Archives de catégorie : Conférences

Edifices chrétiens et leur contexte durant l’Antiquité tardive en Tunisie

Séminaire ATHAr

Mardi 4 juin 2019 – 10h00 – 12h00, Salle Georges Duby

  • Présence chrétienne dans les Hautes-Steppes, par Fathi BEJAOUI (Directeur de Recherche Emérite à l’Institut National du Patrimoine, Tunis)
  • La cité de dans l’Antiquité tardive, développement urbain et christianisation, par Anna LEONE (Professeur d’Archéologie à Durham University), Ammar OTHMAN (Institut National du Patrimoine, Sfax), Marco NEBBIA (Durham University)

Image : Haïdra (cl. N. Lamare)

M. Sahnouni (CNRPAH Alger), Algérie, nouveau berceau de l’humanité : récentes découvertes préhistoriques d’Aïn Boucherit

IVe soirée archéologique annuelle de l’association France Algérie (AFA)

Lundi 29 avril 2019 à 17h30
Palais du Luxembourg, salle Médicis
15 rue de Vaugirard, 75006 Paris

Au cours de cette rencontre le professeur Sahnouni présentera pour la première fois en France les découvertes préhistoriques d’Aïn Boucherit, qui rentrent dans le cadre du projet de recherche du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH, Algérie).

Avec la participation de :

  • Mohamed SAHNOUNI, Directeur Recherche Associé au (CNRPAH, Algérie), directeur des fouilles d’Ain Boucherit et professeur et coordinateur du Programme Archéologie au CENIEH, Espagne.
  • Farid KHERBOUCHE, Directeur du Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH, Algérie).
  • Sous la présidence d’Yves COPPENS, paléoanthropologue, professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences.

Inscription préalable obligatoire : Association France-Algérie

Image © M. Sahnouni

L’anfiteatro di Leptis Magna

Presentazione di libro

École française de Rome
Piazza Navona 62
15 marzo 2019, ore 17.00

Presentazione del libro:

L’anfiteatro di Leptis Magna
a cura di Maria Ricciardi
con i contributi di M.G. Amadasi Guzzo, G. Di Vita-Evrard, S. Forti, L. Musso, A. Pellegrino, D. Piacentini

“L’Erma” di Bretschneider, Roma, 2018
(Monografie di archeologia Libica, 43)

Interverrano :

Maria Antonietta Rizzo, Università degli Studi di Macerata
Patrizio Pensabene, Sapienza Università di Roma
Antonio Ibba, Università degli Studi di Sassari

Informations : EFR

Image : Joe Pyrek (CC BY-SA 2.0)

E. Papi (SAIA), Les Berbères et les autres : la conservation des traditions

Emanuele Papi, professeur d’archéologie méditerranéenne, directeur de l’Ecole archéologique italienne à Athènes et professeur invité de l’EHESS par Cecilia D’Ercole

Jeudi 28 février 2019 de 9h à 11h
EHESS – salle 1
105 bd Raspail
75006 Paris

L’historiographie des XIXe et XXe siècles a souvent considéré l’Afrique du Nord selon des modèles diffusionnistes. Technologie, architecture, culture matérielle, symboles et images auraient été importés au Ier millénaire par des peuplades étrangères (ibériques, phéniciennes, carthaginoises) en créant des formes culturelles « hybrides ». L’analyse de certains contextes montre en revanche comment les communautés locales ont maintenu des caractères et traditions autochthones.

Informations : ANHIMA

Image : Thamusida, Maroc (C. Raddato, CC BY-SA 2.0)

Y. Sghaier (Tunis) : La culture punique et son développement au Sahel tunisien

Cycle de conférences jeudi 24 janvier (salle Histoire), 30 janvier & 5 février 2019 (salle F), École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris.

Programme 

  • 24 janvier 2019, 16h-18h, ENS, salle Histoire, 45, rue d’Ulm, Paris 5e
    Séminaire d’histoire économique de la Méditerranée ancienne (coord. Julien Zurbach)
    De la sphère domestique à la spécificité identitaire : les enseignements de la poterie modelée préromaine issue des contextes funéraires en Tunisie.
  • 30 janvier 2019, 17h-19h, ENS, salle F, 45, rue d’Ulm, Paris 5
    Séminaire d’histoire et archéologie de l’Occident
    Lepti Minus (Lamta) : une expression de la culture libyphénicienne.
  • 5 février 2019, 17h-19h, ENS, salle F, 45, rue d’Ulm, Paris 5e
    Séminaire d’histoire et archéologie de l’Occident
    La mort dans la cité punique de Thapsus au Sahel tunisien.

Yamen Sghaier, chargé de recherches archéologiques et historiques, Section Antiquité – Institut National du Patrimoine (Tunis) ; chargé de cours à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse ; conservateur des sites antiques aux gouvernorats de Sousse et Monastir : Pheradi Maius (Sidi Khelifa) – Horrea Caelia (Hergla) – Uppenna (Henchir Chgarnia) – Thapsus (Bekalta) ; responsable des réserves archéologiques du musée et site de Carthage ; membre du programme tuniso-français sur le site de Dougga depuis 2017.
Spécialiste du monde funéraire, de l’artisanat et de la céramique punique.

Informations : AOROC

C. Morrisson, V. Prigent : Les bulles de plomb, source pour l’histoire de l’administration de la province byzantine d’Afrique

14 décembre 2018
à 15h30 précises

Le musée national de Carthage possède plus d’un millier de sceaux de plomb byzantins la plupart frappés sur place, soit la plus grande collection au monde de ces séries qui constituent une source relativement méconnue de l’histoire de l’Afrique byzantine. Après un rappel historiographique, on donnera quelques exemples des thèmes iconographiques avant d’insister sur d’autres spécificités du bullaire africain telle l’épigraphie mixte gréco-latine, revêtant une multiplicité de formes concomitantes et qui ne peut aider à la datation. Quelques exemples montreront le témoignage des sceaux sur la survivance des institutions urbaines (chartulaires du sitônikon), sur le rôle croissant au VIIe siècle des membres du cubiculumimpérial à la tête de l’armée byzantine en Afrique et l’évolution de la structure de ce commandement entre magister militum Africae et magister militum de Numidie ou de Byzacène introduits avec des corps permanents dans les provinces sous Maurice. L’un de ces magistri militum de Numidie, Théoctiste, attesté par Jean de Biclar en 570, fut aussi baiulus (tuteur d’un prince de la famille impériale) et amènera à s’interroger sur les monnaies du jeune Théodose frappées seulement à Carthage, anomalie restée une énigme pour les numismates. Cet aperçu non exhaustif conclura sur l’absence surprenante de toute bulle d’exarque, amenant à s’interroger sur la réalité de la fonction.

Institut de France
Grande salle des séances
23, Quai de Conti
Paris 6e