Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I. Cadre historique et géographique général

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I. Cadre historique et géographique général

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 150, 2016
ISBN 9788490960264
182 p.
36 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
Ce premier volume présente un historique des fouilles et des études complémentaires d’archéologie environnementale, menées par une équipe maroco-française depuis 2004. Celles-ci renseignent sur les pratiques des sociétés historiques et sur leur environnement. Les recherches géomorphologiques ont précisé la paléotopographie du gisement ; les analyses palynologiques, anthracologiques et carpologiques, mettent en évidence les réalités d’une plaine occupée par des marais et des bosquets ripisylves, d’où émergent des cultures céréalières et fruitières dès l’époque maurétanienne ; tandis que l’étude de la faune souligne l’évolution des pratiques associant chasse et produits de l’élevage.

Informations : Casa de Velázquez

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. – 40 ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 151, 2016
ISBN 9788490960271
218 p.
49 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
À la période dite maurétanienne, une trame urbaine naissante, de nombreuses structures bâties en brique crue, la présence d’une activité potière et d’artefacts de qualité (céramiques importées et locales, objets en ivoire ou en coquille d’autruche, monnaies massyles et maurétaniennes) militent en faveur d’une agglomération parfaitement connectée avec les réseaux d’échanges méditerranéens et, de façon plus privilégiée, avec la région du détroit de Gibraltar. C’est aux alentours du changement d’ère chrétienne, avant même la conquête claudienne de 41-42 ap. J.-C., que Rirha adopte plusieurs signes de la romanité.

Informations : Casa de Velázquez

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine (40 ap. J.-C. – fin du IIIe s. ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 152, 2016
ISBN 9788490960288
278 p.
59 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVsiècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
Mieux documenté, le site de Rirha à l’époque romaine est un centre urbain qui possède une partie des composantes de la panoplie des agglomérations romaines (domus, rues, enceinte, thermes, égouts…). Les chantiers archéologiques permettent d’envisager une distribution spatiale réfléchie des hommes et des activités. Ainsi, l’austérité du bâti exhumé dans le Secteur du Tell, davantage lié à l’activité commerciale en lien avec le cours d’eau, contraste avec le raffinement des domus accolées au rempart. Malgré l’ignorance de son nom antique et de son statut civique, Rirha constitue néanmoins un jalon supplémentaire à la connaissance du monde des cités du Maroc antique.

Informations : Casa de Velázquez

Les frontières maritimes et terrestres du Maghreb. Approches comparées (Antiquité – Moyen Âge)

Atelier doctoral international
13 et 14 décembre 2016
Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne

Coordination : Jean-Charles DUCÈNE (EPHE), Stéphanie GUÉDON (Université de Limoges)

Organisation : EA 4270 (CRIHAM, Université de Limoges), EPHE, École des Hautes Études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), UMR 5607-Ausonius, Partenariat Hubert Curien France-Maghreb

programme

 

Terre crue : construction en torchis et autres techniques de garnissage et de finition

4ème Table-ronde internationale Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue

Du mercredi 23 au vendredi 25 novembre 2016

Musée archéologique Henri Prades – 34970 Lattes

F. Monier, L’emploi de la terre pour le revêtement de plafonds et de voûtes en Gaule et en Afrique du nord à l’époque romaine
J.-M. Gentilleau, Des toits de terre à Zabid (Yémen) et à Figig (Maroc).

prospectus

Programme

IIe Rencontres autour de la sculpture romaine d’Arles

28-29 octobre 2016

« REMPLOIS EN SCULPTURE, SCULPTURES EN REMPLOI »

Dans toutes les villes de l’Empire romain, embellies de bâtiments en marbre, le phénomène du remploi de la pierre peut être observé. A partir du IIIe siècle de notre ère, les blocs des bâtiments plus anciens sont recyclés au profit des nouveaux, pour des raisons économiques, mais pas seulement. La sculpture n’échappe pas à ce fait, les statues, les reliefs (Arc de Constantin) sont remployés, après modification plus ou moins importante. Certains portraits d’empereur, mais aussi de privés anonymes sont retravaillés et remployés. Mais également, des blocs architecturaux sont recyclés en statues, portraits, sarcophages etc. Au cours de ce colloque, on tentera d’éclaircir également, comment ces choix s’opèrent et comment les changements s’effectuent techniquement. Par ailleurs la question de l’interprétation de ce phénomène sera abordée : doit-on interpréter ces pratiques, comme un signe de décadence, ou bien les lier à un changement des conditions politiques et sociales. Peuvent-elles signaler un changement d’esthétique durant l’antiquité tardive ?  Deux autres thèmes sont également proposés : la présentation de découvertes archéologiques récentes, ou bien de sculptures méconnues, ainsi que les nouvelles recherches concernant la sculpture antique dans les musées.  Les actes seront publiés par le Centre Camille Jullian et le Musée Départemental Arles Antique.

