Archives de catégorie : Publications

Nec plus ultra. L’extrême occident méditerranéen dans l’espace politique romain (218 av. J.-C. – 305 apr. J.-C.)

Nec plus ultra. L’extrême occident méditerranéen dans l’espace politique romain (218 av. J.-C. – 305 apr. J.-C.)

Gwladys Bernard

Nec plus ultra : « et pas au-delà ». Cette locution nourrie des mythes antiques entourant le détroit de Gibraltar est une création de Charles Quint, le conquérant du Nouveau Monde. Sa devise Plus oultre marquait son désir de dépasser la puissance romaine. Mais Rome a-t-elle toujours envisagé l’Extrême Occident méditerranéen comme un nec plus ultra, comme les confins immuables et indépassables de son empire ? Les espaces des colonnes d’Hercule, polarisés par Cadix et Tanger, ont moins représenté des bornes infranchissables pour les Romains que les montants d’un seuil, à la fois une protection de la mer Intérieure et une ouverture sur l’Océan. Cet Extrême Occident, ces Portes du Soir du mythe héracléen, ont donc été un enjeu crucial dans l’élaboration de l’Empire romain, des guerres puniques jusqu’à la Tétrarchie.

ISBN 9788490960844
XX-458 p. 38 €
17 x 24 cm, Broché
Bibliothèque de la Casa de Velázquez nº 72
2018

Informations : Casa de Velázquez

Antiquités Africaines, 53, 2017

Antiquités Africaines 53Khaled Marmouri, Temple de Liber Pater ou Capitole ? L’apport des inscriptions à l’identification
d’un lieu de culte de Lepcis Magna

Nathalie de Chaisemartin, Réflexions sur la « schola » du decumanus à Lepcis Magna
et son contexte urbain

Hernán González Bordas, Relire les manuscrits : nouveautés épigraphiques de Tabarka (Tunisie)
dans le journal de Francisco Ximenez

Ali Chérif, Territoire assigné ou territoire laissé ? À nouveau sur le rapport entre Sufetula (Sbeïtla, en Tunisie) et les Musunii

Mongi Nasr, Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales

Nicolas Lamare, La fontaine à cour et l’hydraulique tardive de Sbeïtla. Nouvelles observations

Angela Kalinowski, A Mosaic of Daniel in the Lions’ Den from Borj el Youdi (Furnos Minus) Tunisia: The Iconography of Martyrdom and the Arena in Roman North Africa

Caterina Maria Coletti, Liliana Guspini, Gli itinerari terrestri della regione del Rif (Marocco settentrionale) tra l’antichità e il medioevo: un’ipotesi di lavoro in base ai documenti geografici di età moderna

Dossier : « À l’origine des amphores romaines d’Afriques, III »

Imed Ben Jerbania, La production des amphores ovoïdes de type « Africaine ancienne » à Utique, avec une annexe de Claudio Capelli, Analyses pétrographiques

Laurence Benquet, Claudio Capelli, Les amphores africaines dans la région toulousaine aux IIe et Ier s. av. n. è.

Séverine Lemaître, Claudio Capelli, Corinne Sanchez, Amphores africaines provenant du dépotoir portuaire de Port-la-Nautique (fin Ier av. – Ier s. apr. J.-C.). Données archéologiques et archéométriques

Informations et commande : CNRS Editions

Architectural Decoration and Urban History in Mauretania Tingitana

immagine del libro Architectural Decoration and Urban History in Mauretania Tingitana N. Mugnai, 2018, 412 p.
Edizioni Quasar
Mediterranean Archaeology Studies
ISBN: 978-88-7140-853-8

This book offers a new contribution to the study of Roman provincial architectural decoration, focusing on Mauretania Tingitana (northern Morocco). The architectural elements are analysed together with the buildings and contexts where they were employed. In addition to the reconstruction of local decorative styles, architecture, history and urban trajectories, the investigation is further extended to a broader extra-provincial level with particular attention to North Africa and the Mediterranean. The selected time frame spans from the late Mauretanian period (c. mid-first century BC) to the main phase of Roman provincial era (first to third century AD), also providing a glimpse into Late Antiquity (fourth to sixth centuries AD).

