Tous les articles par Nicolas Lamare

The Aghlabids and their Neighbors

The Aghlabids and their Neighbors

Séance scientifique de l’INP

Mercredi 21 février 2018, à 9h30
Institut national du Patrimoine, Tunis
Salle HH Abdelwahab

  • Présentation de l’ouvrage « The Aghlabids and their Neighbors » par Corisande Fenwick (University College London)
  • Présentation du projet de recherche tuniso-britannique à Bulla Regia par Moheddine Chaouali (chargé de recherches, INP) et Corisande Fenwick (University College London)

Séance scientifique II – La Manouba

Université de la Manouba
Faculté des lettres, des arts et des humanités
24 février 2018
Salle Ahmed Brahim

Dossiers d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord antique

9h00 : Saïd Khacha, Nouvelles découvertes épigraphiques à Djemila, antique Cuicul

9h30 : Débat

10h00 : Pause café

10h20 : Moheddine Chawali, Une dédicace à Saturne récemment découverte à Tuccabor (Afrique Proconsulaire)

10h40  : Hanen Ben Slimen, Monnaies et fiscalité en Afrique byzantine

11h00 : Débat

Louis Carton, de Saint-Omer à Tunis

J.-L. Podvin (éd.)
Aachen, Shaker Verlag, 2017
ISBN 978-3-8440-2486-9

Louis Carton (1861-1924), natif de Saint-Omer, fait partie des pionniers de l’archéologie française en Afrique du Nord. Après des études de médecine à Lille, il rejoint l’armée dans laquelle il effectue toute sa carrière. Ce médecin militaire, fervent adepte du colonialisme, se passionne pour l’archéologie alors qu’il sert en Tunisie à partir de 1886. Découvreur de plusieurs sites puniques et romains comme Bulla Regia et Thuburnica, il entre en conflit avec les directeurs des services archéologiques qui se mettent en place à cette époque, notamment Pierre Gauckler et Louis Poinssot. Partisan d’un tourisme à vocation culturelle, auteur de nombreux livres et articles, conférencier et polémiste infatigable, il se montre soucieux de la protection du patrimoine tunisien et surtout de Carthage, qu’il contribue à sauvegarder jusqu’à la fin de sa vie. Il enrichit aussi les musées de sa région natale, avec laquelle il a conservé des liens étroits, et où il choisit d’être inhumé. Louis Carton (1861-1924), natif de Saint-Omer, fait partie des pionniers de l’archéologie française en Afrique du Nord. Après des études de médecine à Lille, il rejoint l’armée dans laquelle il effectue toute sa carrière. Ce médecin militaire, fervent adepte du colonialisme, se passionne pour l’archéologie alors qu’il sert en Tunisie à partir de 1886. Découvreur de plusieurs sites puniques et romains comme Bulla Regia et Thuburnica, il entre en conflit avec les directeurs des services archéologiques qui se mettent en place à cette époque, notamment Pierre Gauckler et Louis Poinssot. Partisan d’un tourisme à vocation culturelle, auteur de nombreux livres et articles, conférencier et polémiste infatigable, il se montre soucieux de la protection du patrimoine tunisien et surtout de Carthage, qu’il contribue à sauvegarder jusqu’à la fin de sa vie. Il enrichit aussi les musées de sa région natale, avec laquelle il a conservé des liens étroits, et où il choisit d’être inhumé.

Informations : Shaker Verlag

Table des matières

L’intégration de l’Afrique du Nord au monde islamique (VIIe-Xe siècle)

18-19 Janvier 2018

Salle des conférences
Bâtiment Max Weber
Université Paris Nanterre

Dans le cadre des travaux initiés en 2013 par le Labex Les passés dans le présent (Université Paris Nanterre), historiens de l’Antiquité et du Moyen Âge ont entrepris d’explorer, en se fondant sur des données textuelles et archéologiques, les étapes et modalités de l’intégration du Nord de l’Afrique au monde islamique, depuis la conquête arabo-musulmane jusqu’à la révolution fatimide.

À l’issue d’un important travail de traduction des textes arabes qu’il conviendra de présenter, et dans la perspective d’un renouveau ininterrompu des sources disponibles dont on rendra compte, nous nous proposons de réunir dans ce colloque différents spécialistes internationaux de ce champ, spécialistes de plusieurs disciplines (archéologie, papyrologie, histoire…) afin d’explorer l’histoire de l’insertion de l’Afrique du Nord, et plus particulièrementde sa partie orientale, l’Ifriqīya, dans le monde islamique entre le VIIe et le Xe siècle.

Programme et informations : Labex Les passés dans le présent

Simitthus 5. Die Brücke über die Majrada in Chimtou

U. Hess – K. Müller – M. Khanoussi

Die antike Stadt Simitthus (heute Chimtou, Tunesien) wird seit 1965 gemeinsam von dem Institut National du Patrimoine (INP) und dem Deutschen Archäologischen Institut erforscht.
Der 5. Band der Publikationsreihe beschäftigt sich mit den architektonischen Überresten der Brücke über die Majrada in Chimtou.

Continuer la lecture de Simitthus 5. Die Brücke über die Majrada in Chimtou

Protecting the Past – 3rd Conference

Documentation as a Tool for Heritage Protection
Tunis, ALECSO Headquarters
2-4 December 2017

The third Protecting the Past conference will be held in Tunis (Tunisia) between 2-4 December 2017 at the Arab League Educational, Cultural and Scientific Organisation (ALECSO) Headquarters. The conference in Tunis will follow a four-week training event organised by EAMENA and funded by the British Council’s Cultural Protection Fund for 20 heritage professionals and students from Libya and Tunisia on the applications of aerial image interpretation and remote sensing to archaeological analysis and heritage management.

This conference is co-organised by:

Programme préliminaire en ligne

Informations : Protecting the Past

G. Boissier, Promenades Archéologiques I

Précédé de
Des Ruines et des Mots par Claude Louis-Combet
et
Gaston Boissier ou les rê
veries d’un promeneur solidaire par Claude Aziza

« Après un voyage en Italie, vers la fin de 1876, j’avais essayé de faire connaître aux lecteurs de la Revue des deux mondes le résultat des fouilles qui ont été exécutées à Rome dans ces derniers temps. On m’a demandé de réunir en un volume les articles que j’ai publiés à cette occasion. Il a semblé qu’un ouvrage un peu moins superficiel que ne le sont les guides ordinaires, et cependant accessible aux gens du monde, pourrait rendre quelques services aux voyageurs sérieux qui veulent être bien renseignés, et que, même pour les gens qui restent chez eux, il ne serait pas sans intérêt de voir par quelques exemples combien les études archéologiques éclairent les faits de l’histoire. » (G.B.)

Ce volume contient :
Promenades archéologiques : Rome et Pompéi (1880)
Nouvelles promenades archéologiques : Horace et Virgile (1886)
L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie (1895)

2017, 784 Pages, 34 €
ISBN : 2-84137-330-7

Informations : Editions Jérôme Million