Appel à candidatures : AGEMO – École thématique, Archéologie et histoire du goût dans les sociétés phénicienne et punique

18-21 novembre 2019, Université de Tunis,
Laboratoire de Recherche Histoires des Économies et des Sociétés Méditerranéennes

Coord. : Mohamed TAHAR (Université de Tunis), Bruno D’ANDREA (École française de Rome), Marie DE JONGHE (EHEHI-Casa de Velázquez, Madrid)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), École française de Rome, Laboratoire de Recherche Histoires des Économies et des Sociétés Méditerranéennes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis

Coll. : Scuola Archeologica Italiana di Cartagine (Sassari et Tunis), EA 4601 (PLH-ERASME, Université Toulouse – Jean Jaurès), Institut National du Patrimoine de Tunis

Inscription obligatoire :
Envoi des candidatures jusqu’au 30 juin 2019 à 17h (heure de Madrid)
Formulaire d’inscription

Lieu de la manifestation :
Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis
92, Avenue 9 avril 1938, Tunis

Mens immobilis. Recherches sur le corpus latin des actes et des passions d’Afrique romaine (IIe-VIe siècles)

S. Fialon
544 p., 165 x 250 mm, 2019
ISBN: 978-2-85121-292-4
Collection des Études augustiniennes. Série Antiquité (EAA 203)

Depuis les travaux de Paul Monceaux, au début du XXe siècle, le corpus hagiographique africain a évolué : il s’est enrichi de la découverte de nouveaux textes, alors que d’autres documents ont dû être écartés. Une nouvelle synthèse complète sur cette littérature était nécessaire, et c’est donc un corpus mieux circonscrit, composé de trente actes et passions racontant le martyre de chrétiens entre le IIe et la fin du Ve siècle, qui est analysé dans cet ouvrage. Dans une première partie sont explorées les relations entre l’hagiographie et l’histoire des provinces africaines, c’est-à-dire la manière dont les auteurs inscrivent les faits dans un cadre historique et géographique. La deuxième partie se concentre sur la construction du discours hagiographique par une étude de la terminologie du martyre, des vertus et de l’héroïsation des chrétiens persécutés. L’étude s’attache enfin à mettre en évidence la personnalité littéraire des hagiographes, par une étude des sources bibliques, « classiques » et patristiques utilisées dans les textes. En définitive, cet ouvrage apporte une contribution à l’histoire politique et culturelle de l’Afrique du Nord tardo-antique.

Continuer la lecture de Mens immobilis. Recherches sur le corpus latin des actes et des passions d’Afrique romaine (IIe-VIe siècles)

M. Sahnouni (CNRPAH Alger), Algérie, nouveau berceau de l’humanité : récentes découvertes préhistoriques d’Aïn Boucherit

IVe soirée archéologique annuelle de l’association France Algérie (AFA)

Lundi 29 avril 2019 à 17h30
Palais du Luxembourg, salle Médicis
15 rue de Vaugirard, 75006 Paris

Au cours de cette rencontre le professeur Sahnouni présentera pour la première fois en France les découvertes préhistoriques d’Aïn Boucherit, qui rentrent dans le cadre du projet de recherche du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH, Algérie).

Avec la participation de :

  • Mohamed SAHNOUNI, Directeur Recherche Associé au (CNRPAH, Algérie), directeur des fouilles d’Ain Boucherit et professeur et coordinateur du Programme Archéologie au CENIEH, Espagne.
  • Farid KHERBOUCHE, Directeur du Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH, Algérie).
  • Sous la présidence d’Yves COPPENS, paléoanthropologue, professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences.

Inscription préalable obligatoire : Association France-Algérie

Image © M. Sahnouni

L’édifice appelé “Maison de Bacchus” à Djemila

Paul-Albert Février † et Michèle Blanchard-Lemée †

La « Maison de Bacchus », connue pour l’ampleur de sa salle d’apparat et de son décor, constitue le plus grand ensemble domestique de Djemila (Algérie), l’antique cité de Cuicul et l’un des principaux sites romains d’Afrique du Nord. Les vestiges architecturaux de cette luxueuse demeure, décorée de mosaïques, de stucs figurés et de sculptures, couvrent plus de 5000 m2 mis au jour entre 1929 et 1946. Reprenant l’étude de ses restes architecturaux en 1963, Paul-Albert Février en démêle la complexité historique. Son analyse est complétée par une réflexion sur les proportions des espaces et par une étude de ses éléments architectoniques. Grâce aux mosaïques confiées à l’expertise de Michèle Blanchard-Lemée, les différentes étapes du développement de cette demeure ont été établies avec une relative sûreté. Par leur état de conservation, leur nombre et leur emprise à plusieurs niveaux, ces documents renouvellent nos connaissances des ateliers de Djemila entre le IIe et le Ve siècle après J.-C. Ce complexe architectural situé à la périphérie sud de la ville témoigne de sa dynamique urbaine sur le long cours et donne un aperçu sur l’otium des riches propriétaires cuiculitains, invitant à poursuivre les recherches sur le terrain pour en préciser l’histoire.

Editions du CNRS, 2019
ISBN : 978-2-271-12424-1
236 p.

Informations : Editions du CNRS

Colloque international: “Funerary Landscapes of the Late Antique oecumene. Contextualizing Epigraphic and Archaeological Evidence of Mortuary Practices”


Heidelberg, 30 Mai – 1 Juin 2019, Heuscheuer; Große Mantelgasse 4

Funerary practices and epitaphs are a central research field of Classical Studies. Especially in times of social, political and religious change, evidence from the tombs and their surroundings is a key factor in our understanding of continuity and transformation processes on multiple cultural levels. Late Antiquity was doubtlessly one of such transitional phases. However, research on burial practices and tomb inscriptions of this period is still very uneven. Although hundreds of necropoleis, coemeterial churches and individual tombs are known across the Late Antique World, a holistic documentation including epigraphic, iconographic, spatial and social analysis, as well as anthropological examination and natural scientific data, is mostly lacking. Through this conference we would like to undertake a start to fill some lacunae on Late Antique funerary research. First, we will try to link as many disciplines as possible in order to draw a more complete picture of sepulchral habits of Late Antiquity as it hitherto has been done. Secondly, we intend to give – for the first time – a Mediterranean-wide overview on Late Antique funerary landscapes, not only examining global trends, but also local and regional habits. Thirdly, we want to illustrate the potential of new contextual approaches; questions on the materiality and design of epitaphs and tombs, their visibility, perception and accessibility will be central guidelines of our conference.

Section l’Afrique du Nord: May, 30; 16:00–18:00

Moheddine Chaouali / Corisande Fenwick: “Identity, Community and the Funerary Landscape at Bulla Regia in Late Antiquity”

Stefan Ardeleanu: “Materializing Death in Late Antique North Africa: Microregional Epitaphic Habits and Funerary Rituals Contextualized”

David Mattingly / Youssef Bokbot: “From Jorf Torba to Foum Larjam: Late Antique Painted Tombs of the North-Western Sahara”

Carnet de veille en archéologie et histoire du Maghreb antique