L’Aurès dans son environnement régional de la Préhistoire au Moyen Age

Les 15 et 16 septembre 2011, Fondation del Duca, Paris.
Aouras, société d’etudes et de recherches sur l’Aurès antique

JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011

8h30 Accueil des participants

9h Cérémonie d’accueil
Hommages à Yves Modéran et Jean-Marie Lassère

10h-11h15 : LE TERROIR AURESIEN

CHARLES GUITTARD (Univ. Paris-Ouest) : L’Aurès dans la littérature latine classique : une région aux contours mal définis.

YOUCEF AIBECHE (Univ. Sétif) : Les zones de contact entre l’Aurès et la Maurétanie Sitifienne.

LUC LAPIERRE (CNES) : Projet de cartographie de l’Afrique antique sur Système d’Information Géographique.

Pause café

11h30-13h : LA PREHISTOIRE

ABDERRAZAK DJERRAB, RABAH ZEDAM, NABIL DEFAFLIA, SALAH ABDESSADOK (Univ. Tébessa) : Paléoenvironnement de la région de Tébessa pendant le pléistocène supérieur et l’holocène, à partir de l’étude magnétique et sédimentologique des terrasses alluvionnaires.
IDIR AMARA (Univ. Alger) /COLETTE ROUBET (MNHN) : Le Tell Constantinois durant l’Holocène : représentations pariétales.

HOCINE SAHNOUN (CNRPAH) : Note sur les données relatives à la forme symétrique, la standardisation et l’esthétisme des bifaces acheuléens d’El Ma El Abiod (Tébessa).

13H REPAS

14h30-16h : ADMINISTRATION ROMAINE

MICHEL CHRISTOL (Univ. Paris1) : L’horizon spatial des activités administratives du légat de la IIIa Augusta, puis du gouverneur de la province de Numidie aux IIe et IIIe siècles.

CHRISTINE HAMDOUNE (Univ. Montpellier 3) : Le vocabulaire de l’évergétisme à Théveste.

PATRICK LE ROUX (Univ. Paris 13) : Un vétéran Bagaiensis à Mérida de Lusitanie : questions et éclairages.

Pause café.

16h15-18h : LA GESTION DE L’EAU

SALAH BOUCHEMAL (Univ. Oum el Bouaghi) : Une incursion dans la vallée de l’Oued Abdi.

SOUAAD SLIMANI (Univ. Mentouri, Constantine/ Paris Ouest Nanterre) : Les vestiges archéologiques du Hodna : le réseau hydraulique.

PIERRE MORIZOT (Aouras) : Les travaux hydrauliques et la cité antique de Rassira.

VENDREDI 16 SEPTEMBRE

9h30-12h30 : RELIGION ET SOCIETE

FRANÇOIS BARATTE (Univ. Paris 1) : Sur un buste d’éphèbe trouvé dans les environs de Timgad.

NACERA BENSEDDIK / CATHERINE LOCHIN (CNRS) : A propos de quelques reliefs trouvés à Foum Krazza.

Pause café.

HILALI ARBIA ( Univ. Sfax) : La place de l’Aurès dans l’organisation de l’espace religieux en Afrique romaine.

JEAN-PIERRE LAPORTE (Aouras) : Note sur les Ouled Djellal (SW Aurès). Réexamen des vestiges à partir des travaux d’André Lebert. Précisions sur la datation.

13H REPAS

14h-15h30 : LE PAYS DE TEBESSA

MICHEL CHALON (Univ. Montpellier 3) : Les inscriptions chrétiennes de la chapelle martyriale de la basilique de Crispina.

HAMIDANE MOURAD (Ass.Minerve)/ CHR. HAMDOUNE : Quelques inscriptions inédites des environs de Tébessa.

TOUFIK HAMOUM (Université d’Alger) et CHRISTIAN LANDES (Musée d’archéologie nationale) : Armée, municipalité de Tébessa, service des Monuments Historiques et patrimoine archéologique thévestin d’après les sources militaires françaises de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Pause café.