Continuer la lecture de Architectural Decoration and Urban History in Mauretania Tingitana

Ad fines Africae Romanae. Les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes

Christine Hamdoune
Collection Scripta antiqua (111)
Bordeaux, 2018 – 538 p. 30 €

Les Maurétanies, Tingitane et Césarienne, tardivement intégrées dans l’Empire romain, se distinguent des autres provinces africaines par l’importance de communautés rurales sédentaires (gentes) dont le type d’organisation politico-sociale, fondée sur des liens familiaux et régie par la coutume, est reconnu par Rome. Ces régions sont aussi les premières à sortir de l’Empire au moment de l’arrivée des Vandales, qui favorise la mise en place de royaumes maures au sein desquels s’observent des manifestations diverses du processus de construction d’identité ethnique, plus ou moins marquées par quatre siècles de relations complexes avec Rome. Cet ouvrage propose une analyse de ces relations en fonction du degré de marginalité des populations maures, de la périphérie des centres romanisés aux zones frontalières.
La réaffirmation des structures tribales pendant les “siècles obscurs” qui précèdent la conquête arabe découle en partie de la perte de confiance dans les institutions romaines des élites tribales romanisées et christianisées, à la suite de la guerre de Firmus, mais aussi de l’installation de populations maures venues du sud : toute une partie de l’Afrique est désormais tournée davantage vers les axes de circulation et d’échanges avec les zones présaharienne et saharienne.

Continuer la lecture de Ad fines Africae Romanae. Les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes

Patrimoine et musées de l’Afrique du Nord

F. DÉROCHE et M. ZINK éd., Actes de la VIIIe Journée d’études nord-africaines organisée par l’Académie et la Société d’Études du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM), le vendredi 20 mai 2016

Pagination : 128 p., 52 ill.
Date de parution : janvier 2018.
Prix : 20 €.

Dans ce volume richement illustré, qui paraît peu après celui consacré aux Archives au secours des temples détruits de Palmyre (voir Lettre d’information n° 160), on trouvera les textes des communications présentées lors de la VIIIe Journée d’études nord-africaines de l’Académie. Frappés par l’intérêt croissant que suscite le patrimoine et, en même temps, par les menaces que font peser sur lui les terribles atteintes portées à son intégrité ces derniers temps, les organisateurs de cette journée ont voulu faire le point sur la question du patrimoine des pays de l’Afrique du Nord, en mettant particulièrement l’accent sur le patrimoine punique et romain et sur l’action de certains musées tunisiens qui oeuvrent de façon remarquable à sa préservation et à sa mise en valeur.

Informations : AIBL
Commande : De Boccard

The Aghlabids and their Neighbors

The Aghlabids and their Neighbors

Louis Carton, de Saint-Omer à Tunis

J.-L. Podvin (éd.)
Aachen, Shaker Verlag, 2017
ISBN 978-3-8440-2486-9

Louis Carton (1861-1924), natif de Saint-Omer, fait partie des pionniers de l’archéologie française en Afrique du Nord. Après des études de médecine à Lille, il rejoint l’armée dans laquelle il effectue toute sa carrière. Ce médecin militaire, fervent adepte du colonialisme, se passionne pour l’archéologie alors qu’il sert en Tunisie à partir de 1886. Découvreur de plusieurs sites puniques et romains comme Bulla Regia et Thuburnica, il entre en conflit avec les directeurs des services archéologiques qui se mettent en place à cette époque, notamment Pierre Gauckler et Louis Poinssot. Partisan d’un tourisme à vocation culturelle, auteur de nombreux livres et articles, conférencier et polémiste infatigable, il se montre soucieux de la protection du patrimoine tunisien et surtout de Carthage, qu’il contribue à sauvegarder jusqu’à la fin de sa vie. Il enrichit aussi les musées de sa région natale, avec laquelle il a conservé des liens étroits, et où il choisit d’être inhumé. Louis Carton (1861-1924), natif de Saint-Omer, fait partie des pionniers de l’archéologie française en Afrique du Nord. Après des études de médecine à Lille, il rejoint l’armée dans laquelle il effectue toute sa carrière. Ce médecin militaire, fervent adepte du colonialisme, se passionne pour l’archéologie alors qu’il sert en Tunisie à partir de 1886. Découvreur de plusieurs sites puniques et romains comme Bulla Regia et Thuburnica, il entre en conflit avec les directeurs des services archéologiques qui se mettent en place à cette époque, notamment Pierre Gauckler et Louis Poinssot. Partisan d’un tourisme à vocation culturelle, auteur de nombreux livres et articles, conférencier et polémiste infatigable, il se montre soucieux de la protection du patrimoine tunisien et surtout de Carthage, qu’il contribue à sauvegarder jusqu’à la fin de sa vie. Il enrichit aussi les musées de sa région natale, avec laquelle il a conservé des liens étroits, et où il choisit d’être inhumé.

