YON, M. ( 2004 ) : Kition dans les textes. Testimonia littéraires et épigraphiques et Corpus des inscriptions , avec les contributions de M.G. Amadasi Guzzo, F. Malbran-Labat, Th. Oziol, M. Sznycer (= Kition-Bamboula V), Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris.

L’ouvrage rassemble toutes les données littéraires (en particulier les sources grecques) et épigraphiques concernant Kition, l’actuelle Larnaka à Chypre, l’une des premières étapes de l’expansion phénicienne vers l’Occident. Capitale d’un royaume phénicien depuis au moins le VIIIe s., la survie de ses institutions est attestée, par des inscriptions, jusqu’à l’époque lagide. L’ouvrage comprend en annexe (Annexe 1, p. 204-215) une mise à jour bibliographique des inscriptions publiées dans le premier corpus des inscriptions kitiennes qui date de 1977 (M.G. Amadasi Guzzo et V. Karageorghis, Fouilles de Kition – III. Inscriptions phéniciennes , Nicosie). Dans une deuxième annexe (p. 217-228), M. Sznycer présente des inscriptions phéniciennes inédites. Hédi Dridi

LIPINSKI, E. (2004) : Itineraria Phoenicia (= Studia Phoenicia 18 = Orientalia Lovaniensia Analecta 127), Peeters – Departement Oosterse Studies, Louvain.

Dans cet ouvrage, l’auteur se propose d’examiner les routes terrestres et maritimes des Phéniciens en Phénicie même et au sein de leur empire commercial. L’absence de véritables sources relatives à des itineraria ne rebute pas l’auteur qui estime que des données utiles peuvent être extraites des itinéraires militaires néo-assyriens, des inscriptions sur pierre phéniciennes, des compte rendus des expéditions vers Ophir et Tarshish transmis par la Bible, des périples des sources classiques. Mais du fait de l’absence de ces itineraria phéniciens, le travail de l’auteur se limite à passer en revue les toponymes, discuter de leur localisation, de leurs origines.
L’ouvrage est composé de douze chapitres (dont deux sont particulièrement consacrés à Byrsa et à Jérusalem). Il résulte de travaux menés par l’auteur depuis plusieurs années. C’est ainsi que comme il le dit lui-même dans sa préface, certaines parties du livre ont été publiées par ailleurs. Mais il précise qu’à l’occasion de cette publication, une relecture d’ensemble a été faite, tenant compte des acquis récents de la recherche Le Chapitre I est consacré à l’étude de la mention dans les annales de Salmanassar III de l’érection d’une stèle à Ba’lu-ra’shi en 841 av. J.-C. (p. 1-15) Le chapitre II est consacré au royaume de Sidon au début du VIIe s. av. J.-C. (p. 17-36) Le chapitre III est consacré à l’expansion phénicienne à Chypre, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique (p. 37-107)
Le chapitre IV est consacré aux Phéniciens en Anatolie (p. 109-143)
Le chapitre V est consacré aux Phéniciens en Mer Egée et en Grèce continentale (p. 145-188)
Le chapitre VI reprend le dossier de la Ophir biblique, pays de l’or (p. 189-223) Le chapitre VII est lui consacré à une autre contrée biblique : Tarshish (p. 225-265) : il reprend la stèle de Nora, et il semble envisager l’identification ancienne de Tarshish à Carthage Dans le chapitre VIII, l’auteur reprend l’examen de la côte syro-phénicienne selon le Pseudo-Scylax 104 en y intégrant les acquis récents de la recherche (p. 267-335) Le chapitre IX est également consacré au Pseudo-Scylax (110-111) : de la grande Syrte aux colonnes d’Héraklès (p. 337-434)
Le chapitre X est consacré au Périple d’Hannon (p. 435-475) Le chapitre XI s’intitule « Byrsa and the Eshmun Temple » (p. 477-492) : où il propose une étymologie sémitique pour Byrsa et propose d’attribuer le temple sur la colline de Byrsa ainsi que celui qui a retenu les légions romaines, sur la plaine à Eshmun Le Chapitre XII est consacré à la population de Jérusalem durant l’Antiquité et en particulier au Tyriens qui y habitaient (p. 493-545)
Enfin 12 indexes closent l’ouvrage : noms propres, géographique et ethnique, noms divins et mythologiques, sujets, textes bibliques, textes rabbiniques et coraniques, inscriptions et papyri sémitiques, textes cunéiformes, documents égyptiens, auteurs grecs et latins, inscriptions et papyri grecs et latins, auteurs modernes

Hédi Dridi

ARANEGUI GASCÓ, C., ÉD. (2005) : Lixus-2 Ladera Sur. Excavaciones arqueológicas maroco-españolas en la colonia fenicia, Campañas 2000-2003 (= Saguntum Extra – 6), Universitat de Valencia – Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Valence.

