Jugurtha affronte Rome

Après avoir conquis la péninsule Italique, Rome aspirait à la domination de tout le bassin méditerranéen ; son ambition était d’autant plus grande quand elle avait soumis Carthage qui lui servit de base au Nord de l’Afrique. En effet, Rome détruisit Carthage en 146 avant J.C. ; sa visée fut alors d’étendre son hégémonie à tout le reste du monde antique. Elle était poussée par des convictions religieuses inébranlables, à savoir que le Romain est le plus pieux de tous ; ce qui lui assure la victoire et l’investit de la mission de « civiliser le monde » en lui assurant une bonne organisation, ce qu’a exprimé Virgile plus tard : « n’oublie jamais, vaillant Romain, que tu es né pour gouverner les peuples… oblige-les à respecter la paix ». Mais cette conviction à elle seule n’est rien de plus qu’un instrument de mobilisation que Rome utilise pour accomplir ce qu’elle appelle sa « noble mission » de civiliser les peuples en imposant l’ordre romain.

Problématique

Après avoir conquis la péninsule Italique, Rome aspirait à la domination de tout le bassin méditerranéen ; son ambition était d’autant plus grande quand elle avait soumis Carthage qui lui servit de base au Nord de l’Afrique.

En effet, Rome détruisit Carthage en 146 AV.JC. ; sa visée fut alors d’étendre son hégémonie à tout le reste du monde antique. Elle était poussée par des convictions religieuses inébranlables, à savoir que le Romain est le plus pieux de tous ; ce qui lui assure la victoire et l’investit de la mission de « civiliser le monde » en lui assurant une bonne organisation, ce qu’a exprimé Virgile plus tard : « n’oublie jamais, vaillant Romain, que tu es né pour gouverner les peuples… oblige-les à respecter la paix ». Mais cette conviction à elle seule n’est rien de plus qu’un instrument de mobilisation que Rome utilise pour accomplir ce qu’elle appelle sa « noble mission » de civiliser les peuples en imposant l’ordre romain.

C’est ainsi que les Romains se firent le devoir d’expansionnisme afin, selon leurs convictions, d’imposer la sureté et l’ordre par « la paix Romaine » (Pax Romana) et d’éduquer l’humanité en lui imposant la civilité romaine. Mais à cet expansionnisme qui a pour corollaire la domination, les peuples opposèrent un combat acharné ; ils n’acceptèrent jamais de concéder leur souveraineté et leurs libertés, quelque soit le prix que cela leurs coutait.

Parmi ces peuples, ceux du Maghreb ancien qui ont rendu la vie dure aux Romains pendant toute la période d’occupation. A commencer par Jugurtha, puis Takfarinas, Firmus, Gildon….

Jugurtha, dans un discours adressé aux forces numido-mauritaniennes, avait démystifié les allégations de Rome et dévoilé ses vraies intentions : « Les Romains peuple injuste, d’une cupidité sans bornes ; sont les ennemis de l’humanité. Le motif de leur guerre contre Bocchus et celui-là même qui les arme contre Jugurtha, et contre tant d’autres peuples, c’est leur soif de domination. Ils voient un ennemi dans toute puissance autre que la leur. Aujourd’hui, Jugurtha, hier Carthage et le roi Persée. Demain, tout peuple, quel qu’il soit, s’il est trop riche et trop puissant à leur gré ».

Nous remarquons à travers cette allocution que Jugurtha était au courant et bien informé des grands évènements qui se déroulaient dans le monde méditerranéen ainsi que de leur contexte historique général. Il était conscient que Rome qui élimina le roi Persée dans la bataille de Pudna en 168 AV.JC, détruisit Carthage en 146 AV.JC et vainquit l’Espagne à Numance en 133 AV.JC, n’hésiterait pas à trouver des prétextes pour combattre quiconque qu’elle jugera puissant, suivant le principe de sa stratégie : « Détruire tout ennemi potentiel avant qu’il nous détruise ».

Jugurtha se rendit compte que la politique expansionniste de Rome ne s’arrêterait point à la conquête de Carthage et qu’elle ne cesserait pas son expansion tant qu’il y aurait encore une force qui la concurrençait. Son affrontement à cette politique fut par une guerre sans répit. A ce sujet, Salluste, l’historien romain, y a consacré un livre intitulé La guerre de Jugurtha. Il a signalé que le thème est choisi pour deux raisons. D’abord, parce qu’elle a été cruelle, sanglante, marquée par bien des vicissitudes, ensuite parce qu’elle est devenue le point de départ de la lutte contre la tyrannie des nobles.

