Feeding the roman Army in the Western Maghreb (province of Mauritania Tingitana)

Seminaire
mercredi 22 février, 17h
Ecole française de Rome, Piazza Navona 62

SALUTI E INTRODUZIONE

Catherine Virlouvet, Directrice de l’École française de Rome

 INTERVENGONO:
Aomar Akerraz
, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine de Rabat, Maroc
L’implantation militaire en Tingitane : état de la question

Francesco Martorella, École française de Rome
The contribution of the FRAWM Project to the study of the military camps and store buildings in the southern limit of the Roman Empire (province of Mauritania Tingitana)

Plus d’informations sur le site de l’EFR

Appel à contribution : Cartagine. Studi e Ricerche – Rivista della Scuola Archeologica Italiana di Cartagine (CaSteR)

À compter du 1er janvier 2017, il sera possible de soumettre des articles et des contributions scientifiques à la Rédaction de la revue CaSteR pour le volume de 2017.
La revue entend couvrir le champ des sciences historiques, de l’archéologie, des sciences de l’antiquité, de l’histoire de l’art, de la conservation, de la mise en valeur et de la restauration du patrimoine culturel.
La période chronologique prise en considération court de la préhistoire à la période fatimide (XII sec.).
Du point de vue de son extension géographique l’espace pris en considération est l’Afrique du Nord (en particulier la Tunisie et les pays du Maghreb) entendue non seulement au sens de la géographie physique mais aussi dans une perspective culturelle, à des fins de comparaison, par le biais d’études portant sur des questions communes à d’autres aires géographiques aussi bien que sur des relations d’échanges culturels et/ou matériels.
Une attention particulière sera accordée aux études portant sur des questions liées à la muséalisation, à la restauration des monuments, et à la promotion du patrimoine culturel (matériel et immatériel).
Les textes doivent être soumis à la Rédaction exclusivement via le site Web de la Revue et selon la procédure décrite sur son site :

http://ojs.unica.it/index.php/caster/about/submissions#onlineSubmissions

Toute contribution proposée à la publication sera soumise (dès réception) à l’un des membres de la Rédaction qui vérifiera son adéquation formelle au champ de la revue et à sa ligne éditoriale.
Si la contribution est conforme aux exigences minimales d’une publication scientifique, elle sera envoyée pour évaluation à au moins deux referees selon la procédure du double-blind.
La revue s’engage à porter à terme la première phase d’examen d’une contribution dans un délai de deux semaines après sa réception ; à l’expiration de ce délai elle informera l’auteur de la décision prise à l’égard de son texte : soit soumission à des referees, soit rejet. La sélection des referees est de la seule responsabilité du comité de rédaction ; elle est faite en fonction de l’expérience et de la compétence scientifiques des referees eux-mêmes. Au moins l’un des referees ext extérieur au comité scientifique de la Revue.
La procédure d’examen durera au plus cinq semaines ; après quoi la Rédaction communiquera à l’auteur la décision prise à l’égard de sa contribution : publication en l’état, publication après correction, refus de publication.

Le processus de peer review est géré via la plate-forme OJS.

CaSteR aura un numéro par an.

Cette invitation est valable pour toute l’année 2017.

Les articles acceptés seront publiés dans la Revue qui sera organisée en sections en fonction du contenu des articles ; ils seront mis en ligne et publiés sur le site de la Revue au fur et à mesure de leur acceptation pour publication après pagination ; ils seront inclus dans le volume de l’année en cours, et ainsi publiés sous leur forme définitive.
Les textes seront mis en ligne sur le site dès le 1er Janvier 2017.
Le volume annuel sera clos le 31 Décembre de chaque année.

Il est entendu que les contributions envoyées après le 30 Septembre 2017 seront automatiquement destinées au numéro qui sera publié l’année suivante : elles seront donc mises en ligne, en cas d’acceptation, à partir du 1er Janvier 2018.