 Programme Sculpture Arles

Hanen ABDA : Cités et grands domaines dans la Thusca orientale (en Tunisie centrale) à l’époque romaine

Hanen Abda présentera et soutiendra publiquement sa thèse de doctorat le lundi 17 octobre 2016, à 09h:30 à l’Université Panthéon Sorbonne Paris 1, SALLE DUROSELLE – Galerie J.B. Dumas – 14 rue Cujas – 75005 Paris.
Devant un jury composé de :
BELKAHIA Thouraya. Maître de conférences à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.
CHAUSSON François. Professeur à l’université de Paris-1 Pantheon-Sorbonne.
CHRISTOL Michel. Professeur émérite à l’université de Paris-1 Pantheon-Sorbonne. Co-directeur de recherche.
COLTELLONI-TRANNOY Michèle. Professeur à l’université de Paris-4 Sorbonne. Rapporteur.
LEFEBVRE Sabine. Professeur à l’université de Bourgogne. Rapporteur.
M’CHAREK Ahmed. Professeur émérite à l’université des sciences humaines et sociales de Tunis. Co-directeur de recherche.
SEBAÏ Meriem. Maître de conférences à l’université de Paris-1 Pantheon-Sorbonne.

Travaux en cours sur l’Afrique du Nord, de l’Antiquité à nos jours

Appel à communication pour la journée d’étude « Travaux en cours sur l’Afrique du Nord, de l’Antiquité à nos jours« , organisée par Charles-Alban Horvais et Hugo Mulonnière (doctorants du GRHis), qui aura lieu le 22 mars 2017 à l’Université de Rouen.

ARGUMENTAIRE

Ces dernières années, les recherches sur l’Afrique du Nord ont fait l’objet d’un dynamisme certain, toutes périodes historiques confondues. Le nombre d’études en cours, la variété des sujets et la diversité des approches sont importants et porteurs de renouvellements historiographiques. Malgré ce mouvement général, force est de constater une tendance au maintien des découpages chronologiques classiques des grandes périodes historiques dans les cadres d’analyse et dans les évènements scientifiques eux-mêmes. Ainsi, les manifestations scientifiques dans lesquelles les historiens sont invités à présenter leurs recherches sont souvent organisées par période plutôt que de manière thématique. De même, si l’histoire de cette région ou des sous-ensembles qui la composent a fait l’objet de plusieurs synthèses qui transcendent les césures chronologiques classiques, les études spécialisées sont la plupart du temps cantonnées aux bornes traditionnelles de la discipline historique.

Partant de ce constat, l’université de Rouen et le GRHis organisent une journée d’étude dont la finalité est la rencontre entre chercheurs de toutes périodes dont les travaux en cours portent sur l’Afrique du Nord. Afin de favoriser les échanges méthodologiques et la comparaison, d’élargir les cadres d’analyse, les tables rondes seront organisées de manière thématique autour d’axes communs émergeant des différentes communications. Les séances seront présidées par un chercheur confirmé.

 

MODALITÉS

Cette journée est ouverte à tous les jeunes chercheurs en histoire, archéologie, histoire de l’art (jeunes docteurs, doctorants, voire masterants) travaillant sur cet espace et désireux de partager leurs recherches et de les confronter aux points de vue de spécialistes d’autres périodes. Les communications pourront porter sur des thématiques très variées dont les thèmes suivants représentent un échantillon non-exhaustif : l’espace Afrique du Nord et ses relations avec les autres parties du monde, les sociétés et cultures nord-africaines, les Etats nord-africains, la colonisation et les décolonisations, les conflits, etc.

Les propositions de communication, entre 3000 et 5000 caractères, sont à envoyer avant le 30 novembre à l’adresse suivante : hugo.mulonniere@etu.univ-rouen.fr. Les candidats recevront une réponse le 20 décembre au plus tard.

 

Plus d’informations sont disponibles sur le site internet

Carnet de veille en archéologie et histoire du Maghreb antique