15h45-17h : MOYEN-ÂGE

PIERRE GUICHARD (Univ. Lyon 2) : Les garnisons arabes du pourtour de l’Aurès (VIIIe – XIe siècles)

ABDERRAHMANE KHELIFA (Alger) : L’Aurès et le mouvement fatimide à travers les écrits du Cadi Nu’man..

BAKHTA MOUKRAENTA-ABED : Un nouveau regard sur Lambèse (à partir des sources arabes).

17h15-18h : CONCLUSIONS

Lieu de la manifestation : Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny 75008 Paris

Organisation : Aouras, société d’etudes et de recherches sur l’Aurès antique

Contact : chaguittard@aol.com

Antiquités africaines, t. 45, 2009

Hommage à Yves Modéran

Sommaire

Yves Modéran (1955 – 2010), par Marc Griesheimer (7)

Yves Modéran (1955 – 2010), par Claude Lepelley (9)

« Remembering Yves Modéran », par Franck Clover (12)

Yves Modéran et « l’Afrique oubliée », par Jehan Desanges (13)

In mémoriam Yves Modéran (1955 – 2010), par Houcine Jaïdi (15)

Bibliographie d’Yves Modéran (18)

Colin Michael Wells (1933 – 2010), par Bruce Hitchner (23)

Bibliographie africaine de Colin Michael Wells (25)

HAMDOUNE Christine. – Les macella dans les cités de l’Afrique romaine (27)

LABORY Nadine. – Quelques remarques sur les listes de troupes auxiliaires de Maurétanie tingitane mentionnées dans les diplômes après 122 (37)

LAPORTE Jean-Pierre et DUPUIS Xavier. – De Nigrenses Maiores à Négrine (51)

BENSEDDIK Nacéra. – « Manus lanis occupate… ». Femmes et métiers en Afrique (103)

HUGONIOT Christophe. – AE, 2004, 1798. Jeux scéniques à Aradi (Proconsulaire) en 402-408 apr. J.-C. (119)

FIALON Sabine et HAMDOUNE Christine. – L’image de la femme africaine dans les Passions : réalités sociales et élaboration d’un modèle chrétien (139)

Esculape et Hygie en Afrique. Recherches sur les cultes guérisseurs

Mémoires de l’AIBL, 2 vol., 380 et 304 p.
N. Benseddik, Paris, 2011.

Notre connaissance sur l’histoire de l’Afrique du Nord antique vient de s’enrichir avec la parution du dernier ouvrage en deux volumes de Nacéra Benseddik : Esculape et hygie en Afrique. Recherches sur les cultes guérisseurs (Mémoires de l’Académie, t. 44) ; le résultat de ses travaux étaient attendus avec impatience par la communauté scientifique internationale. Cet ouvrage d’érudition, qui offre une série de catalogues, assorti d’une illustration remarquable et souvent inédite, met en lumière avec éclat un aspect notable de l’héritage hellénique dont le Maghreb est le dépositaire. Amalgamés aux vieux fond des croyances africaines, les cultes grecques de nature médicale connurent une très large et durable diffusion, depuis les confins de la Mauritanie jusqu’à l’opulente Carthage. S’adressant aux puissants comme aux gens du peuple, ils ont laissé d’éloquents vestiges et des témoignages archéologiques divers de leur activité et de la piété populaire qui leur était attachée. D’un point de vue politique, ils contribuèrent notablement à l’intégration de l’Afrique du Nord dans l’Empire romain.

Cet ouvrage de grande envergure s’adresse certes tant à l’historien qu’à l’archéologue, mais plus largement aussi à tous ceux qui se passionnent pour l’histoire du Maghreb antique ou qui marquent leur intérêt par l’histoire de la Médecine et de l’Hellénisme.

Le présent ouvrage a été honoré du prix Paul-Albert Février décerné par l’Université de Provence.


Informations : AIBL

Pioneering Archaeological Prospection

Du 09 au 12.11.2011. Laa an der Thaya, Autriche.
Ludwig Boltzmann Institute

International Conference and Workshop

« Pioneering Archaeological Prospection »

An international conference and workshop “Pioneering Archaeological Prospection” has been organized to permit pioneers in Archaeological Prospection to meet with current researchers and with the next generation of researchers. It is hoped that it will provide an impetus towards saving the documentation of the history of Archaeological Prospection and describing the state-of-the-art and future perspectives in noninvasive archaeological research. It is an initial workshop of the newly founded PhD College for Archaeological Prospection at the University of Vienna (IC-ArchPro) initiated by the Ludwig Boltzmann Institute for Archaeological Prospection and Virtual Archaeology (LBI-ArchPro) and its European Partners.

