNE Christine. – L’image de la femme africaine dans les Passions : réalités sociales et élaboration d’un modèle chrétien (139)

Esculape et Hygie en Afrique. Recherches sur les cultes guérisseurs

Mémoires de l’AIBL, 2 vol., 380 et 304 p.
N. Benseddik, Paris, 2011.

Notre connaissance sur l’histoire de l’Afrique du Nord antique vient de s’enrichir avec la parution du dernier ouvrage en deux volumes de Nacéra Benseddik : Esculape et hygie en Afrique. Recherches sur les cultes guérisseurs (Mémoires de l’Académie, t. 44) ; le résultat de ses travaux étaient attendus avec impatience par la communauté scientifique internationale. Cet ouvrage d’érudition, qui offre une série de catalogues, assorti d’une illustration remarquable et souvent inédite, met en lumière avec éclat un aspect notable de l’héritage hellénique dont le Maghreb est le dépositaire. Amalgamés aux vieux fond des croyances africaines, les cultes grecques de nature médicale connurent une très large et durable diffusion, depuis les confins de la Mauritanie jusqu’à l’opulente Carthage. S’adressant aux puissants comme aux gens du peuple, ils ont laissé d’éloquents vestiges et des témoignages archéologiques divers de leur activité et de la piété populaire qui leur était attachée. D’un point de vue politique, ils contribuèrent notablement à l’intégration de l’Afrique du Nord dans l’Empire romain.

Cet ouvrage de grande envergure s’adresse certes tant à l’historien qu’à l’archéologue, mais plus largement aussi à tous ceux qui se passionnent pour l’histoire du Maghreb antique ou qui marquent leur intérêt par l’histoire de la Médecine et de l’Hellénisme.

Le présent ouvrage a été honoré du prix Paul-Albert Février décerné par l’Université de Provence.


Informations : AIBL

Catalogue des inscriptions latines païennes inédites du Musée de Carthage

École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 443, 400 p.
Zeïneb Benzina Ben Abdallah, Leïla Ladjimi Sebaï, Rome, 2011

Les « Inscriptions latines païennes de Carthage inédites conservées au Musée de Carthage », sont le résultat de la mission de longue haleine entreprise par les deux auteurs de ce recueil dans le cadre de l’inventaire général des œuvres conservées dans ce musée. Comme il se doit, cet inventaire épigraphique visait d’abord à l’identification des pierres inscrites conservées en ce lieu depuis la fin du XIXe siècle, soit des milliers de pierres, dont la très grande majorité sont des fragments. Il s’agit d’une large enquête qui a duré des années et qui a permis, non seulement d’identifier les pierres déjà publiées (présentées en fin d’ouvrage sous forme de tableau récapitulatif), mais de mettre à la disposition du public scientifique de nouvelles pièces inédites dont certaines, fort intéressante quoique souvent mutilées, apportent un éclairage supplémentaire non négligeable à l’histoire de la grande métropole antique.


En savoir plus : Ecole française de Rome

Recherches archéologiques à Haïdra, IV

École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 18/4, 252 p.
François Baratte et al., 2011

Basilique II, dite de Candidus ou Des martyrs de la persécution de Dioclétien

Issu des recherches menées sur le site d’Ammaedra/Haïdra entre 1969 et 1984 par la mission archéologique franco-tunisienne, ce volume présente un spectaculaire monument, la basilique II, qu’accompagne une petite nécropole chrétienne. L’histoire en est longue, depuis le IVe siècle, et complexe, mais elle peut être suivie de manière détaillée. L’état byzantin a été reconstitué complètement, y compris dans son élévation : l’église, pavée de mosaïques partiellement dues à la générosité des fidèles et presque intégralement conservées, a subi de profondes modifications par rapport à l’édifice primitif.
L’orientation en a été inversée, et les bas-côtés ont été voûtés, ce qui la rapproche d’une autre église byzantine, celle du Dar el Kous au Kef. Consacrée à saint Cyprien, elle se distingue par une exceptionnelle installation en l’honneur de 34 martyrs victimes de la persécution de Dioclétien qui en fait un édifice unique dans l’architecture paléochrétienne en Afrique.


