Archives de catégorie : Conférences

Fr. Baratte (Univ. Paris-Sorbonne / UMR 8167), Les chrétiens et les statues : réflexions à propos d’une récente découverte en Afrique

Mercredi 18 février 2015, à partir de 17h, Collège de France, 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris, Salle Lévi-Strauss

Dans le cadre des Rencontres scientifiques d’Antiquité Classique et Tardive (UMR 8167, Orient & Méditerranée) : Troisième séance

Programme :

François BARATTE, « Les chrétiens et les statues : réflexions à propos d’une récente découverte en Afrique »

Emmanuel FRIEDHEIM, « L’identité religieuse des fidèles de la synagogue de Hammat Tibériade ou l’importance de la classe rabbinique au sein de la société juive de Palestine »

Informations

A. M’Charek (Univ. de Tunis), Continuité de l’ethnonymie, continuité du peuplement, de l’Antiquité à nos jours : le cas des Berbères Auares (Hawara) et Dianenses (Zanata)

Vendredi 13 mars 2015, Séance publique à 15h30. Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, grande salle des Séances, Quai de Conti, Paris.
Communication de M. Ahmed M’Charek, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Tunis, sous le patronage de M. Jehan DESANGES : « Continuité de l’ethnonymie, continuité du peuplement, de l’Antiquité à nos jours : le cas des Berbères Auares (Hawara) et Dianenses (Zanata) ».

Ridha Moumni, Discours et contre-discours carthaginois : la découverte des antiquités dans la Régence de Tunis

Mardi 26 mars 2013 à 11h. Auditorium, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

A l’occasion de la remise du Prix Marc de Montalembert 2013

par Jean-Michel Mouton, Directeur d’études à l’EPHE, Histoire et archéologie des mondes musulmans

en présence de Manuela et Marc-René de Montalembert

Ridha Moumni, lauréat du prix Marc de Montalembert 2012, donnera une conférence intitulée « Discours et contre-discours carthaginois : la découverte des antiquités dans la Régence de Tunis ».

Créé par la Fondation Marc de Montalembert et l’INHA, ce prix soutient un travail de recherche contribuant à une meilleure connaissance des arts de la région méditerranéenne.


Fondation Marc de Montalembert

N. Benseddik, Être femme dans le Maghreb antique

Mardi 26 mars 2013, de 20h00 à 21h30. Bistrot Saint-Antoine, 58 rue du Faubourg-Saint-Antoine, 75012 Paris
Cafés Histoire. Les cafés à thèmes de l’association Thucydide

« Occupez vos mains à filer la laine, gardez les pieds à la maison, et vous serez assez parées » (Tertullien, De cultu feminarum, II, 13.).

Quelques textes littéraires ou juridiques, tous écrits par des hommes et qui n’envisagent guère que la situation des classes supérieures, des inscriptions innombrables, mais, par nature, partiales et fragmentaires, constituent toutes nos sources pour une histoire des femmes africaines dans l’Antiquité.

Osons donc une incursion dans l’Afrique préromaine, jusqu’à ces parois rocheuses de l’Atlas et du Sahara où un art néolithique, déjà accompli, a gravé et peint les ancêtres de nos Africaines, d’abord, nécessairement dans une société en formation, comme un appel à la fécondité, puis comme des acteurs sociaux et rituels à part entière.

Est-il, alors, si étonnant de découvrir tant de femmes au travail dans l’Afrique romaine ? Nourrices, femmes de chambre, cuisinières, masseuses, aides-coiffeuses, ravaudeuses, bouquetières et fleuristes, musiciennes, chanteuses ou danseuses, mais aussi sages-femmes, médecins, répétitrices et même grammairiennes, commerçantes, femmes d’affaires, exploitantes de grands domaines, prêtresses ou flaminiques, elles ont été nombreuses à ne pas se contenter de filer la laine à la maison.


Informations : Cafés Thucydide