Conference office :

Elisabeth Schadek

elisabeth.schadek@archpro.lbg.ac.at

Mobile : +43 (0) 699 15206507

Catalogue des inscriptions latines païennes inédites du Musée de Carthage

École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 443, 400 p.
Zeïneb Benzina Ben Abdallah, Leïla Ladjimi Sebaï, Rome, 2011

Les « Inscriptions latines païennes de Carthage inédites conservées au Musée de Carthage », sont le résultat de la mission de longue haleine entreprise par les deux auteurs de ce recueil dans le cadre de l’inventaire général des œuvres conservées dans ce musée. Comme il se doit, cet inventaire épigraphique visait d’abord à l’identification des pierres inscrites conservées en ce lieu depuis la fin du XIXe siècle, soit des milliers de pierres, dont la très grande majorité sont des fragments. Il s’agit d’une large enquête qui a duré des années et qui a permis, non seulement d’identifier les pierres déjà publiées (présentées en fin d’ouvrage sous forme de tableau récapitulatif), mais de mettre à la disposition du public scientifique de nouvelles pièces inédites dont certaines, fort intéressante quoique souvent mutilées, apportent un éclairage supplémentaire non négligeable à l’histoire de la grande métropole antique.


En savoir plus : Ecole française de Rome

Recherches archéologiques à Haïdra, IV

École française de Rome, Collection de l’École française de Rome 18/4, 252 p.
François Baratte et al., 2011

Basilique II, dite de Candidus ou Des martyrs de la persécution de Dioclétien

Issu des recherches menées sur le site d’Ammaedra/Haïdra entre 1969 et 1984 par la mission archéologique franco-tunisienne, ce volume présente un spectaculaire monument, la basilique II, qu’accompagne une petite nécropole chrétienne. L’histoire en est longue, depuis le IVe siècle, et complexe, mais elle peut être suivie de manière détaillée. L’état byzantin a été reconstitué complètement, y compris dans son élévation : l’église, pavée de mosaïques partiellement dues à la générosité des fidèles et presque intégralement conservées, a subi de profondes modifications par rapport à l’édifice primitif.
L’orientation en a été inversée, et les bas-côtés ont été voûtés, ce qui la rapproche d’une autre église byzantine, celle du Dar el Kous au Kef. Consacrée à saint Cyprien, elle se distingue par une exceptionnelle installation en l’honneur de 34 martyrs victimes de la persécution de Dioclétien qui en fait un édifice unique dans l’architecture paléochrétienne en Afrique.


En savoir plus : Publications de l’École française de Rome

Décor et architecture en Gaule, entre l’Antiquité et le haut Moyen Age, mosaïque, peinture, stuc

En octobre 2008, un colloque international tenu à Toulouse a été consacré aux décors dans l’espace architectural en Gaule, entre l’Antiquité et le haut Moyen Age. Les actes publiés ici proposent un bilan synthétique des travaux menés sur le sujet en France au cours des dernières décennies, mais surtout ils ouvrent de nouvelles perspectives sur les revêtements décoratifs dans leur contexte, car le décor fait partie intégrante de l’architecture et chacun ne prend pleinement sens que par rapport à l’autre. A ce jour aucune synthèse n’avait encore été tentée sur la Gaule où la disparité dans l’état de conservation des vestiges a favorisé une approche spécialisée et analytique des décors. Ici, pour la première fois, est examinée l’interaction, en Gaule, entre mosaïque, peinture, stuc et placages, et leur articulation avec le décor architectonique. Diverses questions surgissent : Comment le décor souligne-t-il l’espace architectural, s’y adapte, et induit une expérience spatiale ? En quoi les choix iconographiques sont ils révélateurs de la fonction des espaces et de leurs usages ? Dans quelle mesure les choix techniques et leur mise en œuvre dépendent-ils du lieu, du moment, de l’usage ?