Le deuxième volume rendant compte des recherches menées par l’équipe maroco-espagnole, dirigée par Mohamed Habibi et Carmen Aranegui Gascó à Lixus (flanc sud du plateau) depuis 1995 vient de paraître (le premier volume, publié en 2001 rendait compte des trois premières campagnes : Lixus. Colonia fenicia y ciudad púnico-mauritana. Anotaciones sobre su ocupación medieval = Saguntum Extra – 4). L’ouvrage se compose de quatre parties.
Dans la première partie, les auteurs présentent l’évolution géomorphologique et la paléogéographie du littoral lixitain (chapitre I) puis les camapgnes de fouilles (chapitre II).
La seconde partie est consacrée à l’étude du matériel présenté par séquences chronologiques : médiévale (chapitre III), romaine (chapitre IV), maurétanienne (chapitre V), punique (chapitre VI) et phénicienne (chapitre VII). Le dernier chapitre de cette partie traite de numismatique et d’épigraphie prélatine (chapitre VIII).
La troisième partie comporte deus études ponctuelle, la première sur le trône de Lixus (chapitre IX) et la seconde sur des lampes romaines d’époque impériale (chapitre X).
La quatrième partie regroupe des études sur la gestion des ressources naturelles : étude anthracologique (chapitre XI), étude paléocarpologique (chapitre XII), la faune (chapitre XIII), l’ichtyofaune (chapitre XIV), étude malacologique (chapitre XV), le travail du métal (chapitre XVI) et enfin une étude anthropologique (chapitre XVII).

Hédi Dridi

JONGELING, K. et KERR, R.M., éds. (2005) : Late Punic Epigraphy, Mohr Siebeck, Tübingen.

C’est un petit ouvrage de 115 pages édité par Karel Jongeling, grand spécialiste de l’épigraphie et de l’onomastique néo-punique (Names in Neo-Punic inscriptions , 1983 ; North-african Names from Latin Sources , 1994), qui a également coédité la nouvelle version du Dictionary of the North-West Semitic Inscriptions (1995) et Robert M. Kerr, jeune doctorant travaillant sur le punique tardif. Comme l’indique le sous-titre, le but des éditeurs était de proposer un petit manuel pratique à l’usage des courageux qui désireraient se lancer dans l’épigraphie punique tardives. L’ouvrage est comporte quatre parties : une introduction fournie de 13 pages, une section consacrée aux inscriptions néopuniques, une seconde aux inscriptions gréco-punique et latino-puniques et enfin une série d’appendices (glossaire néopunique, glossaire greco-punique et latino-punique, une liste de concordance pour les inscriptions puniques, une pour les inscriptions greco-punique et latino-puniques, une bibliographie et enfin un tableau paléographique). La section consacrée aux inscriptions néopunique en compte 90, mises au jour en Egypte (Memphis), en Grèce (Délos), en Libye (Al-Amrouni ; Ras el-Hadagia ; Henchîr Gen Rieime ; Lepcis Magna ; Al Qusbat ; Sabratha ; Tarhuna ; Wâdî al-Amud), en Tunisie, (Aïn Zakkar ; Bîr bou Regba ; Bîr Tlelsa ; Borj Helal ; Carthage ; Djebel Mansour ; Djebel Massoudj ; Dougga ; Henchîr Aouïn ; Henchîr Brijta ; Henchîr Djerou ; Henchîr Makthar ; Henchîr Meded ; Henchîr Mdein ; Henchîr Sidi Khlifa ; Sousse ; Téboursouk), en Algérie (Aïn el-Kebch ; Arseu ; Cherchel ; Constantine ; Guelma ; Henchîr bou Atfân ; Kef Bezioun ; Ksîba Mraou ; Qalaat Abi s-siba ; Tirekbin), au Maroc (Melilla), à Malte, à Pantelleria, en Sicile (Palerme), en Italie (Pompéi ; Rome), en Sardaigne (San’t Antioco) et même au Pays de Galles (Holt). La section suivante est consacrée aux textes latino-puniques et gréco-puniques, c’est-à-dire aux textes en langue néopunique, rédigés dans l’alphabet (et le sens de lecture) latin ou grec. Ce type d’inscriptions est attesté en Libye (pour les latino-puniques) et en Algérie (gréco-puniques). De Libye, les éditeurs publient 5 inscriptions provenant de Bîr ed-Dreder, une de Bîr Shmech, une de Ras el-Hadagia, une de Gasr el- Azaiz, une de Gasr Doga, une de Ghirza, deux de Lepcis Magna, une de Nawalia, 12 de Syrte, une de Wâdî Waeni, deux de Wâdî Umm el-Agerem et une de Zlîten. Une seule inscription gréco-punique est présentée, elle provient du sanctuaire d’El-Hofra près de Constantine.

Hedi Dridi

Carnet de veille en archéologie et histoire du Maghreb antique