Informations : http://ojs.unica.it/index.php/caster/pages/view/francese

Appel à contributions : L’Année du Maghreb

Appel à contributions
L’Année du Maghreb Dossier de recherche 18 | 2018-I
Économies morales et controverses publiques
Coordinateurs scientifiques : Imed MELLITI et Loïc LE PAPE
 
Date limite d’envoi des résumés : 31 janvier 2017
Argumentaire :
Pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb aujourd’hui, le concept « d’économies morales » peut générer une plus-value heuristique considérable pour analyser la place des jugements moraux dans l’espace public. Les pays du Maghreb sont traversés par des processus différents de recomposition des pactes nationaux et des principes qui commandent le vivre-ensemble. Au sein de ces processus, la montée de l’hétérogène n’est pas seulement politique et idéologique, elle est aussi une exacerbation des tensions morales. L’espace public contemporain au Maghreb se caractérise par une économie morale surplombante, imposée par une langue de bois officielle, par les appareils de l’État, et par une société civile qui leur est largement assujettie. Mais on trouve aussi d’autres économies morales, plus éclatées, davantage spécialisées, réservées ou réduites au silence, où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. La prolifération des « affaires » témoigne de l’éclatement et de l’affrontement entre ces registres.
Mais qu’entendons-nous par « économies morales » et quel serait l’apport de ce concept dans l’intelligence des enjeux qui configurent actuellement l’espace public maghrébin ?…
Consulter l’appel à contributions sur le site de L’Année du Maghreb : http://anneemaghreb.revues.org/2755

 

4e colloque international : « Art et Pouvoir en Méditerranée antique et médiéval » – Appel à communication

Art et pouvoir en Méditerranée antique et médiévale

 20-22 avril 2017

Art et pouvoir en Méditerranée antique et médiévale, tel est le thème que nous avons choisi pour ce quatrième colloque international qu’organise le département d’archéologie à l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis. Cette rencontre a pour objectif majeur de mettre l’accent sur les liens entre l’art et le pouvoir sous toutes leurs formes et leurs manifestations et de proposer, à travers un regard croisé, un cadre de réflexion sur les rapports entre les deux. L’art au sens précis du terme : la production figurée et architecturale d’une société, quel que soit le statut du document dans la société et l’époque considérées était-il toujours au service du pouvoir? Y-a-t-il des moments où l’art et le pouvoir étaient en conflit ? Quel est le rôle joué par l’art dans les sociétés méditerranéennes ? De nombreuses recherches ont déjà prouvé que la relation entre l’art et le pouvoir est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense. Souvent utilisé comme un instrument de propagande, l’art peut être aussi un moyen de dénonciation et de contestation du dit pouvoir.

Les questions qui seront abordées lors de cette rencontre seront focalisées sur trois axes :

  • Usage politique et/ou religieux de l’art : l’art peut être utilisé  comme instrument au service du
  • L’art et le pouvoir en conflit
  • Usage social de l’art : dans la sphère privée, les objets artistiques reflètent le statut social du propriétaire et ses choix idéologiques (au sens large).

Les collègues souhaitant participer à ce colloque doivent faire parvenir,  au comité d’organisation, le formulaire ci-joint avant le 01 février 2017 à l’adresse suivante : samirguizani@hotmail.com

Une notification de l’accord sur le sujet proposé leur parviendra à partir du 15 février 2017.

Comité   scientifique :   Habib   BEN   YOUNES,    Mustapha    KHANOUSSI, Faouzi MAHFOUDH, Ahmed SAADAOUI

Comité d’organisation : Samir GUIZANI,   Mohamed GHODHBANE, Amel TEKKI

Appel à communication en français et en arabe

De Africa Romaque: Merging Cultures across North Africa

N. Mugnai, J. Nikolaus, N. Ray (eds)

Proceedings of the International Conference Held at the University of Leicester (26-27 October 2013) (Society for Libyan Studies Conference Volume, 1). London: Society for Libyan Studies, 2016.

When the Roman Empire progressively expanded its influence over the North African continent, it encountered a very heterogeneous mix of peoples with a long and diverse history. This collection of papers from the conference De Africa Romaque: Merging Cultures Across North Africa (Leicester, 2013), explores the mutual relationships between North African societies and Rome, within this context. Moving away from traditional narratives of dominance and resistance, the discussions focus on bringing the local peoples of North Africa and their varied cultural features back into the fore.