Informations : Shaker Verlag

Table des matières

Du culte aux sanctuaires. L’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine

Du culte aux sanctuaires. L’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine ( Actes du colloque des 18 et 19 avril 2013 organisé dans le cadre des laboratoires d’excellence Resmed et TransferS)
François BARATTE, Véronique BROUQUIER-REDDÉ et Elsa ROCCA (dir.)
Orient & Méditerranée 25
Paris, Éditions de Boccard, 2018
21×29, 376 p., 307 ill., 23 pl. coul.
ISSN 2101-3195 – ISBN 978-2-7018-0442-2

Continuer la lecture de Du culte aux sanctuaires. L’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine

Simitthus 5. Die Brücke über die Majrada in Chimtou

U. Hess – K. Müller – M. Khanoussi

Die antike Stadt Simitthus (heute Chimtou, Tunesien) wird seit 1965 gemeinsam von dem Institut National du Patrimoine (INP) und dem Deutschen Archäologischen Institut erforscht.
Der 5. Band der Publikationsreihe beschäftigt sich mit den architektonischen Überresten der Brücke über die Majrada in Chimtou.

Continuer la lecture de Simitthus 5. Die Brücke über die Majrada in Chimtou

G. Boissier, Promenades Archéologiques I

Précédé de
Des Ruines et des Mots par Claude Louis-Combet
et
Gaston Boissier ou les rê
veries d’un promeneur solidaire par Claude Aziza

« Après un voyage en Italie, vers la fin de 1876, j’avais essayé de faire connaître aux lecteurs de la Revue des deux mondes le résultat des fouilles qui ont été exécutées à Rome dans ces derniers temps. On m’a demandé de réunir en un volume les articles que j’ai publiés à cette occasion. Il a semblé qu’un ouvrage un peu moins superficiel que ne le sont les guides ordinaires, et cependant accessible aux gens du monde, pourrait rendre quelques services aux voyageurs sérieux qui veulent être bien renseignés, et que, même pour les gens qui restent chez eux, il ne serait pas sans intérêt de voir par quelques exemples combien les études archéologiques éclairent les faits de l’histoire. » (G.B.)

Ce volume contient :
Promenades archéologiques : Rome et Pompéi (1880)
Nouvelles promenades archéologiques : Horace et Virgile (1886)
L’Afrique romaine. Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie (1895)

2017, 784 Pages, 34 €
ISBN : 2-84137-330-7

Informations : Editions Jérôme Million

H. Töpfer – F. Schön (éds.) Karthago Dialoge. Karthago und der punische Mittelmeerraum – Kulturkontakte und Kulturtransfers im 1. Jahrtausend v. Chr. Internationaler Workshop 29.-30. November 2013 in Tübingen (Tübingen 2016).

https://publikationen.uni-tuebingen.de/xmlui/handle/10900/72648

Dieser Sammelband gibt Einblicke in aktuelle Forschungen zu den vielschichtigen und wechselseitigen kulturellen Austauschbeziehungen im zentralen Mittelmeerraum des 1. Jahrtausends v. Chr. Ausgehend von der punischen Metropole Karthago untersuchen die Autoren anhand archäologischer und historischer Quellen Kulturkontakte und Kulturtransfers in den punischen Siedlungsgebieten. Im Fokus stehen die vielfältigen Dynamiken und Prozesse des Austauschs zwischen Puniern und ihren Nachbarn in Tunesien, auf Sizilien und Sardinien sowie dem phönizischen Mutterland. Die hier gesammelten Aufsätze präsentieren die Ergebnisse des internationalen Workshops „Karthago Dialoge“, der im November 2013 am Institut für Klassische Archäologie der Eberhard-Karls-Universität in Tübingen stattfand.