Cet ouvrage de 780 pages et 622 illustrations, réunit 51 contributions, organisées en 5 chapitres.Textes réunis par C.Balmelle, H. Eristov, F. Monier (CNRS-ENS, UMR 8546, AOROC). Voir également le sommaire.

- Articulation des décors dans les espaces architecturaux

- Formes architecturales et spatialité

- Espace de la culture : la construction d’un imaginaire romain

- Les matériaux et la délimitation de l’espace

- Pérennité et renouvellement du décor et de son espace

Les références bibliographiques sont regroupées en fin d’ouvrage (p.721-754) et seront disponibles en ligne, de même que les discussions : http://aquitania.u-bordeaux3.fr Des résumés des contributions (p. 755-776) précédent les indices (personnes, géographique, thématique, p. 777-795).

Commande

Commande du supplément 20 d’Aquitania, au prix de la souscription de 50€ (jusqu’au 15 juillet 2011, + 6€ de frais de port). Règlement par chèque bancaire ou postal (à joindre obligatoirement au présent bulletin), à l’ordre de la Fédération Aquitania.

Aquitania, Maison de l’Archéologie, Université Michel de Montaigne, F–33607 Pessac.

Source : AOROC

La revue « Antiquités africaines » en ligne

Créée en 1966 à Aix-en-Provence par le CNRS, Antiquités africaines a pour cadre scientifique la publication d’études historiques et archéologiques sur l’Afrique du Nord, de la Préhistoire à la conquête arabe. La géographie historique côtoie les faits généraux de civilisation, l’organisation administrative et militaire, l’économie, la vie sociale, l’histoire religieuse, etc., thèmes abordés tant à partir des sources littéraires que des témoignages archéologiques (céramique, épigraphie, onomastique, mosaïques, peinture, sculpture, numismatique, architecture, urbanisme…).

La direction de la revue a été assurée par Jean Lassus, puis Georges Souville, Jacques Gascou et Catherine Virlouvet ; nommé par le CNRS, le directeur de publication est aujourd’hui Marc Griesheimer. Le comité de lecture où sont représentées les diverses institutions françaises opérant au Maghreb se réunit une fois par an pour examiner le contenu de la livraison annuelle. Assurée par V. Blanc-Bijon, la Rédaction dépend du Centre Camille Jullian (CNRS – Université de Provence, UMR 6573), hébergé par la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

Seule revue française et internationale de parution régulière portant sur les recherches touchant à l’ensemble des pays de l’Afrique du Nord, Antiquités africaines est publiée par CNRS Editions.

Le Comité de lecture est composé de :

Marc Griesheimer (directeur de publication), Jacques Gascou (directeur-adjoint), Maria Giulia. Amadassi-Guzzo, Dominique Castex (section 31), Ginette Di Vita-Evrard, François Baratte, Salem Chaker, Jehan Desanges, Jérôme France, Henri-Paul Frankfort (Comité de l’archéologie), Claude Lepelley, David Mattingly, Yves Modéran†, Georges Souville (Président du Comité), Arnaud Suspène (section 32), ainsi que Dominique Garcia (directeur du Centre Camille Jullian), Patrice Bourdelais (directeur de l’InSHS), Jacques Baudoin (directeur de CNRS Editions).

Sont disponibles les numéros de 1967 à 2009.

Consulter la revue en ligne sur Persée

Production and supply in the Roman world

20 juillet 2011, Oxford University, All Souls College, Wharton Room.
The Oxford Roman Economy Project (Université d’Oxford)

Production and supply in the Roman world

This colloquium focuses on the world of production and supply in the Roman Empire. Rather than focusing on one subset of questions, this colloquium casts the net wide and addresses a variety of approaches, datasets and regions to confront widely diverging perspectives on similar or comparable questions. This will foster debate between the participants on a methodological and theoretical level.

Programme

The day will start with two papers on the economics of manufacturing and distribution in the northern provinces, with a paper by Tyler Franconi (Oxford) on glassmaking in Germania, and a paper by Meike Weber (Reading) on the supply of Samian wares to Roman Britain and the Germanies.