Informations : Society for Libyan Studies

 

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I. Cadre historique et géographique général

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. I. Cadre historique et géographique général

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 150, 2016
ISBN 9788490960264
182 p.
36 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
Ce premier volume présente un historique des fouilles et des études complémentaires d’archéologie environnementale, menées par une équipe maroco-française depuis 2004. Celles-ci renseignent sur les pratiques des sociétés historiques et sur leur environnement. Les recherches géomorphologiques ont précisé la paléotopographie du gisement ; les analyses palynologiques, anthracologiques et carpologiques, mettent en évidence les réalités d’une plaine occupée par des marais et des bosquets ripisylves, d’où émergent des cultures céréalières et fruitières dès l’époque maurétanienne ; tandis que l’étude de la faune souligne l’évolution des pratiques associant chasse et produits de l’élevage.

Informations : Casa de Velázquez

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. II. Période maurétanienne (Ve siècle av. J.-C. – 40 ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 151, 2016
ISBN 9788490960271
218 p.
49 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVe siècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
À la période dite maurétanienne, une trame urbaine naissante, de nombreuses structures bâties en brique crue, la présence d’une activité potière et d’artefacts de qualité (céramiques importées et locales, objets en ivoire ou en coquille d’autruche, monnaies massyles et maurétaniennes) militent en faveur d’une agglomération parfaitement connectée avec les réseaux d’échanges méditerranéens et, de façon plus privilégiée, avec la région du détroit de Gibraltar. C’est aux alentours du changement d’ère chrétienne, avant même la conquête claudienne de 41-42 ap. J.-C., que Rirha adopte plusieurs signes de la romanité.

Informations : Casa de Velázquez

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine

Rirha : site antique et médiéval du Maroc. III. Période romaine (40 ap. J.-C. – fin du IIIe s. ap. J.-C.)

LAURENT CALLEGARIN, MOHAMED KBIRI ALAOUI, ABDELFATTAH ICHKHAKH, JEAN-CLAUDE ROUX (ÉD.)

Collection de la Casa de Velázquez
nº 152, 2016
ISBN 9788490960288
278 p.
59 €

Localisé à environ 35 kilomètres de l’antique Volubilis, le site de Rirha possède une emprise spatiale d’environ 10 hectares. Occupé de l’époque du royaume maurétanien (Ve siècle av. J.-C.) à la période mérinide (XIVsiècle ap. J.-C.), il est à ce titre un excellent objet d’étude pour apprécier les continuités, les évolutions ou les ruptures dans les modes de vie des habitants de la plaine du Gharb, durant l’Antiquité et le Moyen Âge.
Mieux documenté, le site de Rirha à l’époque romaine est un centre urbain qui possède une partie des composantes de la panoplie des agglomérations romaines (domus, rues, enceinte, thermes, égouts…). Les chantiers archéologiques permettent d’envisager une distribution spatiale réfléchie des hommes et des activités. Ainsi, l’austérité du bâti exhumé dans le Secteur du Tell, davantage lié à l’activité commerciale en lien avec le cours d’eau, contraste avec le raffinement des domus accolées au rempart. Malgré l’ignorance de son nom antique et de son statut civique, Rirha constitue néanmoins un jalon supplémentaire à la connaissance du monde des cités du Maroc antique.

Informations : Casa de Velázquez

Les frontières maritimes et terrestres du Maghreb. Approches comparées (Antiquité – Moyen Âge)

Atelier doctoral international
13 et 14 décembre 2016
Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne

Coordination : Jean-Charles DUCÈNE (EPHE), Stéphanie GUÉDON (Université de Limoges)

Organisation : EA 4270 (CRIHAM, Université de Limoges), EPHE, École des Hautes Études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), UMR 5607-Ausonius, Partenariat Hubert Curien France-Maghreb

programme

 

Carnet de veille en archéologie et histoire du Maghreb antique