En savoir plus : Publications de l’École française de Rome

Décor et architecture en Gaule, entre l’Antiquité et le haut Moyen Age, mosaïque, peinture, stuc

En octobre 2008, un colloque international tenu à Toulouse a été consacré aux décors dans l’espace architectural en Gaule, entre l’Antiquité et le haut Moyen Age. Les actes publiés ici proposent un bilan synthétique des travaux menés sur le sujet en France au cours des dernières décennies, mais surtout ils ouvrent de nouvelles perspectives sur les revêtements décoratifs dans leur contexte, car le décor fait partie intégrante de l’architecture et chacun ne prend pleinement sens que par rapport à l’autre. A ce jour aucune synthèse n’avait encore été tentée sur la Gaule où la disparité dans l’état de conservation des vestiges a favorisé une approche spécialisée et analytique des décors. Ici, pour la première fois, est examinée l’interaction, en Gaule, entre mosaïque, peinture, stuc et placages, et leur articulation avec le décor architectonique. Diverses questions surgissent : Comment le décor souligne-t-il l’espace architectural, s’y adapte, et induit une expérience spatiale ? En quoi les choix iconographiques sont ils révélateurs de la fonction des espaces et de leurs usages ? Dans quelle mesure les choix techniques et leur mise en œuvre dépendent-ils du lieu, du moment, de l’usage ?

Cet ouvrage de 780 pages et 622 illustrations, réunit 51 contributions, organisées en 5 chapitres.Textes réunis par C.Balmelle, H. Eristov, F. Monier (CNRS-ENS, UMR 8546, AOROC). Voir également le sommaire.

- Articulation des décors dans les espaces architecturaux

- Formes architecturales et spatialité

- Espace de la culture : la construction d’un imaginaire romain

- Les matériaux et la délimitation de l’espace

- Pérennité et renouvellement du décor et de son espace

Les références bibliographiques sont regroupées en fin d’ouvrage (p.721-754) et seront disponibles en ligne, de même que les discussions : http://aquitania.u-bordeaux3.fr Des résumés des contributions (p. 755-776) précédent les indices (personnes, géographique, thématique, p. 777-795).

Commande

Commande du supplément 20 d’Aquitania, au prix de la souscription de 50€ (jusqu’au 15 juillet 2011, + 6€ de frais de port). Règlement par chèque bancaire ou postal (à joindre obligatoirement au présent bulletin), à l’ordre de la Fédération Aquitania.

Aquitania, Maison de l’Archéologie, Université Michel de Montaigne, F–33607 Pessac.

Source : AOROC

La revue “Antiquités africaines” en ligne

Créée en 1966 à Aix-en-Provence par le CNRS, Antiquités africaines a pour cadre scientifique la publication d’études historiques et archéologiques sur l’Afrique du Nord, de la Préhistoire à la conquête arabe. La géographie historique côtoie les faits généraux de civilisation, l’organisation administrative et militaire, l’économie, la vie sociale, l’histoire religieuse, etc., thèmes abordés tant à partir des sources littéraires que des témoignages archéologiques (céramique, épigraphie, onomastique, mosaïques, peinture, sculpture, numismatique, architecture, urbanisme…).

La direction de la revue a été assurée par Jean Lassus, puis Georges Souville, Jacques Gascou et Catherine Virlouvet ; nommé par le CNRS, le directeur de publication est aujourd’hui Marc Griesheimer. Le comité de lecture où sont représentées les diverses institutions françaises opérant au Maghreb se réunit une fois par an pour examiner le contenu de la livraison annuelle. Assurée par V. Blanc-Bijon, la Rédaction dépend du Centre Camille Jullian (CNRS – Université de Provence, UMR 6573), hébergé par la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

Seule revue française et internationale de parution régulière portant sur les recherches touchant à l’ensemble des pays de l’Afrique du Nord, Antiquités africaines est publiée par CNRS Editions.

Le Comité de lecture est composé de :

Marc Griesheimer (directeur de publication), Jacques Gascou (directeur-adjoint), Maria Giulia. Amadassi-Guzzo, Dominique Castex (section 31), Ginette Di Vita-Evrard, François Baratte, Salem Chaker, Jehan Desanges, Jérôme France, Henri-Paul Frankfort (Comité de l’archéologie), Claude Lepelley, David Mattingly, Yves Modéran†, Georges Souville (Président du Comité), Arnaud Suspène (section 32), ainsi que Dominique Garcia (directeur du Centre Camille Jullian), Patrice Bourdelais (directeur de l’InSHS), Jacques Baudoin (directeur de CNRS Editions).

Sont disponibles les numéros de 1967 à 2009.

Consulter la revue en ligne sur Persée