A subsequent pair of papers centers more on Roman Italy and the issue of work. Miriam Groen-Valinga (Leiden, The Netherlands) will discuss female participation in the Roman urban labour market, while Lindsay Vandevoorde (Ghent, Belgium) will focus on occupational differentiation and its relation with economic and social positioning.

A third set of papers will zoom in on Roman Africa. Matthew Hobson (Leicester) will discuss olive oil and wine production in Africa Proconsularis, and Victoria Leitch (British School, Rome) will focus on the production and distribution of African cookwares. This links well with the subsequent paper, in which Elizabeth Murphy (Brown University, USA) will present a comparative Study of Red Slip Ceramic Industries of Sagalassos.

Keynote Lecture : Jean-Pierre Brun

The day will conclude with a keynote lecture by Prof. Jean-Pierre Brun (CNRS, Centre Jean Bérard, Naples), on the hotly debated issue of the role of the water mill in the ancient economy. Jean-Pierre Brun is currently Director of research at the Centre National de la Recherche Scientifique and, since 2000, director of the Centre Jean-Bérard in Naples. He has been recently elected professeur at Collège de France in Paris. Brun has worked in several regions of the Mediterranean, in urban as well as rural contexts, including Roman villas in Provence, workshops in Delos, Pompeii and Saepinum and Roman forts in the Eastern Desert of Egypt. He has focused on a wide variety of aspects of the technology and economy of urban and rural production. Key publications include his monographs on wine and olive cultivation and processing in Roman Gaul and the ancient Mediterranean.

Details

The colloquium will take place in the Wharton Room at All Souls College and starts at 11am. Access is free, but in order for us to plan numbers, please register with Miko Flohr (miko.flohr@classics.ox.ac.uk).


Informations : The Oxford Roman Economy Project

Cyprian and Roman Carthage

Cambridge University Press, 382 p.
A. Brent, Cambridge, 2011.
JPG - 44.3 ko

Thascius Caecilius Cyprianus believed fervently that his conversion experience had been a passage from the darkness of the world of Graeco-Roman paganism to his new vision of Christianity. But Cyprian’s response as bishop to the Decian persecution was to be informed by the pagan culture that he had rejected so completely. His view of church order also owed much to Roman jurisprudential principles of legitimate authority exercised within a sacred boundary spatially and geographically defined. Given the highly fragmented state of the non-Christian sources for this period, Cyprian is often the only really contemporary primary source for the events through which he lived. In this book, Allen Brent contributes to our understanding both of Roman history in the mid-third century and of the enduring model of church order that developed in that period.


Informations : Cambridge University Press

Compte-rendu par Graeme Clarke sur Bryn Mawr Classical

Encyclopédie berbère : XXX, XXXI et XXXII

Peeters Publishers, 758 p.
S. Chaker (dir.), Leuven, 2010.

L’Encyclopédie berbère, dont le premier fascicule est paru en 1984, a été fondée par Gabriel Camps ; actuellement dirigée par Salem Chaker, professeur de berbère à l’Université de Provence, elle est régulièrement soutenue par : l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, l’INALCO (LACNAD-Centre de Recherche Berbère, EA 4092), l’IREMAM (UMR 6965, CNRS/Universités d’Aix-Marseille), le Réseau Interuniversitaire pour l’Afrique du Nord Antique et Médiéval (EPHE), ainsi que par l’Université de Provence.

Main, Mariage, Massinissa, Musique…

155 entrées (soit 183 notices, certaines entrées importantes comportant plusieurs contributions) rédigées par 67 auteurs distincts composent ces livraisons.

Avec une pagination globale de 758 pages pour l’ensemble des trois fascicules, l’Encyclopédie berbère avance à grands pas vers l’objectif interdisciplinaire fixé par son fondateur.

Les fascicules « M » sont d’une richesse et d’une diversité remarquable, avec des contributions de première importance sur des sujets centraux de l’histoire et des sociétés berbères (consulter les tables jointes).

Enfin, l’Encyclopédie berbère rejoint une grande maison d’édition scientifique, les Éditions Peeters, déjà très engagées dans le champ des études berbères.


Informations : IREMAM

Carnet de veille en archéologie et histoire du Maghreb antique