Archives par mot-clé : A la une

L’archéologie au Maghreb durant la période coloniale

(Re)découvertes des sites archéologiques en France et à l’étranger
Évolution des méthodes et techniques

Séminaire doctoral commun en archéologie
Sorbonne-Université – Paris I Panthéon-Sorbonne

28 mai 2018 – 18h-20h
Galerie Colbert – INHA
2 rue Vivienne – 75002 Paris
Salle Demargne

  • L’archéologie coloniale au Maroc : Le cas de Volubilis.
    Wassal Boutenbat (Sorbonne Université)
  • Fouiller à Carthage au XIXe siècle : l’apport des Pères Blancs
    Hélène Labit (Sorbonne Université)

Informations : Calenda

Cliché: Archive photographique CIL, Inv.-Nr. PH0000345

Les sociétés tribales en Afrique du Nord

IXe journée d’études nord-africaines AIBL/SEMPAM.

Le vendredi 6 avril 2018 se déroulera, dans la grande salle des séances du palais de l’Institut, la IXe journée d’études organisée par l’AIBL et la SEMPAM (Société d’Étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval) que préside M. John SCHEID, membre de l’AIBL.

Hostiles, insaisissables et résistantes aux diff érentes formes de pouvoir qui se sont succédé en Afrique du Nord, les tribus africaines ont longtemps souffert d’une approche unitaire, qui fut réévaluée de façon discutable par Edmond Frézouls ou Paul-Albert Février, dans le sens d’un rééquilibrage pacifique des forces en présence pour l’époque romaine.
Aujourd’hui, remises en question et réexaminées à l’aune d’une relecture fine des sources, ces thèses sont en général débarrassées des postulats idéologiques de l’époque contemporaine. Les tribus africaines sont pensées moins comme un groupe unitaire en opposition aux Romains que comme une réalité complexe, protéiforme, saisissable dans un cadre souple qui tient compte des découpages sociaux-économiques comme du rôle des sociétés provinciales dans l’intégration des élites tribales. Fondée sur des sources évoquant les conflits récurrents qui opposèrent Rome, les Vandales, les Byzantins, les Arabes à des tribus qu’il n’est pas toujours aisé d’identifier, et dont il est difficile de circonscrire le territoire, l’histoire des tribus africaines passe, selon les périodes, de l’ombre à la lumière.
La documentation récemment publiée ou réexaminée pourrait être soumise à de nouvelles grilles de lecture privilégiant les découpages sociaux-économiques (humiliores/honestiores), ce qui permettrait de réévaluer le rôle des élites tribales dans leur rapport avec les pouvoirs dominants. Dans cette perspective, il serait intéressant d’étudier, par exemple, dans le sillage du regretté Yves Modéran, les dynamiques internes des sociétés tribales à partir de leur relation aux systèmes politiques et administratifs ; les interactions avec les communautés politiques et les modalités d’intégration culturelle et religieuse (paganisme, christianisme, islam) aux cultures dominantes ; les usages linguistiques et onomastiques encore mal appréciés ; les figures politiques porteuses d’affirmations identitaires contemporaines (Jugurtha, Tacfarinas, Firmus, Gildon…).

Informations et programme : AIBL

NB. Inscription obligatoire