La plupart des chercheurs considèrent que la seconde raison était celle qui a motivé Salluste et l’avait incité à écrire ce livre, eu égard aux différents démêlés qu’il a eu à maintes reprises avec cette classe sociale qui l’avait poussé à déserter la politique et à se refugier dans l’écriture de l’histoire. Selon eux, l’auteur a utilisé ce livre comme arme subtile pour mener une offensive contre ces nobles, ses ennemis. Le livre de Salluste La guerre de Jugurtha est considéré comme la principale source historique de cette guerre qu’avait mené le roi numide, entre 111 et 105 AV.JC.

Cela, en dépit des lacunes constatées dans ce livre, telle l’intention de son auteur de dénigrer la classe des nobles en soulignant qu’elle mettait ses propres intérêts au dessus de l’intérêt du pays et des principes moraux de la société, plus que de rapporter les événements de la guerre telles qu’ils s’étaient produits.

Cet état d’esprit de l’auteur nous incite à la vigilance à l’égard du contenu de son ouvrage en mettant à nu les aspects que Salluste a mis en avant pour atteindre un tout autre objectif : tel le problème de corruption dont il a fait un axe important afin de dévoiler les dessous pourris de la noblesse ; il en est de même du problème de l’adoption de Jugurtha par Mikawsen (Micipsa) derrière lequel il cherche à encrer l’idée selon laquelle la Numidie dépendait de Rome depuis cette période. Cela nous incite à faire une nouvelle lecture de cette période de notre histoire, une lecture objective autant que faire se peut, loin de tout chauvinisme ou éclectisme. On considère aussi que la plupart des informations contenues dans ce livre sont, d’une part, des tentatives dirigées contre des personnalités qui ont entravé les ambitions politiques de Salluste, et, d’autre part, visent à valoriser et à ancrer les orientations politiques de l’auteur.

Afin de démêler cet écheveau, les chercheurs sont invités à examiner le sujet à partir de certains angles pertinents et vérifier les facteurs intérieurs qui ont provoqué chaque évènement qu’il y a lieu d’expliquer.

Axes de réflexion

– Jugurtha : sa jeunesse, ses qualités.

– Jugurtha et le trône de Numidie.

– Jugurtha face à la politique impérialiste de Rome (la stratégie de Jugurtha).

– Les grandes batailles (la bataille de Suthul, la bataille d’Oued Al Muthul, la bataille de Zama).

– Les négociations de paix et la fin de Jugurtha.

– Salluste : l’ouvrage La guerre de Jugurtha, entre la politique et l’histoire, et autres…

– Les positionnements politiques de Salluste : le problème de la corruption, de l’adoption de Jugurtha et autres.

Participation de conférenciers
Les propositions de communications doivent être accompagnées d’un résumé détaillé (de 500 mots), ainsi que d’un CV succinct de l’intervenant, spécifiant sa formation académique, son éventuelle appartenance à une institution et ses productions scientifiques les plus significatives.

Toutes les propositions doivent être présentées par courriel à : contact@hca-dz.org ou secretariat@hca-dz.org, au plus tard le jeudi 14/07/2016. Leur acceptation dépendra de l’évaluation du Comité Scientifique du Colloque. La publication ultérieure des textes présentés sera également soumise à l’évaluation d’un comité de lecture, composé de chercheurs renommés, algériens et étrangers.

Langues du Colloque
Les langues officielles du colloque sont l’arabe le tamazight, mais seront également acceptés les travaux en français et en anglais.

Calendrier
  • Délai de soumission des propositions: 14/07/2016
  • Annonce des propositions acceptées 21/07/2016
  • Présentation des résumés des communications : 28/07/2016
  • Envoi des textes pour publication : Après la tenue du colloque.
Comité d’organisation du colloque

Coordinateur scientifique: Dr. Med. EL HADI HARECH, Professeur d’histoire et civilisation Ancienne, Université d’Alger 2
Mr Abdenour HADJ SAID, Directeur de la promotion culturelle-Haut Commissariat à l’Amazighité, Magistère en Langue et Culture Amazighes
Mr Boudjemaâ AZIRI, Directeur de l’Enseignement et la recherche-Haut Commissariat à l’Amazighité, docteur d’etat en Traductologie
Mme Cherifa BILEK, Sous directrice de la recherche et de l’évaluation-Haut Commissariat à l’Amazighité, Magistère en archéologie
Mme Farida Yacef, Cheffe de bureau, Haut Commissariat à l’Amazighité, CAPA en Droit
Mr Mohamed MOUSSI, Chef de bureau- Haut Commissariat à l’Amazighité, Licence en Science Politique
Mr Tahar BOUKHENOUFA, Traducteur –interprète-Haut Commissariat à l’Amazighité, Master en traduction.

Appel à communication

Informations :
Calenda
Haut commissariat à l’Amazighité